La formation professionnelle duale, un facteur de réussite autant pour la jeunesse que pour l’économie suisse

mw. Dans son article à la page 8 de ce journal, Pierre-Gabriel Bieri du Centre Patronal vaudois qualifie le système suisse de formation professionnelle de «facteur de réussite». Cela est certainement justifié, non seulement du point de vue de l’entrepreneur mais aussi pour la société toute entière et notamment pour le développement personnel de chaque adolescent choisissant et terminant avec succès un apprentissage. Ainsi la grande majorité des jeunes gens – notamment des familles de migrants – sont accompagnés et socialement bien intégrés pendant la difficile période du passage à l’âge adulte. Et n’oublions pas que c’est principalement grâce à la formation professionnelle duale que le taux de chômage des jeunes est aussi bas en Suisse (environ 3%).
Malgré ces excellentes opportunités et l’engagement des formateurs dans les entreprises, de nombreuses places d’apprentissage restent libres. Selon P.-G. Bieri, ce fait relève de la tendance d’une partie des parents et des enseignants à penser qu’une formation académique est la «meilleure» voie pour se préparer à la vie professionnelle. Il est vrai que les entreprises et les associations professionnelles doivent jouer leur rôle pour contrer ce développement, comme l’exige l’auteur. Cependant, il y a encore un autre problème aux conséquences graves, auquel il faut s’attaquer: comme il le mentionne également, de nombreux adolescents quittent l’école obligatoire sans les connaissances scolaires nécessaires et n’ont souvent pas développé un comportement adéquat au travail. C’est à l’école obligatoire qu’il faut entreprendre des corrections. Avec le Plan d’études 21, actuellement introduit dans tous les cantons alémaniques, ces problèmes vont encore s’aggraver. Il est urgent que nous, les citoyens et spécialement aussi les chefs d’entreprises, dénonçons ces mauvais développements et y mettons énergiquement un terme.
Dans le système dual de la formation professionnelle suisse les entreprises formatrices jouent un rôle prépondérant. Non seulement dans les petites et moyennes entreprises (PME) mais aussi dans les grands groupes suisses, l’apprentissage professionnel selon le système dual fait partie de la culture entrepreneuriale. C’est également le cas dans l’entreprise STIHL, un grand groupe international avec des usines de fabrication à Wil et Bronschhofen (canton de Saint-Gall). Un entretien avec la responsable de la formation Jacqueline Brunner donne un excellent aperçu du précieux travail effectué dans les entreprises formatrices.