Faim en Afrique – appel au don bien réfléchi

Faim en Afrique – appel au don bien réfléchi

rt. Depuis des mois déjà, les organisations humanitaires internationales telles UNHCR, FAO, Caritas ou EPER mettent en garde contre une catastrophe de la faim menaçante dans de grandes parties de l’Afrique. Le manque de pluies et des «guerres civiles» conduisent à un manque de denrées ali­mentaires prévisibles depuis longtemps. Actuellement, il s’agirait «seulement» de quelques milliers au Soudan du Sud. Mais bientôt les chiffres pourraient atteindre des centaines de milliers, voire plusieurs
millions. De même, dans le Nord-Est du Nigéria, en Somalie et au Yémen, la population est menacée de mourir de faim. Les Nations Unies parlent de 5,6 milliards
de dollars nécessaires pour les mesures d’aide.
Le 7 mars, lors de sa visite dans la capitale somalienne de Mogadiscio, le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré que le monde fermait les yeux devant la crise de la faim en Somalie.
L’ONU estime que plus de six millions de Somaliens – la moitié de la population du pays – sont menacés. Mais cette crise ne touche pas que la Somalie.
La situation est tout aussi dramatique au Soudan du Sud, dans le Nord-Est du Nigéria ou au Yémen. Selon l’ONU, la vie de 20 millions personnes est menacée dans ces quatre pays (cf. «Neue Zürcher Zeitung» du 7 mars).

  • Au Soudan du Sud des troupes gouvernementales et des rebelles se font la guerre – et la population est soumise à la famine. Les gisements de pétrole au Soudan du Sud sont devenus le sujet de discorde des grandes puissances et des trusts. C’est la raison pour laquelle cette région subit des guerres depuis des décennies.
  • La question de savoir qui soutient et finance au Nigéria le groupe se nommant «Boko Haram» – responsable d’avoir engendré la catastrophe de la faim dans le pays – reste ouverte. Là aussi, il s’agit de luttes pour le pouvoir et le monopole dans cette région pétrolière et là aussi, les Nigériens n’ont pas le rôle principal!
  • Au Yémen, un pays possédant une très ancienne culture (cf. Horizons et débats no 27/28 du 2/11/15 [http://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2015/no-2728-2-novembre-2015/le-yemen.html]), une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite mène une guerre impitoyable contre la population civile. On ne laisse pas entrer dans le pays les biens de premier secours. On bombarde les ports, les routes et les ponts nécessaires pour le transport des livraisons de denrées alimentaires. Tout cela sous les yeux et avec l’approbation des Etats occidentaux.

Un examen approfondi de la situation des pays souffrant déjà ou risquant de souffrir de la faim permet de constater l’intervention, auparavant, de grands groupes ou d’Etats étrangers ayant engendré une mauvaise gestion gouvernementale, des guerres ou des guerres civiles. Des solutions durables pour chacun de ces pays menacés par la faim existent et elles seraient tout à fait réalisables.

Aujourd’hui, on nous demande de faire de l’aide à la survie. Une des possibilités est d’y participer par un don à la Croix-Rouge suisse CRS:
CCP 30-9700-0, mention «Soudan du Sud»,
IBAN CH97 0900 0000 3000 9700 0,
Croix-Rouge suisse, 3001 Berne
* * *
Aider une personne en train de se noyer est un réflexe humain – même en mettant en danger sa propre vie. On pourrait soi-même se trouver un jour dans une telle situation ... Cependant, que faire si, au bord d’un fleuve, 100 mètres plus haut, plusieurs personnes se font dévaliser puis jeter à l’eau? Elles flottent devant nous, en train de se noyer. Naturellement, nous tentons de les sauver. Pourtant, ne faut-il pas également tâcher de savoir qui sont les acteurs maltraitant ainsi leurs semblables et trouver des solutions mettant fin à cette situation?    •

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.