Courrier des lecteurs

Notes sur la critique de livre – «Hilde Domin – Poétesse du quand-même»

L’excellente critique de livre de Susanne Wiesinger dans Horizons et débats no 9 du 5 mai 2020, m’a rappelé la poétesse Hilde Domin et m’a encouragé à lire sa très intéressante biographie. Après l’avoir lu, je me suis procuré une édition de ses poésies collectées ainsi qu’une avec des écrits auto-biographiques  collectés («Gesammelte auto-biographische Schriften. Fast ein Lebenslauf», livre de poche, Fischer 1998). 

Ce qui est sous-entendu dans la biographie captivante d’Ilka Scheidgen est encore plus évident dans les propres écrits de Hilde Domin: la capacité et la volonté d’entrer en relation directe avec l’autre sans crainte de contradiction, sachant que les choses doivent être clarifiées entre les personnes. L’un des exemples qui m’a particulièrement impressionné est le suivant: lorsque Hilde Domin se rendit en Italie avec son mari dans les années 1930 pour échapper aux nazis, elle rencontra un jour à Florence un couple d’Allemands qui voyageait en touristes. Elle était amie avec ce couple depuis ses années d’études à Heidelberg. Non seulement le couple ne les saluait pas, mais il détournait aussi le regard de façon démonstrative. Une expérience douloureuse pour Hilde Domin et son mari. Lorsqu’ils sont revenus en Allemagne après leur exil latino-américain au début des années 1950, le même couple était présent à l’aéroport et les a accueillis chaleureusement.

Hilde Domin est consciente qu’elle ne pourra plus avoir de relations avec ce couple sans une clarification de l’expérience florentine. Et elle demande ce qui s’est passé à l’époque. «Nous avons eu peur», lui dit-elle. C’est suffisant pour qu’elle poursuive une amitié de toute une vie.

Sa franchise pleine d’humour avec les écoliers et les prisonniers, mais aussi avec tous les autres auditeurs devant lesquels elle lit ses poèmes, l’aide, elle et ses auditeurs, à surmonter des situations compliquées. Elle décrit de façon très vivante comment elle choisit toujours un visage dans le public auquel elle s’adresse d’une manière très particulière. Cela conduit souvent à des amitiés.

Un grand merci à Susanne Wiesinger d’avoir attiré l’attention des lecteurs de Horizons et débats sur cette poétesse courageuse et optimiste qui défendait la paix.

Rita Müller-Hill, Cologne

(Traduction Horizons et débats)

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.