Des coopératives au lieu de parcs naturels

Des coopératives au lieu de parcs naturels

Société coopérative «La Cavagne» – un projet réussi d’autogestion communautaire au Val d’Illiez

par Marianne Wüthrich

L’appât principal pour inciter les communes de campagne et de montagne de se faire intégrer dans un parc naturel était l’affirmation de pouvoir augmenter massivement la valeur ajoutée des produits régionaux suite à l’autorisation d’utiliser le label «Parc». Avec le temps, cette campagne de promotion a perdu de son attrait. Maintenant que certains parcs existent depuis plusieurs années, on réalise que la plus-value promise ne se manifeste pas. Ce qui reste, ce sont les côtés négatifs du «Parc naturel régional» – un produit signé UE: la restriction massive de l’autonomie communale et suite à cela également de l’autonomie décisionnelle du citoyen suisse, la bureaucratie et les frais élevés qu’elle engendre pour les contribuables, la restriction de la liberté de mouvement et de propriété suite au dispositions  de la «protection de la nature» etc. Horizons et débats a déjà informé à plusieurs reprises sur ce sujet.
Il est réjouissant que, malgré la pro­pagande massive des offices fédéraux et des bureaux de relations publiques, il n’a pas
été possible de détourner les populations rurales et montagnardes de leurs manière de gérer leurs terres. Leurs activités économiques ont fait leurs preuves. Il va de soi que cela se fait depuis longtemps en prenant en compte la protection de la nature. Il est également réjouissant que de réelles organisations suisses – non importées de l’étranger! – tels l’Aide suisse aux montagnards (ASM) et le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) aient pu se maintenir et continuer à œuvrer à leur manière.
Un exemple encourageant d’activités communes, basées sur le système coopératif tel qu’il est connu en Suisse depuis des siècles, est la coopérative «La Cavagne», terme signifiant en patois «hotte de bois».

Prix Montagne pour la coopérative «La Cavagne»

Dans un communiqué de presse récent, on peut lire que la coopérative «La Cavagne» a gagné cette année le Prix Montagne. (Communiqué de presse de l’ASM et de l’SAB du 19 août). Une quarantaine de producteurs du Val d’Illiez, région du Bas-Valais, se sont fédérés en 2006. Ils avaient pour objectif de contribuer à assurer les revenus et l’avenir de la paysannerie locale. Dans un local de vente, bien situé sur l’axe routier reliant Monthey à la station de Champéry, ils proposent une multitude de produits locaux. Témoin de son succès, un second magasin a été ouvert en 2013 dans la station de Champéry. Pour son engagement, la coopérative a obtenu le Prix Montagne 2014, doté de 40 000 francs. Ce prix a été lancé conjointement par le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) et par l’Aide suisse aux montagnards (ASM).
La réussite de «La Cavagne» tient à la diversité de l’offre, à la qualité des produits proposés, au prix très concurrentiels et à l’assortiment jouant à fond la carte régionale. On y trouve des produits laitiers et carnés (saucisses, jambons, viandes séchées, fromages, séracs, yaourts etc.) et d’autres offres comme du vin, du miel, des confitures, des biscuits. Afin de satisfaire la clientèle, on y propose également des fruits et légumes, qui eux, proviennent de l’ensemble du canton du Valais. Il y a également une série de produits artisanaux, comme la fameuse hotte de bois, et un service traiteur, avant tout spécialisé dans la préparation d’apéritifs.

Source: Documentation Prix Montagne 2014

Plus-value à la mode suisse

La coopérative «La Cavagne» a donc obtenu le Prix Montagne pour sa contribution à créer de la plus-value et des places de travail dans la région.
Cela est en contradiction totale à la plus-value fantaisiste des parcs naturels. Là, on parlait de plus-values supplémentaires à hauteur de plusieurs millions de francs par an. Prenons l’exemple du parc naturel Thal. «[…] on promeut et développe la commercialisation des produits régionaux à l’aide du nouveau label ‹Parc naturel Thal›. ‹Vacances chez le paysan› et ‹dormir dans le foin› sont des offres très appréciées par les hôtes et ouvrent de bonnes perspectives d’avenir pour les agriculteurs en leur garantissant des recettes supplémentaires.»

Source: www.naturparkthal.ch/index.php?option=com_content&view=article&id=136:land-und-forstwirtschaft&catid=2:ziele&Itemid=16 

Outre le fait qu’on n’a vraiment pas besoin de parcs naturels pour commercialiser les produits régionaux, les familles paysannes vivant dans les parcs doivent payer des droits pour obtenir le label, alors que les membres d’une coopérative n’en ont pas besoin. On continue aussi à se demander, ce que les vacances dans une ferme et dormir dans du foin a à voir avec un parc naturel, car ces offres ne sont pas des créations d’idéologues de parcs, mais elles existaient déjà longtemps auparavant.
Les théoriciens des parcs ont entre-temps eux-mêmes réalisé que l’histoire des plus-values supplémentaires n’avait rien à voir avec la réalité. Dans une étude de la Haute Ecole de technique HSR Rapperswil, il est précisé: «Au fond, les parcs naturels régionaux peuvent créer des plus-values de diverses manières. […] Mais ce serait erroné d’attendre des retombées au niveau de plus-values trop élevées.»

Source: Wertschöpfungspotential und gesamt­wirtschaftliche Bedeutung von Pärken par Dominik Siegrist & Florian Lintzmeyer,
Hoch­schule für Technik HSR, Rapperswil

La coopérative, une forme d’autogestion communautaire à succès

Comme dans d’autres pays aussi, les paysans suisses sont confrontés à de sérieux problèmes d’existence. Notamment dans les régions de montagne, il n’est pas du tout facile de se maintenir à la surface. La création d’une coopérative pour œuvrer ensemble en cultivant l’entraide mutuelle est une solution naturelle, basée sur une tradition séculaire.
«La Cavagne» est un exemple encourageant pour l’activité bénéfique d’une coopérative et des personnes qui la forment et qui se fédèrent ainsi pour le bien de tous.    •

Le Prix Montagne

«Le Prix Montagne, lance? conjointement par le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) et par l’Aide suisse aux montagnards (ASM), est organise? pour la quatrième fois consécutive. Il récompense des projets exemplaires qui ont participe? a? la création d’emplois et au développement économique des régions de montagne. Cette année, ce sont 20 dossiers qui ont été soumis au jury. Six d’entre eux, provenant des différentes régions linguistiques du pays, ont été nominés. En tant que modèles, ils doivent servir d’exemples et d’inspiration pour les autres régions de montagne.»

Source: Communiqué de presse du SAB du 19/8/14

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.