«Sortir à temps la mèche allumée du fût d’essence»

Les médias occidentaux sont-ils tous soumis au commandement suprême des Etats-Unis?

Lettre ouverte aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE à propos de la séance du 6 mars 2014

Mesdames, Messieurs,

Selon les standards en cours dans l’Union européenne lors de situations difficiles, les chefs d’Etat et de gouvernement devraient, lors de leur rencontre à Bruxelles concernant la situation en Ukraine, tenir compte que
1.    il ne peut y avoir de contacts avec les nouveaux dirigeants gouvernementaux à Kiev tant qu’il y aura des doutes sérieux et justifiés quant à la légitimité de ces nouveaux organes à Kiev,
2.    tant qu’on pourra estimer qu’il se trouve, dans les nouveaux organes suprêmes de Kiev, des personnes dont le comportement politique provoque un dégoût du fait de leurs façons de penser, il serait bon de refuser tout contact avec ces organes […] jusqu’à ce que ces personnes soient éloignées de leurs postes. Le gouvernement fédéral allemand ne peut accepter que d’une part on attende du Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe qu’il prononce une interdiction du parti NPD, alors que simultanément on s’accoquine à Kiev avec des gens qui sont étroitement liés au NPD.
Il est parfaitement regrettable de constater la façon dont les médias occidentaux réagissent à cette crise, à croire qu’ils sont tous soumis au commandement suprême des Etats-Unis. […]
La semaine dernière l’incendie du Maïdan à Kiev a failli s’étendre à toute l’Ukraine. Une guerre civile en Ukraine aurait des conséquences douloureuses pour toute l’Europe. Cette menace est toujours et encore d’actualité du fait que les répercussions économiques ne sont pas encore connues. Le comportement réfléchi et énergique du gouvernement russe sous le président Poutine a offert une chance à l’Europe et au monde, de sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, et de nous préserver des fureurs d’une guerre civile dans ce pays.
La fédération de Russie a toujours reconnu le droit international et ses principes depuis le déclenchement par l’OTAN de la guerre d’agression contre la République fédérale de Yougoslavie, il y a tout juste 15 ans, et au cours des années suivantes, où les Etats-Unis ont continué leurs activités violant le droit international et la paix également dans d’autres parties du monde. Sans ce droit international et notamment la Charte des Nations Unies, le sort de l’Europe serait plus que jamais incertain. […]

Willy Wimmer, ancien secrétaire d’Etat au ministère de la Défense, membre du Bundestag de 1976 à 2009

(Traduction Horizons et débats)

«Sortir à temps la mèche allumée du fût d’essence»

L’Occident, la Russie, la Chine et l’Ukraine

par Willy Wimmer, ancien secrétaire d’Etat du ministère de la Défense, membre du Bundestag de 1976 à 2009

