Les enfants allemands sont également «pris dans le filet des grands groupes internationaux»

Les enfants allemands sont également «pris dans le filet des grands groupes internationaux»

par Maria Koch

«Des enfants pris dans le filet des grands groupes internationaux» – cette analyse correspond à la réalité également pour le paysage éducatif allemand. Bien plus auparavant qu’en Suisse, on a lancé des réformes similaires, en partie avec d’autres dénominations, par exemple l’euphémisme de «Gemeinschaftsschule» [école communautaire]. Les Länder de Brême, de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, de Hambourg furent les premiers concernés, avec par la suite des résultats catastrophiques. Malgré cela, même le Bade-Wurtemberg et la Bavière suivirent le mouvement, malgré l’obtention par ces Länder des meilleurs résultats du pays, précédemment. Et maintenant, les nouveaux Länder fédéraux doivent suivre le mouvement: avant la chute du Mur, les citoyens critiquaient le système scolaire principalement à cause de l’endoctrinement idéologique. Beaucoup d’entre eux n’en voulaient plus, l’enseignement public était l’un des sujets principaux de l’époque du grand chamboulement.
Cependant, aussitôt que l’Allemagne de l’Ouest «reprit le contrôle» des Länder orientaux, toute discussion fut abandonnée – notamment en matière de formation. Les réformes déjà mises en vigueur en Allemagne de l’Ouest furent imposées à l’Est. Entretemps, de nombreuses personnes ayant bénéficié de solides connaissances enseignées en RDA sont horrifiées du faible niveau du savoir et des capacités des écoliers. Ce n’est donc pas étonnant que la Saxe soit un des premiers Länder fédéraux aspirant à préserver un apprentissage solide.
Pour les habitants des nouveaux Länder, ces «réformes scolaires» survinrent de manière totalement inattendue et incompréhensible. On avait accoutumé les citoyens des anciens Länder subrepticement, petit à petit, depuis les années 1960, aux changements. Là non plus, on ne comprenait pas ce qui se passait. Les débats sur ce sujet n’eurent pas lieu, ni à l’ouest ni à l’est, car les forces politiques ne le voulait pas – d’ailleurs, comme en Suisse.
Le livre de Judith Barben décrit les développements et met en évidence les dessous de ces réformes – imposées à l’échelle européenne. Les lecteurs allemand [et français, ndt.] trouveront de nombreux parallèles. Les mots-clés tels que réduction des matières, rupture des valeurs, classes multiâges, suppression de toute progression logique dans l’apprentissage, tests «PISA», apprentissage «orienté selon les compétences», TDAH et Ritaline, digitalisation dès la maternelle. L’auteur compose les parties apparemment incohérentes du puzzle de manière à créer une image claire décrivant les acteurs, les méthodes et les objectifs.
Cet ouvrage est passionnant, bien écrit et rédigé dans un langage compréhensible pour tout un chacun. Voilà une lecture redonnant du courage, car enfin on obtient une vue d’ensemble de ce qui se passe dans le domaine de l’enseignement.

(Traduction Horizons et débats)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.