Djihadistes européens en Syrie – une conséquence de l’ingérence européenne?

Djihadistes européens en Syrie – une conséquence de l’ingérence européenne?

par Albert A. Stahel, Institut für strategische Studien, Wädenswil

Selon les services de renseignements européens, ce sont de plus en plus de jeunes musulmans qui partent d’Europe en Syrie pour participer à la guerre des djihadistes (Jabhat al Nosra et l’Etat islamique en Irak et au Levant, EIIL) contre le régime d’Assad. Selon des informations officielles de Londres, plusieurs centaines de musulmans d’origine britannique participent à la guerre civile en Syrie. L’organisation qui recrute des jeunes musulmans en Grande-Bretagne pour cette guerre, s’appelle «The Lions of Britain».1 On suppose que la Finsbury Park Mosque joue une part active là-dedans.
Les recrues prennent, par la suite, l’avion pour la Turquie et infiltrent la Syrie par voie terrestre. Pour ce qui est du nombre, l’afflux dépasse le nombre de djihadistes qui, autrefois, partaient en direction de l’Afghanistan et de l’Irak. Ce sont des douzaines que l’on suppose avoir péri dans la guerre civile en Syrie.
On suppose que 700 jeunes musulmans de France sont partis pour la Syrie, ils y combattent aux côtés des djihadistes. En décembre 2013, ce furent en tout 2000 musulmans d’Europe occidentale qui sont allés en Syrie. Le mois dernier, James R. Clapper Jr., chef des services de renseignements des Etats Unis, a déclaré lors d’une interrogation au Congrès qu’actuellement 7000 combattants étrangers, provenant de 50 Etats, combattaient dans la guerre des djihadistes syriens.2
Scotland Yard juge le retour de ces combattants aguerris être une menace pour la sécurité en Europe. En 2013, 24 soldats rapatriés de Syrie ont été arrêtés en Grande-Bretagne. En janvier 2014, on a déjà mis en garde à vue 24 soldats rapatriés.
Le Counterterrorism Command de Scotland Yard craint que ces soldats rapatriés puissent être recrutés en raison de leur radicalisation en Syrie, pour des attentats en Grande-Bretagne.
En prenant le parti des adversaires du régime d’Assad et par leur ingérence dans la guerre civile syrienne, la Grande-Bretagne et la France ont ouvert la boîte de Pandore, sans réfléchir aux conséquences de leur politique. C’est avec ça peut-être qu’ils encouragent la menace terroriste dans leurs propres Etats.     •

Source: www.strategische-studien.com du 17/2/14

(Traduction Horizons et débats)

1    Witte, G.: Europeans are flocking to the war in Syria. What happens when they come home? In: Washington Post du 30/1/14
2    Witte, G.

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.