Une lueur d’espoir à l’horizon?

«L’atmosphère lors de la conférence de presse entre le Président russe Poutine et la Chancelière allemande Merkel était, après de longues années, pour la première fois positive. Il n’y eut pas de pics ou d’expressions délibérées de malaise. Dans une situation mondiale extrêmement menaçante, ces personnes sont exprimées de manière professionnelle sur ce qui tient à cœur aux populations dans le monde entier: où pouvons-nous désamorcer la situation, pour ne pas mener le monde au bord du gouffre? On ne peut que se féliciter des propos clairs adressés par la chancelière aux Etats-Unis concernant Nord Stream 2. Mais cette rencontre illustre une chose importante. Rien ne peut cacher le fait que la participation du président américain à une telle réunion serait utile, tant que les questions de politique intérieure le lui permettent. Ces derniers jours, le monde a été amené au bord d’une guerre mondiale. La rencontre Poutine/Merkel à Moscou a clairement montré que cela n’est pas une obligation.»

Willy Wimmer, le 11 janvier 2020

Commentaires suite à la rencontre de Vladimir Poutine et Angela Merkel

«La chancelière Merkel a de nouveau déclaré que Nord Stream 2 sera bénéfique à l’Europe en tant que projet économique. Elle a souligné que l’Allemagne s’en tiendrait au projet et soutiendrait sa réalisation – même contre le désir des Etats-Unis. Après des entretiens bilatéraux à Moscou, la chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine ont tenu samedi une conférence de presse commune. Concernant les sanctions américaines contre Nord Stream 2, la Chancelière a souligné que les sanctions n’étaient pas la bonne voie à suivre, étant donné qu’il s’agissait d’un projet purement économique. Les deux politiciens ont promis que le projet de gazoduc serait achevé contre toute opposition. En décembre, le Département d’Etat américain a lancé un ultimatum aux entreprises européennes impliquées dans le projet et les a menacées de sanctions si elles n’arrêtaient pas les travaux jusqu’au 20 janvier. Les Etats-Unis ont déclaré que le projet nuirait aux intérêts de la Pologne et de l’Ukraine, que ces pays perdraient des milliards de dollars de frais de transit déboursés par Moscou et qu’il limiterait les possibilités de diversification énergétique de l’Europe. Samedi, Mme Merkel a réfuté ces affirmations devant les journalistes, en déclarant que ‹tout le monde› en Allemagne et en Europe a intérêt ‹à diversifier ses approvisionnements en gaz et continuera à le faire›. La Chancelière a souligné que Nord Stream 2 était un projet important en ajoutant: ‹Malgré toute les controverses politiques avec les Etats-Unis d’Amérique, nous ne pensons pas que les sanctions extraterritoriales soient judicieuses. C’est pourquoi nous continuons à soutenir ce projet comme auparavant, car c’est un projet essentiellement économique.› Le président Poutine a annoncé que la Russie était en mesure de mener à bien le projet par ses propres moyens, sans la participation de ‹partenaires étrangers›, bien que son achèvement pourrait prendre quelques mois de retard. ‹Nous espérons que les travaux seront terminés d’ici la fin de cette année ou le premier trimestre de l’année prochaine et que le gazoduc sera mis en service.›»
https://deutsch.rt.com/wirtschaft/96723-merkel-nord-stream-2-ist-wirtschaftsprojekt-nutzen-fuer-deutschland-und-eu du 12/1/20
«Le projet de gazoduc Nord Stream 2, détesté par les voisins européens et les Américains, rapproche Merkel et Poutine. Les deux veulent maintenir le projet, bien que les Américains aient annoncé des sanctions contre les entreprises construisant les tuyaux et que le dommage diplomatique causé chez les voisins européens suite aux efforts germano-russes en solitaire soit important. La visite bien intentionnée d’Angela Merkel chez Vladimir Poutine, l’accent surprenant mis sur les points communs, les mots élogieux pour les activités de Poutine et d’Erdogan notamment en Syrie et en Libye, révèlent à quel point le gouvernement américain laisse un vide dans lequel d’autres acteurs – la Turquie, la Russie, l’Iran – prennent place. Merkel cherche maintenant à trouver un arrangement. Sa visite à Moscou pourrait être un début à cela.»
https://www.zeit.de/politik/2020-01/angela-merkel-wladimir-putin-moskau-besuch du 12/1/20
«Il semble exister un large accord. Mme Merkel a décrit le projet de gazoduc Nord Stream 2, visant à contourner l’Ukraine en tant que pays de transit, comme un ‹projet fondamentalement économique› que l’on continue à soutenir et que l’on souhaite achever, malgré les nouvelles sanctions américaines récemment annoncées. […] Merkel et Poutine ont fait l’éloge du cessez-le-feu en Libye annoncé cette semaine à Istanbul de commun accord avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Selon cet accord, les armes entre les parties au conflit devraient se taire à partir de minuit ce dimanche. […] Mme Merkel n’a également trouvé que des mots élogieux à l’égard du pays en guerre civile qu’est la Syrie, où de moins en moins de pays exercent une influence sur son développement, au profit de la Russie, de l’Iran et du régime de Damas.»    •

https://www.faz.net/2.1677/einigkeit-im-kreml-16576874.html du 11/1/20

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.