Territoire colonisé

Territoire colonisé

par Willy Wimmer, Allemagne

Même si les dernières nouvelles – propagées avec délectation dans la presse allemande et internationale – sur la collaboration étroite entre le BND [Services de renseignement allemand] et les services secrets américains pour espionner les industries européennes et allemandes ne sont que partiellement correctes, Madame la Chancelière devrait en tirer les conséquences. Pourquoi continuer à placer le drapeau «noir-rouge-or» au-dessus de la Chancellerie? On ferait mieux de hisser le drapeau avec les trois singes: «Je n’entends rien – Je ne vois rien – Je ne dis rien». Mais en fait, on avait bien dit quelque chose. C’était en été 2013, lorsque le scandale des écoutes de la NSA avait été déclaré terminé, que les choses ont été placées sur la fausse voie.
Le problème se situe cependant plus en profondeur. C’est ce que montrent les questions inquiètes de nombreux citoyens. On veut savoir ce qu’il en est de la souveraineté allemande, savoir si le soi-disant «dossier du chancelier» existe réellement. Lorsqu’on fait des recherches à ce sujet, les déclarations à ce sujet semblent remonter à un ancien président du MAD [Service de contre-intelligence militaire allemand]. Ce «dossier» pourrait être un document selon lequel tout titulaire du poste de Chancelier fédéral doit faire une sorte de «serment de fidélité» dans le «Oval Office» de la «Maison Blanche» à Washington, avant de pouvoir prendre ses fonctions en Allemagne. Bien sûr que cela comporte un certain risque de vouloir faire appel à un ancien président du MAD comme témoin principal pour de telles affirmations osées. A vrai dire, le MAD ne s’est encore jamais distingué par sa capacité de devoir ou savoir juger des affaires d’Etat importantes. Mais cette incertitude existe et elle est entretenue par de nombreuses nouvelles publications.
Ce n’est pas seulement le fait que de nombreux citoyens ont connaissance de l’influence des financiers américains sur la presse allemande qui y contribue. C’est un fait avéré que les règles régissant notamment les engagements financiers étrangers dans le secteur de la presse américaine diffèrent de celles régissant les activités de financiers américains dans la presse allemande. Il peut y avoir des raisons historiques à l’application différente du principe de réciprocité pour les mêmes faits des deux côtés de l’Atlantique. Pourtant ces différences ne sont pas vraiment au goût du jour.
La plupart des habitants de notre pays n’apprécient pas du tout, de devoir constater que les Etats-Unis ont recours à des activités meurtrières, notamment des missions effectuée par des drones décollant de bases militaires allemandes qui se trouve sous contrôle américain. Cela n’a absolument rien à voir avec la Politique de sécurité et de défense commune. Pour les institutions constitutionnelles suprêmes, tels le président de la République fédérale, le président du Bundestag, le président de la Cour constitutionnelle et Madame la Chancelière fédérale, ce serait une obligation étatique de mettre fin à ces activités criminelles. Cela servirait la paix dans le monde, un engagement explicitement exigé dans notre Constitution allemande, mais personne n’en tient compte.
Ce qu’on vient d’apprendre concernant les écoutes par nos services de renseignement, au détriment de notre industrie allemande ou de l’industrie européenne, ne fait pas seulement penser à un «Etat dans l’Etat», mais également à la prise de pouvoir d’un Etat étranger sur les organes étatiques allemands avec ou sans connaissance de la Chancellerie fédérale et contre les citoyens du pays.
Le problème se trouve probablement dans le fait que suite au grand nombre de traités conclus lors de la réunification allemande pour ne pas mettre en danger le véritable but de la réunification, les dispositions du droit de l’occupant – n’ayant aucun lien avec la défense commune de l’OTAN – ont été imposées à l’Allemagne réunifiée. Aujourd’hui, nous pouvons en constater les conséquences, comme plusieurs jugements de la Cour suprême le prouvent. Madame la Chancelière devrait personnellement profiter de toute occasion pour mettre fin à cette situation.     •
(Traduction Horizons et débats)

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.