Le «Plan d’études 21» – un temps d’apprentissage dont on abuse

Le «Plan d’études 21» – un temps d’apprentissage dont on abuse

Sous le prétexte «harmonisation», on tente d’imposer aux 21 cantons suisses-alémaniques un plan d’études qui détruirait notre école publique. Le «Plan d’études 21» n’est pas une invention suisse, mais un produit venant de l’espace anglo-américain ne correspondant nullement à la tradition de l’enseignement européen.
Après six années de secret gardé, les 550 pages du «Plan d’études 21» ont été publiées. Résultat: il est illisible! Nous autres parents n’avons guère la possibilité de comprendre ce que nos enfants doivent réellement apprendre ou ne pas apprendre.
Le contenu est tout aussi indicible: nos enfants seront dressés à la baguette pour acquérir plus de 4700 compétences différentes. Bon nombre d’entre elles sont insensées ou trop faciles, trop difficiles ou purement idéologiques. Après de vives critiques de divers côtés, ce plan d’études va être «remanié», un peu allégé, un peu toiletté … L’approche fondamentalement fausse sera cependant maintenue.
Ce plan d’études ne prévoit plus que trois «cycles». Les buts d’apprentissage de 3 à 4 années scolaires sont regroupés. De cette manière, les enfants se déplacent seuls dans cette grande étendue et pour nous autres parents ce sera difficile de savoir quel est le niveau de l’apprentissage de notre enfant en comparaison au reste de la classe. C’est ainsi qu’on introduit un enseignement soi-disant «individualisé», c’est-à-dire il n’y aura plus d’objectifs annuels à atteindre pour tous les enfants en commun. Chaque enfant se trouve à un endroit différent, et doit s’occuper de manière «autoguidée». Cela mène à une désocialisation de nos enfants.
Dès le jardin d’enfants, les enfants doivent «découvrir» eux-mêmes un nombre incroyable de choses, y «réfléchir» et se «former une opinion», sans qu’on leur ait donné préalablement les connaissances nécessaires. Les enseignants doivent leur mettre à disposition, en tant qu’«accompagnateurs» ou «animateurs», avant tout les «conditions d’apprentissage», c’est-à-dire préparer du matériel. «Ce qui est idéal, [selon le Plan d’études 21], c’est la création de conditions qui offrent des occasions très variées d’apprentissage lesquelles sont soutenues par les enseignants et par le matériel pédagogique afin que l’enfant acquière les facettes individuelles ou diverses d’une compétence.» («Lehrplan 21», introduction, p. 6)
Tout ce qui fait la valeur de la personnalité de l’enseignant pour l’enfant et pour l’apprentissage se perd. Les enfants sont laissés seuls dans tout cela, débordés, et on n’exige pas assez d’eux et on ne les encourage pas assez selon leur développement.     •

Source:  www.elternfuereinegutevolksschule.ch, Lettre de parents, page 4

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.