Partenariat atlantique ou soumission totale?

Partenariat atlantique ou soumission totale?

par Eberhard Hamer

Depuis les révélations de Snowden, nous savons que

  • les Américains espionnent sur une large échelle notre économie pour profiter de nos technologies et brevets, ce qui provoque, selon les estimations de l’UE, des dommages de l’ordre de 50 milliards d’euros par an,
  • les services de renseignements américains NSA interceptent, écoutent et exploitent de manière généralisée tous les appels téléphoniques, les courriels et autres télécommunications,
  • une installation spéciale se trouve sur le toit de l’ambassade américaine à Berlin, permettant d’espionner les ministères et le Bundestag, ainsi que la chancellerie fédérale, situés à moins de 100 mètres,
  • la NSA écoute, 24 heures sur 24, tout particulièrement nos dirigeants dans les domaines de l’économie et de la politique, y compris leurs téléphones portables – aussi celui de la chancelière fédérale –, ce qui lui permet d’être mieux informée que quiconque en Allemagne sur tous les préparatifs concernant les décisions économiques et politiques.
  • Dans un premier temps, les Etats-Unis nièrent les révélations de Snowden. Mais par la suite ils durent, vu les détails mis au jour, avouer qu’ils n’écoutaient, n’espionnaient et ne contrôlaient pas seulement des pays étrangers, mais également des pays «amis», ainsi que la Commission européenne à Bruxelles.

Alors qu’on aurait dû s’attendre à un cri d’indignation collective à travers le monde, y compris l’Europe et l’Allemagne, suite aux activités sournoises des autorités et du gouvernement américains, ce fut au contraire les Etats-Unis qui s’en prirent au «traître» Snowden. Suite à ses révélations, on apprit également que tant la Grande-Bretagne que la France espionnaient l’Allemagne de manière généralisée à l’instar des Etats-Unis. Côté allemand, on fit semblant de s’indigner («On ne fait pas cela entre amis …»), mais surtout on s’enferma dans le mutisme. Il semble que les politiciens allemands n’osent pas s’opposer à l’occupant.
Le comble de l’insuffisance allemande apparaît dans les négociations, qui durent depuis plusieurs mois, entre les services secrets allemands et américains, dont le but serait d’obtenir des Américains qu’ils cessent pour le moins d’espionner les membres du gouvernement, qu’ils réduisent leur espionnage économique et qu’ils informent les services secrets allemands de leur résultats. Les négociations n’aboutirent pas, les Américains ayant refusé catégoriquement toute modification, se targuant du droit de contrôle total de la politique allemande, de même que de l’économie, des médias et de l’ensemble de la société allemande.
Les politiciens allemands sont à tel point obséquieux qu’ils n’ont pas même le courage, malgré ce contrôle total de l’économie et de la société allemandes par les Etats-Unis, de stopper les négociations concernant la zone de libre échange, particulièrement favorable aux Américains, pour contraindre ces derniers à cesser leur espionnage. Les négociations sont menées à huis clos selon l’agenda des Etats-Unis, alors même que tout un chacun sait que les négociateurs allemands et européens sont sous la surveillance de la NSA, autrement dit que les Américains sont assis des deux côtés de la table de négociations.
Il est de surcroît scandaleux de voir à quel point nos responsables tentent de tout minimiser. Si des pays asiatiques ou la Russie s’étaient permis de publier ne fût-ce qu’une infime partie de cet espionnage, les Occidentaux en auraient fait un incroyable tapage, les mouvements de protestation auraient été interminables. Le fait que notre gouvernement ne se défende pas sérieusement contre l’espionnage de notre économie et de notre population n’est rien d’autre qu’une violation du serment professionnel. Et qu’il ne se défende même pas contre un espionnage total envers lui-même, nous montre que notre gouvernement et les élites politiques – comme lors du sauvetage de l’endettement pour l’Europe entière – obéissent davantage aux ordres atlantiques qu’aux intérêts de la population et à leurs propres intérêts.
Que doit-il advenir pour que notre gouvernement prenne à nouveau au sérieux sa tâche constitutionnelle de défense des intérêts allemands et s’intéresse à la liberté individuelle et à l’inviolabilité de nos droits de la personne?
L’affaire d’espionnage de la NSA prouve le manque de morale atteint aussi bien activement par les Etats-Unis que passivement par le gouvernement allemand.    •
(Traduction Horizons et débats)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.