L’Islande retire sa candidature à l’adhésion à l’UE

L’Islande retire sa candidature à l’adhésion à l’UE

hd. Le gouvernement islandais a décidé de suspendre les négociations d’adhésion à l’Union européenne et a officiellement retiré sa candidature. Dorénavant, l’Islande ne désire plus être considéré comme un pays candidat et demande à l’UE de respecter ce fait. «La majorité des habitants de cet Etat insulaire s’est toujours exprimée contre une adhésion», écrit la «Handelszeitung» du 12 mars. Etant donné que la situation de la Suisse est similaire, cela pourrait également être une option pour le gouvernement suisse.

                                                      LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES DE L’ISLANDE

                                                                                                                                                        Reykjavik, le 12 mars 2015

La présidence lettonne du Conseil
de l’Union européenne
Son Excellence Edgars Rinkevics

 

Le commissaire chargé de la politique européenne
de voisinage et des négociations d’élargissement
M. Johannes Hahn

Cher Edgars, cher Monsieur le commissaire Hahn,
Depuis son institution en 2013, le gouvernement de l’Islande met en pratique une nouvelle politique transparente en matière des négociations d’adhésion à l’UE.
Le gouvernement a réitéré cette politique lors de sa réunion du 10 mars 2015 en adoptant cette lettre qui contient des éclaircissements supplémentaires.
Dans un premier temps, les éléments fondamentaux de cette politique étaient les suivants: suspendre toute négociation d’adhésion, dissoudre les structures de négociation et commander une évaluation du procès d’adhésion, ainsi que du développement au sein de l’UE.
En accord avec la suspension complète des négociations, le gouvernement a également décidé de s’abstenir de toute activité liée à son statut de pays candidat.
Cette nouvelle politique a été expliquée aux réunions entre le Premier ministre de l’Islande, le président de la Commission européenne et le président du Conseil européen qui se sont déroulées en juillet 2013. Lors de ces occasions, les deux dirigeants des institutions européennes ont fait comprendre qu’il faut de la clarté dans le procès de candidature. En outre, à la fin de 2013, des contacts intensifs ont eu lieu entre l’Islande et l’EU concernant les projets IAP [Instrument d’aide de préadhésion, ndt.].
Depuis lors, on a finalisé l’évaluation du procès d’adhésion de l’Islande et le sujet a été discuté en détail dans le Parlement islandais. D’ailleurs, la Commission a terminé les contrats sur les projets IAP.
Récemment, nous avons consulté avec vous l’état des lieux du procès d’adhésion.
Pour ce qui est des observations susmentionnées, le gouvernement islandais aimerait préciser ses intentions. En effet, le gouvernement de l’Islande n’envisage pas de reprendre les négociations d’adhésion. En plus, tout engagement conclu par le gouvernement précédent lors des négociations d’adhésion est remplacé par la présente politique.
En vue de ce qui précède, le gouvernement tient ferme à sa position que l’Islande ne doit pas être considérée comme un pays candidat à l’adhésion à l’UE et considère adéquat que l’UE ajuste en conséquence ses procédures de travail.
J’aimerais souligner l’importance d’entretenir des rapports proches et de continuer la coopération entre l’UE et l’Islande et cela surtout sur la base de l’accord sur l’EEE. Le gouvernement s’engage à préserver un rapport proche indépendamment de toute considération d’adhésion.
En outre, le gouvernement insiste sur l’importance qu’il attribue à l’unité et à la coopération dans cette époque difficile de l’histoire européenne, lorsque les éléments essentiels de la sécurité et de la prospérité économique sont mis à l’épreuve.
                                                                                               Cordialement,
                                                                                         Gunnar B. Sveinsson
                                                                                Le ministre des Affaires étrangères

Source:  http://www.mfa.is/media/gunnar-bragi/Bref-ESB-ENS-pdf.pdf  

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.