«C’est par le dialogue que la confiance peut reprendre le dessus»

«C’est par le dialogue que la confiance peut reprendre le dessus»

Extraits des adresses de bienvenue des ministres des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Sigmar Gabriel à Crasnodar

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères:

«Dans la situation actuelle en Europe, une coopération non politisée est une aide importante pour le maintien d’une atmosphère de confiance et de compréhension entre nos peuples et nos pays, surtout dans une période de relations difficiles entre nos peuples et nos pays. […]
Ces derniers temps, nos relations sont devenues plus constructives et pragmatiques. Le dialogue s’est intensifié au plus haut niveau. Le 2 mai, les négociations entre M. Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie, et Mme Angela Merkel, chancelière de l’Allemagne fédérale, eurent lieu à Sotchi. Nous serons ravis d’accueillir également M. Frank-Walter Steinmeier, président de la République fédérale allemande, à qui une invitation a été transmise. Les contacts au niveau du Parlement et des ministères sont continus, entre autres entre nos services diplomatiques. Le haut groupe de travail interministériel pour les questions de sécurité reprend, lui aussi, tout le volume de son travail.
Nous saluons la tendance positive dans le domaine du commerce et de l’économie. Au premier trimestre, le volume de nos échanges a crû d’un tiers par rapport à l’année passée. Déjà pendant le dernier Forum international économique de Saint-Pétersbourg, on discutait beaucoup de l’intérêt du milieu économique allemand d’intensifier ses activités en Russie. Nos partenaires allemands y ont activement participé. Nous continuons de réaliser de grands projets communs. Nos investissements mutuels augmentent de manière continue. Notre groupe de travail interministériel pour la coopération stratégique économique et financière y fournit une contribution importante. La prochaine réunion aura lieu déjà au cours de ce mois de juillet.
Nos activités communes dans les domaines culturels, humanitaires, scientifiques, techniques et historiques sont en train d’être développées. Les contacts au sein de la société civile, notamment dans le cadre des forums de discussions que sont le «Dialogue de Petersburg» et les «Rencontres de Potsdam», sont toujours très prisés. L’année des rencontres («Kreuzjahr») des échanges de jeunes ont également été un grand succès. […]
En général, nous avons de nombreux exemples d’activités communes. Sur cette base, nous devrions établir une nouvelle feuille de route bilatérale orientée sur l’unité et l’avenir et n’étant pas dépendante des fluctuations de la conjoncture politique; nous devrions mener nos relations de manière à ce qu’elles se développent en direction d’un partenariat stratégique en faveur de nos peuples, de l’Europe et du monde tout entier.»

Sigmar Gabriel, ministre des Affaires étrangères:

«Il existe déjà cette bonne tradition des rencontres entre villes jumelées. Je crois, comme l’a mentionné M. Lavrov, qu’en ces temps difficiles, nous en avons réellement besoin.
Le fait d’ouvrir ensemble cette réunion à Krasnodar et d’inaugurer l’année germano-russe des jumelages communaux et régionaux est pour moi, pour deux raisons, un signal fort démontrant que les relations humaines entre citoyens allemands et russes sont bonnes, durables et résistantes, malgré toutes les difficultés existant entre nos pays, entre l’Europe et la Russie.
[…]. Au vu de tous les différends politiques qui nous séparent et de tout le mal que les Allemands ont infligé à votre
pays et à votre ville, il est presque miraculeux que les Russes se soient à maintes reprises approchés en nous tendant amicalement la main. Après tout ce que les Russes ont vécu, c’est une immense preuve de confiance, car des réactions d’une autre sorte seraient tout à fait imaginables. Ainsi, nous devons particulièrement apprécier le caractère spécifique de nos relations, qui fut possible malgré la terrible histoire que nous avons vécue. Ces relations sont un réel trésor que nous tenons en mains, un trésor offert par ceux ayant vécu personnellement la guerre. Ils furent les premiers à tendre la main à l’Allemagne. Dans ma génération, nous sommes plutôt les héritiers de ce trésor. De ce fait, nous avons d’autant plus la responsabilité de prendre soin de ce trésor sans le dilapider. […]
Sergueï Lavrov vient de souligner, à juste titre, que nous ne devons pas renoncer au contact entre les sociétés civiles, malgré la présence de nombreuses et grands différends politiques. Plus il est difficile d’avancer sur le plan politique, plus les relations communales et humaines, deviennent importantes pour les deux parties.
Cette ‹compréhension des peuples d’en bas› est symbolisée par la rencontre des villes et des régions ici à Krasnodar. […].
C’est seulement par le dialogue que la confiance s’approfondit. Le dialogue est nécessaire à tous les niveaux: au niveau des Etats, des régions, des communes, des organisations privées et également des personnes individuelles. Cette réunion permet le dialogue, notamment aux niveaux régional et communal.»    •

Sources: www.mid.ru/de/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2803570 du 28/6/17
www.deutsch-russisches-forum.de/portal/wp-content/uploads/2017/06/Rede-Sigmar-Gabriel.pdf du 28/6/17.

(Traduction Horizons et débats)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.