Invasion migratoire: se réveiller et lutter. La réalité est notre guide

Invasion migratoire: se réveiller et lutter. La réalité est notre guide

me. Il y a eu beaucoup de litiges autour des réformes de l’armée et de la dite DEVA. L’abréviation signifie Développement de l’armée, mais les observateurs se demandent s’il ne s’agit pas plutôt d’un Développement du désarmement systématique de l’armée.
Il n’y a pas de doute pour toute personne dotée d’une vision claire qu’avec les maigres troupes de combat (grand nombre des 100'000 hommes de l’armée actuelle sont incorporés dans les troupes de ravitaillement, de transmission, de transport, des forces aériennes et de l’aide en cas de catastrophe), donc avec les 30'000 soldats de combat restant, on ne peut s’opposer qu’à une seule petite offensive d’un adversaire partant du Rhin jusqu’à Winterthur. Après terminé, définitivement terminé, on peut rentrer à la maison. Pour le reste de la Suisse, plus de troupes. Voilà le résultat de ce développement de l’armée et merci.
L’armée n’est plus mobilisable, signe supplémentaire de son impuissance. Il y a encore quelques années, nous avions l’un de meilleurs systèmes de mobilisation pouvant mobiliser 500'000 hommes en deux jours – équipés, formés et prêts à l’engagement. Maintenant, nous sommes aussi en manque de matériel. Quel gâchis! Que les dirigeants responsables se présentent. Qu’ils en aient le courage!
Plutôt que de pointer du doigt le fautif et de s’occuper du passé, concentrons-nous sur les tâches à accomplir et soutenons ceux qui en ont la responsabilité aujourd’hui. La réalité exige impitoyablement son tribut et les anciens planificateurs de l’armée obtiennent de bien mauvaises notes. L’Armée doit tout simplement s’adapter. Cela ne sera pas simple. Il faut analyser la situation actuelle à fond pour agir de manière conséquente. Ne dormons plus. Ni l’OTAN, ni l’UE ne viendront en aide à la Suisse. Tout au contraire, car ils sont la cause des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Tout commence maintenant avec l’invasion migratoire. Le corps des gardes-frontière arrive à ses limites. L’armée doit être en mesure de le soutenir. Les citoyens devront à nouveau protéger leur Etat eux-mêmes. Nous aspirons à un retour à la normalité. Et nous en avons de bonnes raisons, car nous nous engageons pour un Etat qui, grâce aux votations, nous permet de définir d’après quel modèle nous voulons vivre. C’est unique au monde. Si cela demande plus d’engagement, alors engageons-nous! Retroussons nos manches, surmontons au plus vite les erreurs du passé et faisons face aux défis de notre temps. Ensemble et unis.    •

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.