L’avertissement des Etats-Unis pourrait être une ingérence inutile dans la souveraineté du Pakistan

par Zamir A. Awan,* Islamabad

Il apparaît clairement que les Etats-Unis se sentent menacés par l’essor effréné de la Chine, et c’est pourquoi ils prennent toutes les mesures qui s’imposent pour juguler son développement rapide et appliquent une politique dite de «confinement» ou de «restriction de la Chine». Du fait de cette stratégie, les Etats-Unis s’opposent à la «Nouvelle route de la soie» (BRI = Belt and Road Initiative), une initiative chinoise monumentale dans le cadre de laquelle des investissements de plusieurs milliers de milliards de dollars sont prévus dans le monde entier. Plus de 160 pays, régions et organisations internationales ont reconnu la BRI et environ 90 pays y participent. Certains d’entre eux en tirent déjà profit.
Le Pakistan est l’un des principaux bénéficiaires de la BRI. Le Corridor économique Chine-Pakistan (CECP) est l’un des six corridors prévus dans le cadre de cette initiative. Le CPEC est l’un de ses projets phares et est considéré comme un modèle par le reste du monde, son succès représentant celui la BRI. Il revêt donc une importance majeure pour les gouvernements du Pakistan comme de la Chine.
Néanmoins, en raison de leur politique antichinoise, les Etats-Unis s’opposent également au CECP, en se servant de l’Inde et d’autres pays. Le gouvernement indien a attribué un budget colossal de 500 millions de dollars américains à sa célèbre agence de renseignement «RAW» en vue de saboter le CECP et de prendre pour cibles des citoyens chinois et leurs avoirs au Pakistan.
Mais c’est bien la première fois qu’un diplomate américain haut gradé comme Alice Wells, la Secrétaire d’Etat assistante pour l’Asie du Sud, a déclaré lors d’une conférence le 21 novembre que le Corridor économique Chine-Pakistan, d’une valeur de 60 milliards de dollars américains, ne
profiterait qu’à Pékin. «Les Etats-Unis ont mis le Pakistan en garde concernant les risques à long terme pour son économie s’il participait à l’énorme projet d’infrastructure de la Chine, et lui ont suggéré de se tourner vers le modèle commercial américain à la place.»
Elle a ensuite insisté sur le fait que les Pakistanais devraient se pencher sur les détails exacts des contrats signés avec la Chine dans le cadre du CECP.
Et c’est vrai: le peuple du Pakistan devrait connaître tous les accords passés avec d’autres pays et organisations internationales, en particulier en ce qui concerne leurs aspects économiques, politiques et stratégiques.
Il devrait connaître l’accord récent qui a été signé avec le FMI et ses modalités politiques contraignantes. Le Pakistan était du côté des Américains pendant la guerre froide, et le peuple pakistanais devrait savoir quels étaient alors leurs accords exacts. Le Pakistan s’est rallié aux Etats-Unis dans sa guerre contre le terrorisme, et les Pakistanais sont curieux de connaître tous les détails de leur entente avec les Etats-Unis.
Le Pakistan a-t-il servi les intérêts des Américains durant les sept dernières décennies pour rien? Quels étaient les accords entre les gouvernements pakistanais et américains pour des services aussi longs?
Pourquoi les Etats-Unis ont-ils soudainement changé leur politique en 2011 et se sont-ils alliés à l’Inde, pourquoi se déclarent-ils «Partenaire privilégié pour la défense» de l’Inde et soutiennent-ils ce pays politiquement et diplomatiquement contre le Pakistan? Pourquoi ont-ils fourni à l’Inde les armes et les technologies les plus récentes, étendu son programme économique et fiscal et lui ont-ils donné l’accès à des technologies interdites et sensibles? Dans les faits, l’Inde est devenue le principal bénéficiaire de l’assistance américaine, derrière Israël.
En réalité, les Etats-Unis ont fait un virage à 180 degrés et, non contents de refroidir leurs relations avec le Pakistan, ils ont choisi de s’en détourner complètement. Dans ces circonstances, leur amitié vieille de 70 ans a été ignorée, mettant le Pakistan dans une grave situation de crise. Alors que le Pakistan traversait la pire crise économique de son histoire et souffrait d’une pénurie d’électricité, les Etats-Unis ont ignoré ses intérêts et se sont rangés aux côtés de l’Inde.
Il était donc naturel que lorsque la Chine a lancé son programme BRI en 2013, le Pakistan l’ait bien accueilli et l’ait immédiatement rejoint. Aujourd’hui, le CECP est signé et le peuple pakistanais en récolte les fruits. Toute critique émise par les Etats-Unis sera rejetée par la Chine comme par le Pakistan. Le Pakistan est un Etat souverain; il a le droit de décider de tisser des relations avec n’importe quel pays si cela correspond à ses intérêts nationaux. L’ingérence des Etats-Unis et leurs avertissements sont inutiles et inacceptables selon toutes les normes du monde civilisé.    •

*    Le professeur Zamir Ahmed Awan (*1962) est sinologue et vice-doyen de l’Université nationale des sciences et de la technologie (NUST) à Islamabad, au Pakistan. De 2010 à 2016, il a travaillé comme conseiller scientifique à l’ambassade du Pakistan à Pékin, où il était responsable du développement de la coopération entre le Pakistan et la Chine dans les domaines de la science, de la technologie et de l’enseignement supérieur. Il est l’auteur de nombreuses publications, articles et conférences.

Source: https://orientalreview.org/2019/11/28/the-us-warning-may-be-unnecessary-interference-in-pakistans-sovereignty/

(Traduction Horizons et débats)

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.