Manifestations de la «Coopérative Zeit-Fragen» à la Foire du Livre de Leipzig

Pour la 6e année consécutive le bimensuel «Zeit-Fragen/Horizons et débats» sera présent à la Foire du Livre de Leipzig. Le stand se trouve dans la halle 4, numéro A-105. De plus, la «coopérative Zeit-Fragen» invite à participer, dans le cadre des manifestations «Leipzig liest», à trois conférences dans les locaux de la Foire et à trois conférences-débats le soir en ville.


Education et formation pour le Bien commun – les parents ont leur mot à dire

Intervenants: Marlies Klesse (CH); Urs Knoblauch (CH); Friederike Kramer (D); Josef Nyari (D)

De nombreuses «réformes scolaires» au cours des dernières années ont conduit à une énorme baisse de la formation. Un nombre croissant d’enfants et d’adolescents n’apprennent plus guère à lire, à écrire et à compter. Les parents de divers pays européens ne veulent plus accepter cette situation. Ils ont donc crées des initiatives de parents pour s’engager en faveur de bonnes écoles reposant sur les bases classiques européennes de la pédagogie et de l’enseignement. Ces réflexions sont basées sur l’image personnaliste de l’Homme. La formation n’est pas un instrument pour la maximisation des profits pour l’«homo oeconomicus», mais elle doit répondre aux diktats d’une éthique de la raison morale, des liens sociaux et de l’intérêt commun. Un adolescent doit pouvoir développer sa personnalité selon sa dignité en apportant sa contribution dans le travail, la famille et au sein de l’Etat. Les enfants et les adolescents ont donc besoin d’éducateurs et d’enseignants qui leur apprennent la réalité et les connaissances nécessaires. L’école est le meilleur endroit pour cela parce que les élèves peuvent y développer et approfondir ensemble la compassion et l’esprit de solidarité dans la communauté de la classe.

Jeudi, 23 mars 2016, 19h30–21h30

Bibliothek Wiederitsch, Zur Schule 10a, 04158 Leipzig (Nord)

La même conférence aura également lieu

vendredi, 24 mars 2017, 11h00–12h00

Congress Center Leipzig (CCL), salle de réunion 13


Plus qu’une forme juridique – l’idée coopérative – patrimoine culturel de l’humanité

Intervenants: Dietmar Berger (D); Eva-Maria Föllmer-Müller (CH); Pr Richard Werner (GB); Pr Markus Hanisch (D); Jean-Paul Vuilleumier (CH)

En novembre 2016, «l’idée et la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives» a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Par cette admission, l’idée doit être protégée et en même temps valorisée en tant que modèle économique. Nous voulons mettre en valeur le potentiel de l’idée coopérative lors de cette rencontre. Les participants à cette table ronde sont Dietmar Berger, ancien président de l’Union des coopératives d’Allemagne centrale, Eva-Maria Föllmer-Müller, psychologue et membre de la rédaction de «Zeit-Fragen», Pr Markus Hanisch, titulaire de la chaire Raiffeisen à l’Université Humboldt de Berlin, Jean-Paul Vuilleumier, président de la «coopérative Zeit-Fragen» et rédacteur en chef d’«Horizons et débats», Pr Richard Werner, économiste. Les bases éthiques, solides et anthropologiquement fondées de l’idée coopérative, en vigueur depuis 150 ans, sont toujours actuelles de nos jours et doivent être préservées et développées pour les générations futures. L’ONU avait déjà proclamé l’année 2012 «Année internationale des coopératives» et honoré ainsi les coopératives avec leurs 800 millions de membres dans plus de 100 pays. Les coopératives s’engagent à réduire la pauvreté, créent des emplois et favorisent l’intégration sociale. C’est une raison suffisante pour examiner de manière approfondie les coopératives, leurs principes historiques, sociaux et éthiques, économiques et pratiques.
Vendredi, 24 mars 2017, 10h30–12h30
Congress Center Leipzig (CCL), salle de réunion 11

La même conférence aura également lieu

vendredi, 24 mars 2017, 18h00–19h00

Leipziger Stadtbibliothek, Wilhelm-Leuschner-Platz 10-11, 04107 Leipzig, Grassisaal


Donner de l’espoir en temps difficiles, savoir aider, là où l’on se trouve, où l’on vit – mais comment?

Intervenants: Moritz Nestor, psychologue (CH); Wolfgang van Biezen, pédagogue et enseignant spécialisé (CH)

Nous y avons déjà réfléchi l’année dernière, les individus ayant vécu une difficile ou une malheureuse enfance et/ou adolescence n’ont pas tous un triste sort. Les êtres humains ne sont pas des marionnettes soumis à un destin improbable. De nombreux enfants développent, malgré ou même à cause de mauvaises circonstances, des forces insoupçonnées pour survivre et surmonter leurs problèmes, s’ils tirent suffisamment de forces des relations de confiance précieuses qui leur sont offertes. Mais, que faire concrètement lorsque des enfants montrent très tôt déjà un comportement si asocial, sexiste et violent, risquant de nous faire désespérer. Leur manque de repères ne les orientent-ils pas vers des profils funestes que notre époque leur inculque comme modèles pathologiques? En quoi consiste l’aide? Courage, détermination et indignation envers la «société» suffisent-ils? Comment peut-on transmettre l’amour et l’espérance à notre époque? Comment peut-on devenir «compagnon de vie dans ces temps difficiles»?

Vendredi, 24 mars 2017, 19h30–21h30

Die Brücke – Begegnungshaus Leipzig,

Zollikofer Strasse 21, 04315 Leipzig (am Volkmarsdorfer Markt)


La lecture – une voie royale pour former l’âme

Intervenant: Peter Küpfer, professeur de gymnase (CH)

Lire n’est pas seulement un acquis culturel élémentaire. La lecture forme la capacité de l’imagination et de l’empathie comme aucun media ne saurait le faire. C’est notamment la lecture de textes littéraires humainement attachants qui sont actuellement importants. Les enfants et les adolescents lisant de tels textes vivent une partie du monde par les yeux d’une autre personne. A la différence des films, des vidéos et des bandes dessinées, le fait de s’approfondir dans une histoire élaborée au niveau du texte et du contenu est un entraînement indispensable pour le cerveau et l’âme de toute personne. Car chaque image rencontrée, chaque événement, chaque émotion exprimée doivent être saisis, imaginés, illustrés et suivis par la lectrice ou le lecteur. Le mûrissement de l’empathie qui en résulte n’est pas seulement une performance intellectuelle, c’est aussi une performance émotionnelle. Là où cet entraînement fondamental de la formation affective est entretenu et favorisé, on retrouve la véritable compréhension, la réelle tolérance face à autrui. L’école, les parents et les grands-parents (!) ainsi que les acteurs culturels sont appelés à participer.

Samedi, le 25 mars 2017, 11h00–11h30

Literaturcafé, Halle 4, B 600