Lanceur d’alerte: des images satellite américaines montrent que des troupes ukrainiennes ont abattu le vol MH17

Lanceur d’alerte: des images satellite américaines montrent que des troupes ukrainiennes ont abattu le vol MH17

par Paul Joseph Watson

Robert Parry, ancien reporter de l’Associated Press ayant été récompensé d’un prix, a obtenu l’information par une source des services secrets que les Etats-Unis ont en leur possession des images satellite montrant que des troupes ukrainiennes étaient responsables d’avoir abattu le vol MH17 de la Malaysian Airlines.
En l’absence de toute investigation appropriée, la rhétorique des médias a fermement désigné du doigt ces derniers jours, les rebelles ukrainiens pro russes pour ce tir sur l’avion mais la source d’information de Parry relate un autre récit (cf. http://consortiumnews.com/2014/07/20/what-did-us-spy-satellites-see-in-ukraine/):
«Ce qui m’a été rapporté par une source des services de renseignements, m’ayant dans le passé fournit des informations précises sur des sujets semblables, est, que les services secrets américains doivent avoir des images satellite détaillées de la batterie susceptible d’avoir lancé le missile fatidique. La batterie semble avoir été sous le contrôle des troupes du gouvernement ukrainien, car les hommes étaient vêtus dans ce qui paraît être des uniformes ukrainiens.
La source d’information affirme que les analystes de la CIA n’excluent pas la possibilité que les troupes étaient réellement des rebelles de l’Ukraine orientale en uniformes similaires, mais la situation initiale était qu’il s’agissait de troupes de l’armée ukrainienne. Selon la même source d’information, il y aurait également l’indication que les soldats étaient indisciplinés et probablement ivres puisque l’image montre des objets tels des bouteilles de bière éparpillées autour du site.»
Bien que la presse alignée ait tenté de tourner en dérision et de qualifier d’adepte de la «théorie du complot» toute personne remettant en question la version officielle, dénonçant les rebelles ukrainiens comme responsables, Parry ne peut certes pas être catalogué d’insensé, étant donné son rôle-clé dans la découverte de l’affaire Iran-Contra publiée par Associated Press et Newsweek. [cf. www.fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Iran-Contra]. En effet, le travail d’investigation dans le domaine des services de renseignements pour lequel il a reçu le prix George Polk, confirme que sa source d’information mérite une attention sérieuse. [cf. www.fr.wikipedia.org/wiki/Prix_George_Polk]
Les autorités américaines et ukrainiennes continuent d’affirmer que c’étaient les séparatistes soutenus par Moscou qui sont les responsables de la tragédie, en affirmant qu’un système lance-missiles Bouk a été utilisé pour détruire l’avion de ligne. Toutefois cela a été contredit par la déclaration faite par le procureur général Vitaliy Yarema énonçant que «les militaires ont informé le président, après que l’avion de passagers ait été abattu, que les terroristes ne possédaient aucun de nos systèmes lance-missiles Bouk». (cf. www.theguardianmobile.com/readNewsItem1.php?nid=30129)
Dans un contexte annexe, les experts audio, ayant mené l’étude sur l’authenticité des enregistrements publiés par les auto­rités ukrainiennes, impliquant que les rebelles soutenus par la Russie étaient responsables de l’attaque contre le vol MH17, concluent que la bande a été fabriquée de toutes pièces.
«Le second fragment consiste en trois morceaux mais a été présenté comme un enregistrement audio unique. Cependant une analyse spectrale et temporelle a montré que le dialogue a été découpé en morceaux et ensuite assemblé différemment. De courtes pauses dans la bande sont très révélatrices: le fichier audio a conservé les marques du temps montrant que le dialogue a été assemblé à partir de divers épisodes», affirme l’agence de presse ITAR-TASS. (cf. http://en.itar-tass.com/russia/741521 )    •

Source: www.globalresearch.ca/whistleblower-u-s-satellite-images-show-ukrainian-troops-shooting-down-mh17-2/5392688
(Traduction Horizons et débats)

Déclaration du ministère russe des Affaires étrangères consacrée à l’enquête sur la catastrophe de l’avion malaisien dans l’espace aérien de l’Ukraine

«La communauté internationale s’attend à une enquête rapide et indépendante sur les causes du crash de l’avion de ligne malaisien dans l’espace aérien de l’Ukraine.
Afin de mener une enquête de manière objective les dirigeants du ministère de la Défense de la Fédération de Russie ont récemment posé dix questions à la partie ukrainienne.
Rappelons-les.

