Arguments principaux en faveur du référendum

Arguments principaux en faveur du référendum

«Le ‹Comité de citoyens pour notre sécurité – Non à la réduction de moitié de l’armée› a lancé le référendum contre le prétendu ‹développement› de l’armée (DEVA). […] Quels sont donc les arguments principaux en faveur de ce référendum?»

Diminution de moitié de l’effectif réglementaire à 100'000 militaires

«Avec la quatrième réforme de l’armée en 25 ans – Armée 95, Armée XXI, Etape de développement 2008–2011 –, les effectifs seraient réduits de moitié pour la troisième fois – à 100'000 hommes, dont environ 24'000 dans les troupes de combats. Au début des années 1990, l’armée comptait encore 800'000 hommes. Pour un engagement continu de 365 jours, 24 heures sur 24, il ne resterait – par exemple pour protéger des infrastructures vitales – plus que 1200 militaires pour l’ensemble du territoire suisse.»

La conséquence logique est donc de refuser le DEVA!

Violation de la Constitution fédérale

«Une armée réduite de moitié ne serait plus en mesure de protéger la liberté et d’assurer l’indépendance et la sécurité du pays comme le demande la Constitution fédérale. Selon l’art. 2 Cst., l’armée doit ‹protéger la liberté, l’indépendance et la sécurité›. Selon l’art. 58 Cst., l’armée doit ‹assurer la défense du pays et de sa population et apporter son soutien aux autorités civiles lorsqu’elles doivent faire face à une grave menace›.
Une armée réduite de moitié à 100'000 militaires ne correspondrait plus au principe de milice constitutionnel et à la neutralité armée.»

La conséquence logique est donc de refuser le DEVA!

Rapports révolus sur la politique de sécurité datant des années 2010 et précédentes

«Le projet se fonde sur des analyses et documents révolus, tel le Rapport sur la sécurité 2010. […] Depuis lors, la situation militaire et stratégique s’est considérablement modifiée et aggravée, également en Europe. Le Conseil fédéral a tenté à postériori de justifier le projet de réforme DEVA en publiant le peu convaincant Rapport de sécurité 2016. Plusieurs participants à la consultation ont rejeté ce rapport, dont l’Union suisse des arts et métiers […] et la Société suisse des officiers.»

La conséquence logique est donc de refuser le DEVA!

Le délai référendaire est le 7 juillet 2016. Il s’agit donc de récolter jusqu’à fin juin 50'000 signatures, afin que ce projet DEVA soit soumis au peuple.    •

Source: www.armee-reduite-de-moitie-non.ch

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.