Lampedusa – le phare le plus méridional de l’Europe

Lampedusa – le phare le plus méridional de l’Europe

Un récit de l’Italie du Sud

par Heinz Werner Gabriel, Marina di Camerota

La petite île italienne de Lampedusa est la principale porte d’entrée pour les réfugiés de l’Afrique et du Proche-Orient. Au cours de la première semaine d’août 2014, plus de 15?000 réfugiés y ont atterri.
La marine italienne a amené plus de 90?000 personnes à bon port.
L’Italie est surchargée. L’UE n’a pas encore un concept efficace. Elle s’attend à 500?000 demandeurs d’asile.
Les répercussions défavorables sont graves, avant tout dans la région au sud de Naples. On apprend cela en parlant avec des directeurs du tourisme ainsi que des membres des administrations municipales et de la police. Les chiffres d’affaires baissent, les conflits sociaux et la criminalité augmentent.
Ci-dessous, nous allons analyser certaines causes et possibilités d’agir:
On atteint Lampedusa – l’île Pélage la plus méridionale – depuis la Sicile après un voyage de 250?km passant par les îles Pantelleria et Linosa. La nuit, vous êtes accueillis par un phare à trois éclairs. La côte tunisienne est à environ 120?km.
Pourquoi n’utilise-t-on pas l’Espagne, qui n’est qu’à 25 kilomètres de l’Afrique, comme objectif de fuite? L’Espagne a, en outre, deux petites colonies sur la côte africaine. La réponse est simple: la paix et la stabilité règnent dans les pays en face de l’Espagne.
De quels pays les réfugiés sont-ils originaires?
Actuellement, ils viennent de Libye, de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, d’Afrique centrale et orientale. Toutes ces régions ont été sciemment déstabilisées par des guerres et des guerres civiles.
Qui a fomenté ces guerres civiles et suite à cela créé ces vagues de réfugiés?
Prenons l’exemple de la Libye: la plupart des réfugiés proviennent de cette partie du monde en raison des bombardements dans leur pays par des forces armées occidentales. Il fallait supprimer un dictateur gênant. La milice, agissant en parallèle, détruisit les infrastructures de ce pays fortuné et demeure aujourd’hui encore active avec divers petits groupes. La plupart de ces troupes a été transférée en Syrie afin d’éliminer – en tant que «défenseurs des droits de l’homme» – là aussi le chef d’Etat rebaptisé en «grand méchant». Dès que celui-ci est parvenu, grâce à de l’aide extérieure, à quasiment anéantir les soi-disant «défenseurs des droits de l’homme», ces derniers se sont retirés en Irak … évidemment protégés par leurs commanditaires du début.
Entretemps, ces troupes sunnites veulent construire avec une violence inouïe un Etat islamique (EI) en Irak. Celui-ci doit être, à la demande des Kurdes irakiens, combattu par l’Occident – donc par ceux qui ont initialement créé ces troupes.
Quel est le devoir des démocraties occidentales?
Les chefs d’Etats et de gouvernements doivent, selon leur serment d’entrée en charge, éviter tout dommage à leurs citoyens. L’Europe ne peut pas accepter les charges éthiques et matérielles provoquées par des guerres préparées à l’avance, extrêmement coûteuses, créant d’énormes vagues de réfugiés et des milliers de morts. Les Etats européens sont co-responsables de la situation actuelle suite à leurs actes ou à leur accord implicite avec ces actes.    •
(Traduction Horizons et débats)

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.