  1. Les autorités ukrainiennes ont immédiatement attribué la responsabilité de cette tragédie aux insurgés. Sur quoi s’appuient ces conclusions?
  2. Est-ce que Kiev peut fournir tous les détails sur l’utilisation des systèmes antiaériens Bouk dans la zone des hostilités, et surtout – pourquoi ces systèmes ont été déployés alors que les insurgés ne disposent pas d’avions?
  3. Quelle est la raison de l’inaction des autorités ukrainiennes pour mettre en place une commission internationale? Quand commencera-t-elle à travailler?
  4. Le commandement militaire ukrainien est-il prêt à fournir aux experts internationaux des documents sur l’inventaire des missiles sol-air et air-air des systèmes antiaériens?
  5. La commission internationale aura-t-elle accès aux données des systèmes de contrôle objectif sur les déplacements des avions de guerre ukrainiens le jour de la tragédie?
  6. Pourquoi les contrôleurs aériens ukrainiens ont-ils autorisé l’appareil à s’écarter vers le nord, en direction de la dénommée «zone de l’opération antiterroriste»?
  7. Pourquoi l’espace aérien sur la zone de guerre n’avait-il pas été fermé aux vols civils alors que cette zone n’était même pas entièrement couverte par les radars des systèmes de navigation?
  8. Est-ce que Kiev pourrait commenter les informations postées sur les réseaux sociaux par un contrôleur aérien espagnol travaillant en Ukraine, selon lesquelles le Boeing abattu aurait été accompagné par deux avions militaires ukrainiens?
  9. Pourquoi le Service de sécurité d’Ukraine a-t-il commencé à travailler sur les enregistrements des communications entre les contrôleurs aériens ukrainiens et l’équipage du Boeing ainsi que sur les systèmes de stockage de données des radars ukrainiens sans attendre la participation d’enquêteurs internationaux
  10. Quelles leçons l’Ukraine a-t-elle tirées de l’incident similaire survenu en 2001, lorsqu’un avion russe Tu-154 s’était écrasé en mer Noire? À l’époque, les autorités ukrainiennes avaient nié toute implication des forces armées ukrainiennes jusqu’au moment où la présentation de preuves irréfutables avait démontré la responsabilité de Kiev.

Malheureusement, nous n’avons entendu aucune réaction de la part de la partie ukrainienne à ces questions.
Nous espérons cependant entendre les réponses.»

Source: Site officiel du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, www.mid.ru/bdomp/brp_4.nsf/french, 21/7/14

Plus qu’un seul front unitaire médiatique?

Ce n’est pas seulement la vérité qui compte parmi les premières victimes de la guerre, c’est aussi le pluralisme des opinions qui reste sur le carreau. Si, au début de la crise en Ukraine, il y eut sur 250 articles banalisants et glorifiants les prétendus «activistes», une contribution critique décrivant la réalité et si, dans la phase initiale, il y eut des personnalités compétentes, telles les chanceliers Schmidt, Kohl et Schröder ainsi que Scholl-Latour et quelques autres connaisseurs en la matière s’exprimant de manière critique, on peut résumer depuis quelques semaines la situation de la manière suivante: dans les grands medias allemands, notamment Spiegel, «FAZ», Die Zeit, «taz», «Welt» etc., il n’y a plus de voix critique, plus de contribution critique divergeant de la ligne générale ordonnée. Les reportages de guerre quotidiens sont tellement uniformes et mis au pas qu’il n’y a plus de place pour des opinions divergentes. Ce n’est que grâce aux citoyens vigilants et bien informés qui font leurs commentaires sans se décourager, que la réalité ne se trouve pas totalement écrasée par les chaînes des blindés médiatiques.

Source: www.freitag.de/autoren/mopperkopp/die-mediale-einheitsfront
(Traduction Horizons et débats)

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.