Sauver l’Europe centrale grâce à la coopération avec la Russie?

«Apparemment, la Russie joue encore aujourd’hui un rôle de pionnier dans la lutte contre le terrorisme islamique, car, contrairement à la guerre aérienne inefficace menée par la coalition américaine sous Barack Obama contre l’Etat islamique, la Russie mène sur ordre du président Poutine une guerre aérienne massive contre le Front al-Nosra en Syrie. Un sauvetage de l’Europe centrale pourrait réussir à l’aide d’une étroite coopération politique et militaire avec la Russie chrétienne.»

Sauver l’Europe centrale grâce à la coopération avec la Russie?

par Albert A. Stahel, Institut d’études stratégiques, Wädenswil Même après le cessez-le-feu décidé suite à l’initiative de la Russie et des Etats-Unis, la situation politique et militaire en Syrie est caractérisée par l’incertitude et l’in­stabilité. La Syrie orientale est toujours contrôlée par l’Etat islamique (EI). Le Front al-Nosra, lié à l’Al-Qaïda, domine principalement certains territoires dans l’ouest d’Alep. Partout, où ces deux organisations détiennent le contrôle, les minorités religieuses, dont font partie les chrétiens des diverses confessions, sont expulsées, opprimées ou même forcées de se convertir. Outre les sites antiques, ils détruisent également des églises et des monastères dans ces régions.La conséquence directe de la guerre et des destructions est le flux de réfugiés en direction de la Turquie, du Liban et de la Jordanie. Outre quelques chrétiens, la majorité de ces réfugiés font partie de l’islam sunnite. Les réfugiés venant de la région d’Alep doivent être considérés comme salafistes, donc des sunnites syriens conservateurs. Ces sunnites fuient prioritairement vers la Turquie. Beaucoup d’entre eux ont atteint fin 2015 la Grèce puis l’Autriche, l’Allemagne et la Suède par la route des Balkans. Le scénario suivant concernant l’évolution future en Europe centrale semble plausible. Ces sunnites vont bientôt faire venir leurs nombreux membres de famille, avec ou sans le consentement de leurs pays d’accueil. Grâce à leur immigration massive, ils pourraient progressivement dominer les autres musulmans en Europe centrale, notamment ceux de l’Allemagne. Après 10 ou 20 ans, ils pourraient déterminer définitivement la vie des musulmans dans l’Europe centrale laïque et finalement évincer le christianisme restant. Comment pourrait-on éviter un tel développement? Il y a plus de cinq siècles, la Russie a été libérée du règne des Tatars islamiques par Ivan IV Vasiljevic, par la conquête de Kazan (1552) et la conquête d’Astrakhan (1557).1Apparemment, la Russie joue encore aujourd’hui un rôle de pionnier dans la lutte contre le terrorisme islamique, car, contrairement à la guerre aérienne inefficace menée par la coalition américaine sous Barack Obama contre l’Etat islamique, la Russie mène sur ordre du président Poutine une guerre aérienne massive contre le Front al-Nosra en Syrie. Un sauvetage de l’Europe centrale pourrait réussir à l’aide d’une étroite coopération politique et militaire avec la Russie chrétienne.    • Source: www.strategische-studien.com du 6/3/16 (Traduction Horizons et débats) 1    Randa, A. (Ed.). Handbuch der Weltgeschichte. 1er volume. Walter-Verlag, Olten et Fribourg, 1954, p. 959

«… le meilleur signe possible pour la paix et la compréhension dans le monde»

L’apparition commune de l’Orchestre philharmonique de Munich et de l’Orchestre Mariinsky de Saint-Pétersbourg à Moscou le 11 avril a été, selon les musiciens allemands, le meilleur signe possible pour la paix et la compréhension dans le monde.«La musique est un langage reliant les peuples au-delà des frontières, sans paroles. Par conséquent, ce concert est une contribution pour répandre ce langage encore plus loin», a dit l’altiste Konstatin Sellheim de l’Orchestre de Munich dans un entretien avec Sputnik.«Le Maestro Valerie Gergiev est depuis septembre 2015 notre conducteur en chef», a déclaré Stephan Haack, violoncelliste et responsable d’orchestre. «Partout où nous étions, à l’étranger ou à Munich, nous avons eu beaucoup de succès et le public était enthousiaste. Je suis heureux de pouvoir visiter son pays avec lui. Mais la particularité aujourd’hui est que nous jouons ensemble avec son orchestre de Saint-Pétersbourg, avec les collègues du Théâtre Mariinsky. Ceci est un geste politique et amical et c’est la raison pour laquelle nous le faisons avec beaucoup de plaisir.»«Je trouve grandiose de jouer de la musique russe en Russie – dans un orchestre germano-russe comme signe de compréhension mutuelle», ajouta Sellheim. Même, le président Vladimir Poutine a visité lundi, dans la Grande Salle du Conservatoire de Moscou, la prestation de l’orchestre «fusionné». Le concert a commencé avec la musique du ballet «Roméo et Juliette» de Sergei Prokofiev. Par la suite, l’orchestre international, accompagné par le pianiste russe Alexei Volodin, a interprété le deuxième concerto pour piano de Prokofiev. Le 125e anniversaire du compositeur est célébré cette année dans son pays, mais également à l’échelle internationale. Source: Sputnik Deutschland du 19/4/16

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.