Les nouvelles arrivant de l’Ukraine se bousculent et les belles lueurs de Sotchi avec ses sportifs rayonnants se sont éloignées plus rapidement qu’on ne le souhaitait.
Néanmoins, dans la masse des nouvelles concernant des événements ayant lieu à environ 700 kilomètres de Berlin, nous ne devrions pas ignorer ou mal comprendre les informations concernant un épouvantable massacre qui a eu lieu dans la ville chinoise de Kunming. Cette ville, capitale de la province de Yunnan, impressionne par son charme rappelant les régions agréables de la côte méditerranéenne. Le 1er mars, la mort est arrivée à Kunming. Il y a eu 29 morts et plus de 100 personnes blessées. Un événement très éloigné?
Rappelons-nous les jours avant le déclenchement de la guerre contre la République fédérale de Yougoslavie, qui eut lieu en violation du droit international, et dont le début se commémore ces jours-ci pour la 15e fois. Pendant plusieurs mois, il y eut attaque sur attaque en Chine occidentale. Il y eut des morts et des blessés. Des acteurs connus de Hollywood lancèrent une campagne concernant le Tibet. La situation devint si dramatique qu’on s’attendait à un conflit armé au sujet du Tibet. On put lire, pas seulement dans le magazine Spiegel, que les services secrets américains étaient à la source des événements en Chine occidentale.
 Ce qui éclata, cependant, ce furent les bombardements de Belgrade, en plein centre de l’Europe, et le véhicule utilisé était l’organisation terroriste albanaise UÇK, que les Etats-Unis, et plus tard l’OTAN toute entière, utilisèrent pour atteindre leurs objectifs prévus pour la République fédérale de Yougoslavie.
Les signes préliminaires apparaissent plus souvent qu’on ne le voudrait. Cela signifie pour nous que, malgré les bouleversements qui ont lieu actuellement en Ukraine, il ne faut pas négliger la situation mondiale.
Quelque chose d’une grande ampleur est en cours, et cela pourrait tous nous déchirer. Ceux qui aujourd’hui veulent chasser la Russie du G8, n’hésiteront pas à menacer la Chine de l’exclusion de l’OMC demain et de mettre à exécution cette menace. Nous sommes en phase finale et c’est réellement spectaculaire d’observer de quelle manière le secrétaire d’Etat américain John Kerry se présente en ange gardien du droit international.
Cependant, le comportement des Etats-Unis – depuis la guerre, contraire au droit international, contre Belgrade et toutes les guerres d’agression classiques qui ont suivi, notamment celle contre l’Irak – ne peut être utilisé comme excuse pour d’autres pays pour imiter le modèle américain des décennies passées. Mais le font-ils? Actuellement, on compare volontiers le président Poutine à Adolf Hitler, comme l’a fait dernièrement l’ancien ministre tchèque des Affaires étrangères. Le comte Karel Schwarzenberg a beau dire, mais ce furent les Russes qui durent impitoyablement verser leur sang sous Adolf Hitler. On ne peut guère se comporter de manière plus embarrassante.
Mais l’Ukraine va nous sauter à la tête, même si depuis Joschka Fischer, il semble que l’OTAN ait une méthode spéciale d’illuminer les cibles. Ianoukovytch est parti et qui voudrait verser une larme sur lui? Que dire de ces villas de frimeurs? Comme si quiconque à Bruxelles, Berlin, Londres ou Washington s’était jamais senti perturbé par ces maisons avant que commencent les âpres discussions en faveur du fameux accord d’association. Plus que 300 000 euros dans les caisses de l’Etat? Où étaient les pénibles malins bruxellois quand il s’agissait de contrôler les données de Kiev avant d’envisager l’accord de rattachement de l’Ukraine à l’Union européenne?
Ce qui est d’une toute nouvelle qualité, ce n’est pas uniquement que la sous-secrétaire d’Etat américaine Mme Nuland ait donné libre cours à ses réflexions concernant les manipulations pour créer le nouveau gouvernement ukrainien, mais c’est la première fois dans l’histoire moderne qu’un gouvernement issu d’élections libres et équitables – selon les déclarations de tout le monde, de l’OSCE au Conseil de l’Europe – fut victime d’un coup d’Etat et que tous les accords portant sur des mesures de résolution de la crise furent balayés d’un revers de main.
Mais attention: cela a été l’œuvre spécifique de forces qui auraient dû susciter un cri d’horreur dans toute l’Europe. Dans la nuit même de la prise de pouvoir, les mêmes cercles se sont mobilisés contre les habitants russophones de l’Ukraine. On n’avait rien de plus pressant à faire que leur annoncer le retrait de leurs droits de citoyenneté. C’était évidemment la même populace politique qui a menacé par la suite de se répandre dans toute l’Ukraine.
A cause de la faillite financière menaçante du pays, il faut craindre que la fureur du peuple ne se répande, bien qu’aujourd’hui, il attende encore son bonheur de l’Occident; mais il y aura des pleurs et des grincements de dents, aussitôt que la réalité américaine et ouest-européenne l’atteindra.
Quand MM. Obama et Kerry s’expriment, il semble que Washington veuille utiliser les derniers moyens avant la déclaration de guerre contre la fédération de Russie. N’aurait-il pas été plus sage de garder les fils en main, vu les graves dangers pour toute l’Europe d’un «big bang» émanant de l’Ukraine? Finalement, c’était Moscou qui voulait jeter encore davantage d’argent à l’Ukraine dans son piteux état et non pas l’Occident qui se comporte de manière très réticente quand il s’agit de telles affaires.
Et M. Poutine? Aurait-il dû attendre jusqu’à ce que la prise de pouvoir de Kiev ait atteint la frontière russe? Les porteurs du nouvel esprit étaient tous en route. Au nom du diable, qu’est-ce qui a pris les nouveaux potentats de destituer tous les fonctionnaires importants, dans tout le pays, et de les remplacer par leurs propres protégés? Par sa façon de réagir, le président russe a placé un signal de stop à tous ces agissements, pour lequel nous lui serons encore une fois très reconnaissants un jour. La souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine ne sont nullement remises en question. Le fait d’avoir sorti la mèche allumée du fût d’essence, comme l’a fait M. Poutine, devrait donc être perçu comme un bonheur – où alors cet acte est perçu comme une atteinte au véritables intentions occidentales.    •
(Traduction Horizons et débats)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.