Eviter que les jeunes quittent les villages: offrir un jardin potager à une famille

Burkina Faso

par Philippe Randin, directeur de la «Nouvelle Planète», Lausanne

Un jardin permet de faire vivre une famille et de reverdir la région. (photo www.nouvelle-planete.ch)

Au nord du Burkina Faso, les jardins maraîchers se multiplient. Ils permettent de faire vivre beaucoup de monde, à tel point que le secteur est devenu la première activité économique de la région. Celle-ci cherche à éviter que les jeunes émigrent et elle favorise la lutte contre l’avancée du désert. La région est en effet très sèche. Il ne pleut que rarement. Le désert et l’aridité menacent.
Augmenter les surfaces
Les habitants du village d’Ouindigui ont compris l’intérêt de mettre en place des jardins potagers. La population s’est déjà organisée en groupements féminins comme celui de NAAM. Quelque 300 femmes collaborent pour cultiver des légumes. Le succès est au rendez-vous. Elles récoltent toute l’année des oignons, des choux, des pommes de terre, etc., qui sont vendus en partie sur les marchés. Le reste est consommé par les familles. Grâce à ce travail, elles peuvent gagner l’équivalent de CHF 800.– par an. Cette somme représente davantage que le salaire annuel d’un gardien ou d’un petit vendeur. Face à ce succès, les groupements féminins NAAM désirent augmenter la surface des jardins et permettre à 258 femmes supplémentaires de les rejoindre.
Creuser des puits et clôturer
Les habitants ont déjà identifié le lieu, dans le bas-fond du village, à proximité des jardins déjà en place. Là, il s’agit de creuser des puits à la main. Il faut chercher l’eau à environ 10 mètres de profondeur. Les puits sont bétonnés pour éviter qu’ils ne s’affaissent. Il faut aussi clôturer la surface avec du grillage pour empêcher les chèvres, les moutons et les poules de détruire le travail. Ces aménagements coûtent trop cher pour que la population puisse les payer seule. Elle a donc fait appel à l’organisation d’entraide suisse Nouvelle Planète.
Il est prévu de préparer une surface de deux hectares et de la répartir en parcelles de 77 m2. Chacune d’entre elles sera remise à une femme qui pourra la cultiver comme elle l’entend. Chaque femme paiera une petite location au groupement. Elle pourra aussi profiter de l’infrastructure et des activités communes de l’association: local de stockage, achat de graines en commun, formations, etc.
La région souffre beaucoup de la sècheresse. Il est donc aussi prévu dans le projet de planter des arbres. 150 arbres fruitiers seront répartis tout autour de la clôture. Des bassins seront également mis en place et deux motopompes faciliteront l’arrosage. Les femmes ou leurs enfants pourront ainsi facilement puiser l’eau dans les bassins pour arroser quotidiennement les cultures.
Ce projet permettra d’améliorer le niveau de vie des habitants et de protéger un environnement fragile dans la région. Indirectement, c’est la scolarisation des enfants et la santé des habitants qui pourraient s’améliorer et éviter ainsi que les habitants ne quittent les villages. Nouvelle Planète et les femmes d’Ouindigui vous remercient très chaleureusement de votre soutien.    •

Le coût d’un jardin pour une femme et sa famille est de CHF 49.– Pour soutenir ce projet, il vous suffit d’indiquer «jardin» sur votre bulletin de versement.

Dons: CCP 18-5792-6, 
IBAN: CH12 0900 00001800 5792 6
De plus amples informations concernant les projets et l’organisation sur www.nouvelle-planete.ch et Nouvelle Planète, Avenue des Boveresses 24, CH-1010 Lausanne, tél. +41 21 881 23 80

Nouvelle Planète (Voyages d’entraide)

