Nous prenons congé d’Annemarie Buchholz-Kaiser (1939-2014)

Nous prenons congé d’Annemarie Buchholz-Kaiser (1939–2014)

«Il est difficile de trouver le juste milieu:
d’endurcir le cœur pour la vie, tout en
le gardant doux pour l’amour.»
                                 Jeremias Gotthelf

«La dignité humaine n’est pas un automatisme, elle ne tombe pas toute faite du ciel, elle n’est pas une entité extrahumaine, mais il faut la semer, la renforcer, la promouvoir, la renouveler et la transmettre à tout moment dans le vivre-ensemble humain: il faut la vivre et la rendre saisissable au niveau émotionnel pour les enfants et les adolescents. Afin qu’elle soit protégée en tant que base fondamentale de la vie humaine, il faut qu’elle soit ancrée de façon inaltérable dans les constitutions des pays et dans les conventions internationales.»
Annemarie Buchholz-Kaiser. «Renforcer les hommes», Zurich 2000
Nous prenons congé de Madame Dr. phil. Annemarie Buchholz-Kaiser avec grande gratitude et considération. Suite à sa clairvoyance et son humanité vécue, elle a fondé, il y a plus de vingt ans, le groupe de travail européen «Mut zur Ethik» [«Oui à l’éthique»] qu’elle a continué à développer au fil des ans.
Elle a incité la création de ce forum international en 1993, vu la dégradation des valeurs dans presque tous les domaines du vivre-ensemble sociétal. Un grand nombre d’organisations, d’initiatives et de personnalités œuvrant pour le maintien des valeurs et venant du monde entier se sont retrouvés au sein du groupe de travail «Mut zur Ethik».
 Des scientifiques et des experts de disciplines très diverses ainsi que des représentants des églises chrétiennes y ont participé. Le but était et est toujours de faire revivre, de renforcer et de faire fructifier les fondements d’une éthique humaniste. Annemarie Buchholz-Kaiser savait comment rassembler des personnes de différents pays et cultures, de diverses tendances politiques et idéologiques autour d’une table et de créer une atmosphère pour un réel dialogue – une tâche exigeante qui doit être entreprise partout dans le monde. Le principe éthique fondamental pour cela est de collaborer dans les points communs – à condition qu’ils reposent sur le fondement de l’Etat de droit libéral et les valeurs fondées sur le droit naturel – tout en laissant de côté les petites et moyennes différences. De nombreuses personnes venant de divers pays ont pu profiter des résultats de ces discussions suite à des projets concrets. Sous la direction d’Annemarie Buchholz-Kaiser, chacun des séminaires et congrès a résulté en un renforcement des liens sociaux et du vivre-ensemble cordial et pacifique des peuples et des cultures. Assurer le bien-être des familles et de la jeunesse lui tenait également à cœur. Chaque participant – renforcé par le travail en commun et les échanges au-delà des frontières – peut contribuer au Bien commun: à la protection de la jeunesse et des familles, à la démocratie et l’Etat de droit, au renforcement du droit international, à une paix sûre et équitable.
La mesure pour toutes ses activités a toujours été la dignité de l’être humain. En 2000, elle a écrit: «La dignité humaine n’est pas un automatisme, elle ne tombe pas toute faite du ciel, elle n’est pas une entité extrahumaine, mais il faut la semer, la renforcer, la promouvoir, la renouveler et la transmettre à tout moment dans le vivre-ensemble humain: il faut la vivre et la rendre saisissable au niveau émotionnel pour les enfants et les adolescents. Afin qu’elle soit protégée en tant que base fondamentale de la vie humaine, il faut qu’elle soit ancrée de façon inaltérable dans les constitutions des pays et dans les conventions internationales.»
Dans ce sens-là, nous continuerons l’œuvre de cette grande humaniste en honorant sa mémoire.

