Contestation de scrutin: indications d’irrégularités sérieuses

Contestation de scrutin: indications d’irrégularités sérieuses

Autriche

L’Office fédéral de lutte contre la corruption effectue une enquête

hd. L’élection extrêmement juste du président autrichien est soumise à une procédure juridique non sans chance de succès. Les médias autrichiens pensent qu’un renouvellement de l’élection est assez probable. La FPÖ a préparé un rapport de 152 pages listant toutes les irrégularités apparues lors de ces élections (www.fpoe.at/dokumente/2016/wahlanfechtung_volltext.pdf).
La Cour constitutionnelle de la République auditionnera publiquement du 20 au 23 juin 90 témoins, dont un certain nombre de membres des commissions de districts. Si, lors des auditions, des irrégularités «pouvant avoir un impact» sur le résultat des élections apparaissent et qu’elles concernent au moins 15 432 des voix, il faudra procéder à une nouvelle élection.
Les avocats des deux candidats à la présidence ont également la possibilité d’interroger les témoins. La Cour prévoit de prendre sa décision au plus tard le 6 juillet, c’est-à-dire deux jours avant la prestation de serment de M. van der Bellen en tant que président autrichien.
Selon le quotidien «Die Presse» du 16 juin, l’éventuelle répétition de l’élection présidentielle n’aura guère lieu avant l’automne.
Entretemps, l’Office fédéral de lutte contre la corruption (BAK) a également ouvert une enquête concernant les soupçons d’abus d’autorités et d’usage de faux dans l’exercice de fonctions publiques («Kurier» du 18 juin).

* * *

«Découverte d’une monstruosité antidémocratique!»

Entretemps, le FPÖ a mis en ligne le texte complet de la contestation de scrutin (plus de 150 pages).
«Ce qui est démontré dans les détails par l’ancien ministre de la Justice, Dieter Böhmdorfer, auteur du texte de contestation, est choquant pour tout démocrate et révèle l’état effrayant de notre démocratie, notamment dans le maniement et le décompte des cartes de vote par correspondance», explique Inge Rauscher, porte-parole du comité interpartis de l’initiative demandant la sortie hors de l’UE. «Une telle quantité de ‹manquements›, le déroulement horaire des évènements le jour des élections et le lendemain – le jour du décompte des cartes de vote par correspondance – ne peuvent être expliqués uniquement par le ‹hasard› et de la ‹négligence›.»
Et Mme Rauscher d’ajouter: «Si la Cour constitutionnelle n’annule pas ce scrutin de ballotage pour la plus haute fonction de l’Etat, malgré les violations législatives massives et n’ordonne pas une nouvelle élection, ce serait un scandale de premier ordre en terme de politique démocratique! La question de savoir quel parti ou quel candidat a été lésé est secondaire, en première ligne, il s’agit de notre démocratie dans son ensemble.»

La Cour constitutionnelle doit défendre la démocratie!

Cela d’autant plus que le pourcentage des voix officiellement annoncé – suite à une «décision» prise par un front unitaire (tous contre un), rappelant les systèmes totalitaires – est minimal: «Si 15 432 électeurs – donc 0,35% des voix déposées valables ou bien 0,24% des électeurs inscrits – s’étaient décidés différemment, le résultat final aurait été inversé.» (Citation tirée du texte de contestation)
Inge Rauscher termine en disant: «Quiconque analyse soigneusement le texte de contestation très complet et de grand intérêt politique doit mettre en relation les ‹incohérences› qui y sont documentées avec le nombre minimal de voix ayant – prétendument – fait pencher la balance. Si une telle ‹décision› est acceptée par la Cour constitutionnelle, cela représenterait le début de la fin de la démocratie en Autriche.»    •

Contacts: pour le comité interpartis – Inge Rauscher +43 6811 077 40 66 et Renate Zittmayr +43 664 425 19 35,
ihua1.net, www.eu-austritts-volksbegehren.at
(Traduction Horizons et débats)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.