Oser la démocratie directe en Autriche?

rt. Le chef de l’ÖVP Sebastian Kurz, leader du parti ayant obtenu le plus de voix le 20 octobre, a été chargé de former le gouvernement par le président fédéral autrichien Alexander van der Bellen.
Le grand succès de l’ÖVP (31,5%) et du FPÖ (26%) lors des élections législatives du 14 octobre suggère une coalition gouvernementale de ces deux partis. Une coalition de l’ÖVP avec le SPÖ (26,9%) semble peu probable, car ils avaient formé la coalition gouvernementale jusqu’aux élections.
Les discussions de coalition entre l’ÖVP et le FPÖ sont suivies de près par le public. Le FPÖ sous son chef Heinz-Christian Strache a fait campagne en demandant aux Autrichiennes et Autrichiens de prendre davantage leur destin en main. Le FPÖ exige, entre autre, le développement de la démocratie directe selon le modèle suisse.
Il demande notamment un vote populaire obligatoire, si le Parlement décide de ne pas mettre en œuvre une initiative populaire ayant abouti. En outre, les jeunes gens doivent obtenir davantage la possibilité de participer aux décisions démocratiques. Les citoyens doivent également avoir la possibilité de rejeter une loi décidée par le Parlement en exprimant leur veto dans un vote populaire.
On est curieux de voir de quelle manière ces promesses électorales seront-intégrées dans le programme suite aux négociations de coalition.    •