Pour le groupe de travail «Mut zur Ethik», Eva-Maria Föllmer-Müller

«Annemarie Buchholz continue à vivre dans nos cœurs»

Chère famille et

chère communauté endeuillées,


D’abord j’aimerais vous exprimer personnellement et au nom du Comité de la coopérative Zeit-Fragen ma profonde sympathie.
Le décès de Mme Annemarie Buchholz-Kaiser laisse un grand vide. Nous sommes très tristes.
Annemarie Buchholz lègue une œuvre de vie très précieuse dont nous devons prendre soin. A l’avenir, ce sera à nous de continuer son engagement infatigable pour davantage d’humanité, de liens sociaux et de paix dans le monde.
Je pense qu’elle a été un modèle pour nous tous, et elle nous a très bien préparés à cette tâche.
Mme Annemarie Buchholz-Kaiser a toujours été une sorte de boussole pour moi. Là où c’était nécessaire, elle nous a accompagnés un bout de chemin – mais nous devions toujours avancer nous-mêmes.
La boussole reste, mais le chemin, c’est à nous de le trouver – en collaboration et en assumant chacun ses responsabilités.
En tant que président de la coopérative Zeit-Fragen, je dis aussi merci.
Merci que Mme Buchholz ait – grâce à sa clairvoyance concernant les problèmes actuels et futurs dans notre pays et à l’étranger – initié et soutenu de manière déter­minante la création d’un journal indépendant.
Avec nos journaux Zeit-Fragen, Horizons et débats, Current Concerns et Discorso libero, nous avons la possibilité de contribuer:
•    à la libre formation de l’opinion et
•    à davantage de justice sociale, d’humanité et de paix dans le monde.

Merci pour tout ce que nous avons eu l’occasion de vivre et de développer ensemble.
Nous nous engagerons pour que les champs qu’Annemarie Buchholz a cultivés continuent à fleurir et à porter des fruits.
Annemarie Buchholz vit dans nos cœurs – qu’elle repose en paix.

Reinhard Koradi, président de la coopérative Zeit-Fragen

«Voir avec les yeux de l’autre,
écouter avec les oreilles de l’autre,
sentir avec le cœur de l’autre.»
                                   Alfred Adler

«Seul un individu indépendant et libre est capable de renforcer sa personnalité au niveau social, de développer en lui davantage de compassion pour autrui. Pour y arriver, la liberté est la ‹conditio sine qua non›, la condition indispensable, sans laquelle rien ne va. S’approcher de cet objectif de la formation de la personnalité est l’essentiel du processus psychothérapeutique. Cette formation de la personnalité ne se fait cependant pas de soi-même, il faut la développer, la vivre, la mettre en œuvre: voilà ce qu’est l’éthique et la morale de la psychologie individuelle.»

Annemarie Buchholz-Kaiser, Standortbestimmung zum Jahresbeginn 1989, in: Jahresbericht des «Vereins zur Förderung der Psychologischen Menschenkenntnis», 1988.

Avec le départ d’Annemarie Buchholz-Kaiser, nous perdons un membre de longue date de notre Conseil de fondation. En tant que membre fondateur, elle a – au cours des 40 ans d’existence de notre fondation – participé activement avec sagesse, circonspection et clairvoyance aux activités de notre fondation. En tant que psychologue, psychothérapeute et historienne reconnue au niveau international, elle a développé les approches de la psychologie personnelle pour une meilleure compréhension de l’être humain et du processus psychothérapeutique. Ainsi, elle a toujours œuvré dans le sens du but de notre fondation et a accompli un immense travail. Son humanité, son engagement pour la dignité de l’homme liés à ses profondes connaissances continueront à être le fondement de nos activités.

«Stiftung Psychologische Lehr-und Beratungsstelle», Kirchberg SG

pour le Conseil de fondation

Dr Jürg Aeschlimann, président

«En s’intégrant dans ce fleuve du développement et en participant activement au bien-être de la communauté, l’être humain donne un sens à sa propre vie, au-delà de son existence personnelle, et obtient, grâce à sa contribution, de l’importance pour la postérité.»
Annemarie Kaiser, 1981

En tant que psychologue, elle possédait le don rare d’une empathie saisissant intuitivement chaque personne dans son unicité. Son objectif était toujours de renforcer la personne et de clarifier les choses. En tant qu’historienne, elle reliait le passé au présent, éclairait les rapports entre les choses en faisant preuve d’une clairvoyance ouvrant de nouveaux horizons et favorisant un comportement actif. Son action infatigable visait toujours à un monde pacifique et équitable malgré les attaques et les diffamations.
Nous perdons un être humain admirable et une amie qui nous manquera beaucoup. C’est elle qui a encouragé la création de notre institut de recherche. Nous poursuivrons son héritage.

Elfy et René Roca
Institut de recherche pour la Démocratie directe
Rüslerstrasse 37
5452 Oberrohrdorf-Staretschwil AG

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.