L’UE planifie-t-elle un accès rapide à l’argent des épargnants?

L’UE planifie-t-elle un accès rapide à l’argent des épargnants?

Le cas de «Chypre» n’a été qu’un «petit jeu d’essai» nous a-t-on fait savoir depuis Bruxelles. La saisie de l’argent de la communauté des investisseurs va être préparée pour toute l’Europe. «Pour pouvoir ensuite frapper soudainement et sans mise en garde», ajoute-t-on d’un air suffisant. En vérité, les rumeurs et les signes précurseurs se multiplient à propos de l’UE préparant des directives pour une saisie «éclair» sur les comptes en banque. En clair: pour ne pas faire aboutir la crise bancaire en Europe dans un effondrement, les participations de force des épargnants et des déposants pourront à l’avenir être effectuées beaucoup plus rapidement que lors de «test» en Chypres. L’objectif est de sauver les banques en un seul week-end. Le client bancaire normal ne s’apercevra que le lundi matin que son compte a été chargé au cours du week-end.
Si l’on croit les rumeurs s’amplifiant, l’UE travaille déjà en vue d’un plan directeur pour impliquer d’avantage les titulaires de comptes dans l’assainissement des banques. A l’intérieur de l’UE cela veut dire qu’il faut élaborer à toute allure un plan pour la restructuration rapide des banques. Les instructions sont les suivantes: entre vendredi soir et lundi matin l’ensemble devra être terminé. Dans le cas idéal, le titulaire de compte ne s’en rendra compte au plus tôt lundi matin. Ainsi les experts à Bruxelles veulent empêcher de déclencher une ruée sur les banques et/ou une fermeture temporaire des banques. Les optimistes parmi les instigateurs bruxellois pensent que ces directives spécifiques pourront être édictées cette année encore.
La question principale non-résolue est le montant des fonds de garantie des dépôts, toujours mis en avant. Jusqu’à présent tous les Européens croyaient que leurs dépôts bancaires étaient automatiquement garantis jusqu’à un montant de 100?000 euros. Foutaises: en réalité rien n’est garanti de manière générale. Et les banques menacent déjà de ne plus vouloir verser de l’argent dans des fonds de garantie des dépôts nébuleux. Les épargnants participent déjà depuis plusieurs années aux risques de leur banque, cela aussi bien en tant qu’épargnant qu’en tant qu’actionnaire de la banque. Depuis plusieurs années, il y a une directive de l’UE pour garantir les dépôts – et celle-ci prévoit clairement une franchise de 10% pour l’épargnant. Finalement tout épargnant devrait donc participer à l’assainissement de sa banque avec 10% de ses dépôts. Et personne ne sait si cela sera une «taxe» unique.
Un expert le dit ouvertement: il y aura certainement des «méthodes de garantie». La plus courante serait de changer tous les avoirs des comptes d’épargne en argent liquide. Mais, premièrement il n’y aura plus d’intérêts et il y a le danger d’être soumis à un échange forcé avec alors des «taxes» considérables et il est aussi problématique de mettre cet argent en sécurité. En aucun cas dans un coffre-fort de la banque, car ceux-ci seront bloqués en même temps et seront ensuite soumis à un serment de déclaration officiel pour être ensuite inspectés et catalogués par des fonctionnaires. La même chose est valable pour la fuite dans de l’or ou de l’argent. Si c’est de l’or-papier ou de l’or-argent, la saisie reste possible à tout moment. La fuite dans le foncier ou l’immobilier n’est pas non plus une solution – car immuable – de tels biens sont une proie garantie pour l’avidité des institutions bancaires. Le maintien d’argent liquide
en dehors d’un coffre-fort bancaire pose également certains problèmes. Le terme «conservation de la substance» obtient ainsi pour l’épargnant une toute nouvelle importance!    •

Source: Vertraulicher Schweizer Brief n° 1431 du 22/5/15

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.