Amérique latine: résistance accrue contre les tests PISA et le nivellement global de la formation

Un manifeste contre les tests PISA

gl. Neuf pays de l’Amérique latine ont participé à la dernière enquête PISA [«Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves»] de 2015 dont le Chili, le Mexique, l’Argentine, le Brésil, la Colombie et le Pérou. Entre-temps, on se demande aussi là-bas si, en matière de formation, de tels tests comparatifs standardisés au niveau mondial sont pertinents. Fondée en 1998 dans le but de protéger et d’améliorer l’enseignement public sur les deux continents américains, le «Red Social para la Educación Pública en las Américas (Red SEPA)» (Réseau pour l’enseignement public dans les Amériques) est une organisation faîtière composée de nombreuses organisations d’enseignants et de formation, aussi bien en Amérique du Nord que du Sud. Le comité de coordination réunit des représentants des organisations d’enseignants d’Argentine, d’Equateur, du Brésil, du Canada et de différentes organisations régionales dans le domaine de la formation des Caraïbes, de l’Amérique centrale et du Mexique ainsi que des organisations indigènes.
Le Red SEPA, conjointement avec la Coalición
Trinacional en Defensa de la Educación Pública (Mexique, Etats-Unis, Canada) vient de publier, en décembre
2016, le manifeste dont nous reproduisons le texte intégral.
On vient de publier, pour la sixième fois en série, les résultats des tests PISA internationaux sur les acquis scolaires. Nous, soussignés, refusons catégoriquement ces tests ainsi que leurs versions nationales avec la contrainte qui en résulte d’unifier les différents systèmes nationaux d’enseignement public.
Le test PISA, est un test standardisé où sont impliqués, tous les trois ans, des élèves de 15 ans. Effectué pour la première fois en l’an 2000, il y a entre-temps plus de 70 pays qui y participent. Chacun de ces pays doit disposer de personnel spécialisé au niveau technique et subvenir aux coûts de réalisation des tests. En vue de la version 2018, l’OCDE qui réalise les enquêtes PISA, vient de signer un contrat avec l’entreprise multinationale de formation Pearson Foundation.
En outre, les résultats PISA sont considérés comme un indicateur important pour l’analyse de la compétitivité économique des pays.
Depuis sa première réalisation, nous avons constaté diverses anomalies:
1)    Dans le domaine de la politique d’enseignement public: les ministères de la formation publique n’ont qu’un contrôle restreint sur ces évaluations ce qui amène à des procédés et des mesures de plus en plus standardisés. Dans le monde entier, des organisations internationales, telles l’OCDE, contraignent de plus en plus les pays à adapter leurs procédés d’enseignement selon une certaine conception très réduite de ce qu’est le progrès. Ce nivellement comprend aussi l’adaptation des tests nationaux à des normes globales, suite aux pressions exercées par les listes de classement. D’autre part, ce nivellement a conduit à une forte participation d’entreprises privées remplaçant les activités de formation des ministères de l’enseignement public, des enseignantes et enseignants, des syndicats et des écoles. Puis, on a adapté tant la formation que la formation continue des enseignants aux évaluations standardisées. Finalement, cette logique réduit les processus d’enseignement et d’apprentissage basés sur le développement global et intégral des élèves et sur la conscience critique, tant sociale qu’historique.
2)    Dans le domaine technique: PISA favorise le palmarès des pays selon leurs résultats. Avec ce procédé, on tente de neutraliser les énormes disparités culturelles, linguistiques et des conceptions du monde dans les divers contextes nationaux. Cet élément implique aussi que ces tests ne remplissent pas les moindres exigences quant à leur validité et fiabilité.
3)    Dans le domaine pédagogique: l’impact massif qu’a ce système de tests standardisés et les processus qui s’en suivent, ont abouti à une transformation radicale de notre vie scolaire de tous les jours. Sa réduction au niveau des plans d’études a débouché sur l’élimination de matières telles les Arts, la Musique, la Philosophie et l’Histoire. Les horaires scolaires ont été réorganisés pour avoir davantage de temps pour un entraînement garantissant de meilleurs résultats dans ces tests. N’oublions pas que ces évaluations n’ont été soumises ni à une analyse sociale ni pédagogique. Ce procédé ne respecte donc ni le contexte social ni les disparités des valeurs, ni la pratique pédagogique.
4)    Dans le domaine social et psychologique: les évaluations PISA et leurs variantes nationales sont discriminatoires et répressives, car elles stigmatisent des régions, des pays et des peuples entiers en les comparant les uns aux autres. Les contrôles et la pression exercée pour atteindre de bons résultats sont finalement au détriment des communautés d’enseignants et d’élèves, car ils créent une situation stressante et tendue détruisant le bon climat scolaire et la stabilité émotionnelle au sein de nos écoles. Ces évaluations ont débouché sur l’accentuation des principes d’exclusion et de sélection dans nos écoles, privant ainsi le droit universel à la formation de son véritable sens.
Pour ces raisons, nous revendiquons la résiliation des contrats que divers gouvernements ont conclu avec l’OCDE. De même, nous revendiquons l’abandon des épreuves standardisées ayant de profondes répercussions négatives au niveau national.
Nous réitérons fermement notre engagement pour le droit social de maintenir un système d’enseignement public respectant dans tous ses éléments les différences sociales, historiques et culturelles de nos peuples.
Nous sommes persuadés de la nécessité que nos écoles continuent à défendre une formation en quête de justice sociale. Nous dénonçons également les mesures répressives prises actuellement par certaines autorités étatiques contre les organisations d’enseignants et d’étudiants manifestant contre les diverses formes de nivellement néo-libéral.
Les systèmes d’évaluation doivent être ancrés au niveau régional, doivent prendre en compte la complexité des contextes, doivent favoriser un enseignement global et respecter les droits humains et sociaux.
Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons former des citoyennes et des citoyens dignes de ce nom.
Red Social para la Educación Pública en las Américas (red SEPA)
Coalición Trinacional en Defensa de la Educación Pública
(Mexique, Etats-Unis, Canada), décembre 2016

Source: http://es.idea-network.ca/noticias/manifiesto-contra-pisa-y-la-logica-estandarizadora-de-la-educacion-en-el-mundo
(Traduction Horizons et débats)