«D’abord le Plan d’études 21, puis l’emprise sur les enfants de la naissance à quatre ans?»

«D’abord le Plan d’études 21, puis l’emprise sur les enfants de la naissance à quatre ans?»

Livre blanc concernant la prise en charge et l’éducation précoce en Suisse

par Dieter Sprock

Au mois de mai a été publié un rapport intitulé «Studien zur frühkindlichen Bildung, Betreuung und Erziehung in der Schweiz» [Etudes sur la formation, l’accueil et l’éducation des jeunes enfants en Suisse]. Ce rapport a été élaboré pour le compte de la Jacobs Foundation par le Centre universitaire pour l’éducation de la petite enfance de Fribourg (Suisse) et le Centre interfacultaire en droits de l’enfant (CIDE) de l’Université de Genève. Il n’existe qu’en allemand. Il présente un aperçu de toutes les études publiées jusqu’en 2016 sur ce sujet.
La version courte de ce document regroupe les résultats principaux et fait des recommandations pour une «politique durable et moderne de la petite enfance en Suisse», dans les sept champs d’action suivants: offre et demande, qualité et développement de la qualité, coordination et gouvernance dans le domaine de la petite enfance, qualité et professionnalisation du personnel, financement des offres, aspects économiques, de la politique d’égalité des sexes et de la famille ainsi qu’aspects de politique de la recherche transversale.
En considérant que la Jacobs Foundation est coresponsable de la réalisation de la politique de formation de l’OCDE en Suisse, comprenant le très controversé Plan d’études 21, la question suivante s’impose: d’abord le Plan d’études 21, puis l’emprise sur les enfants de zéro à quatre ans?
En effet, les similarités sont indéniables tant dans les thèmes, que dans le langage utilisé; ils signalent le même expéditeur que pour le Plan d’études 21. Les recommandations visent à standardiser la formation, l’accueil et l’éducation des petits enfants, ce qui est contraire à notre fédéralisme et à toute pensée démocratique. Voilà quelques exemples:
Selon la version courte du document, la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS) recommande aux cantons d’intégrer «la qualité des processus pédagogiques et la gestion de la qualité» dans leurs règlements pour les structures d’accueil extrafamiliales.
Pour permettre une «gestion ciblée de la politique sociale et de formation pour la petite enfance», il faut «institutionnaliser la rédaction de rapports réguliers de la formation et de l’accueil pour la petite enfance». En outre, il est souhaitable de «renforcer la responsabilité de la Confédération, notamment par la création de bases légales correspondantes». A ce but, la Loi fédérale sur l’encouragement de l’enfance et de la jeunesse (LEEJ) doit être élargie «au groupe d’âges des enfants de la naissance à quatre ans». La «mise en place d’une observation continuelle de la formation et de la formation continue sur la base de données ainsi que des compétences professionnelles des personnes employées dans domaine de la petite enfance» est «une condition centrale pour pouvoir déterminer de manière ciblée le développement de la qualité et la professionnalisation.»
Pour atteindre tout cela, il faut une politique de recherche durable. La recherche «sur la petite enfance ainsi que sur la formation, l’accueil et l’éducation des jeunes enfants doit être renforcée par la mise en œuvre de priorités sur plusieurs années dans ce domaine».
Pour le financement de ces projets, le Conseil fédéral propose «deux aides financières limitées à cinq ans». L’une servirait à l’augmentation des subventions cantonales et communales pour l’accueil extrafamilial des enfants et l’autre pour des projets servant à mieux cibler l’offre de l’accueil extrafamilial sur les besoins des parents.
Les auteurs du rapport saluent ces deux aides financières, notamment pour favoriser l’égalité entre femmes et hommes «dans le ménage familial et sur le marché de travail».
Un programme d’éducation étatique selon les normes de l’OCDE? Est-ce véritablement le souhait des parents?     •

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.