Les voyages d’entraide sont des voyages solidaires durant lesquels les participants s’engagent activement en faveur des populations du Sud. L’expérience est ouverte à un groupe déjà formé dans le cadre d’une école, d’un village, d’une paroisse, d’un groupe d’amis, de scouts ou autres.
Jeunes, adultes, aînés, groupes constitués, écoles, familles ou entreprises partagent la vie de populations du Sud durant quelques semaines … pour découvrir les différentes cultures de notre monde.
Projets au Sud
Nouvelle Planète soutient des petits projets efficaces et adaptés, demandés par les groupements locaux en
–    Afrique: Sénégal, Burkina Faso, Cameroun, Ouganda, Madagascar, Guinée Conakry
–    Asie: Inde, Myanmar (Birmanie), Vietnam
–    Amérique: Amazonie péruvienne, Haïti.
Les projets s’occupent avant tout des quatre domaines suivants: soutien aux enfants et aux jeunes, valorisation des activités féminines et soutien villageois, sauvegarde de l’environnement, soutien aux personnes handicapées et malades.
Pour des projets de qualité en faveur des populations du Sud, nous soutenons des projets concrets, avec des objectifs de réalisation clairs et mesurables. Ils sont réalisés en général en un an, maximum trois ans.
–    Nos équipes de coordination et nous-mêmes nous rendons régulièrement sur d’anciens projets et nous assurons qu’ils fonctionnent durablement.
–    Nous nous préoccupons de l’environnement (protection, reboisement, utilisation de technologies appropriées), de la participation des femmes, de la défense des minorités ethniques.
–    La population locale contribue selon ses moyens, sur le plan financier, matériel ou en main d’œuvre, à la réalisation du projet.
–    Les projets doivent rapidement devenir autonomes et Nouvelle Planète peut s’en retirer facilement. Nouvelle Planète ne soutient pas le fonctionnement d’institutions.

Source: www.nouvelle-planète.ch

[Translate to fr:] Der Einfluss von Albert Schweitzer auf Nouvelle Planète

[] Nouvelle Planète hat sich stark von der «Ethik der Ehrfurcht vor dem Leben» inspirieren lassen, welche Albert Schweitzer (1875–1965) an den Ufern des Ogooué-Flusses in Gabun niedergeschrieben hat. In den Jahren zwischen den beiden Weltkriegen suchte er nach Antworten auf die Fragen seiner Epoche, welche er als Niedergang empfand. «Ich bin Leben, das leben will, inmitten von Leben, das leben will; ich muss also Ehrfurcht vor allem Leben haben.» 1952 wurde er mit dem Friedensnobelpreis ausgezeichnet.
Mehr als ein Philosoph war Albert Schweitzer ein Mann der Tat, ein Praktiker. Er setzte in die Praxis um, was er dachte. Er wurde von seinen Zeitgenossen oft miss­verstanden. Er verkündete «die Pflicht, den Hungernden auf der Welt zu helfen» und erfüllte diese Pflicht, indem er den Ärmsten im Spital Lambarene in Gabun medizinische Hilfe leistete. «Das Beispiel ist nicht das beste Mittel, es ist das einzige», sagte er. Er glaubte an den Menschen, der den Fortschritt vorantreibt, und weniger an die Dinge. Er erwies sich damit als grosser, auf die Zukunft ausgerichteter Optimist.
Willy Randin hat Nouvelle Planète 1986 gegründet und sich auf die Gedanken von Albert Schweitzer abgestützt, weil dieser ihn während seiner Zeit als Direktor des Spitals Lambarene inspiriert hatte. Er wollte eine Organisation für Entwicklungszusammenarbeit gründen, welche sich auf die Bedürfnisse der lokalen Bevölkerung stützt und diese als die einzige wahre Entscheidungsträgerin in ihrer Entwicklung sieht. Die punktuelle Unterstützung ist ein Mittel, den Menschen vor Ort bei ihren eigenen Projekten den nötigen Anstoss zu geben und ihnen zu helfen, ihre Lebensbedingungen zu verbessern. Nouvelle Planète erfindet die Projekte somit nicht selber, sondern unterstützt bereits existierende lokale Initiativen. So sind die Projekte relevant und gehören den Zielgruppen.
Nouvelle Planète handelt auch heute noch nach den Prinzipien, welche von Albert Schweitzer inspiriert sind, wie die Ehrfurcht vor allem Leben, das konkrete Handeln, die Suche nach der Einfachheit, das gegenseitige Vertrauen und der Optimismus.

Quelle: www.nouvelle-planete.ch