La République populaire de Donetsk: la voie d’un non-Etat en dehors des frontières du mondialisme

par Miroslava Dimitrova*

Débutant le 27 juillet 2020 à minuit, un cessez-le-feu complet et global a été convenu par l’Ukraine, la Russie et l’OSCE, dans le cadre du groupe de contact trilatéral. Le cessez-le-feu doit se maintenir jusqu’au règlement complet du conflit armé dans l’est de l’Ukraine. La République populaire de Donetsk (RPD) a qualifié cette étape de «percée». La Russie a également réagi positivement à la négociation de ces mesures. Pour la première fois, cet accord a également été signé par l’Ukraine.

Le respect des accords de Minsk est-il le but ultime que les républiques du Donbass s’efforcent réellement d’atteindre? Quelle vision ont-ils de leur avenir? Sur ces questions et bien d’autres, nous avons organisé des entretiens à Donetsk, notamment avec M. Alexei Muratov, chef du Comité exécutif central du mouvement social «République de Donetsk»M. Alexei Polovyan, ministre du développement économique de la RPD, et avec le président de la Chambre du peuple, M. Alexander Koffman.

La République populaire de Donetsk s’est déclarée république indépendante en 2014, après le référendum national organisé la même année. Depuis lors, elle est soumise à un blocus politique et économique international et isolée du reste du monde. Bien que la République ait créé sa propre constitution basée sur le principe de la souveraineté populaire et ait commencé à construire son propre système social, la communauté internationale ne reconnaît pas son choix. Malgré le fait que la République présente toutes les caractéristiques d’un contrôle étatique sur le territoire, d’un système administratif doté d’un appareil d’Etat efficace et, de facto, d’une souveraineté, elle ne reçoit pas de reconnaissance diplomatique internationale et ne peut donc pas devenir, de iure, un sujet de relations internationales. Comme dans le cas des autres Etats non reconnus de l’ère post-soviétique, la communauté internationale adopte une position stricte plaçant le principe de l’inviolabilité des frontières au-dessus du principe du droit à l’autodétermination.

Le redressement socio-économique 
de la République populaire de Donetsk

Malgré l’isolement international et le conflit militaire en cours, la République populaire de Donetsk, au cours de ses six années d’existence, a non seulement établi l’Etat de droit avec des institutions indépendantes et la séparation des pouvoirs, mais a également développé une économie basée sur le principe de l’Etat-providence, une évolution qui fait de cette république non reconnue un pionnier de la résistance actuelle au mondialisme.

Le modèle de gouvernement politique de la République populaire est démocratique, mais sans la participation de partis politiques, c’est un Etat-nation qui fonctionne en dehors du système de la mondialisation et, malgré la guerre, avec un certain succès économique.

Modèle politique 
de la République populaire de Donetsk

Selon la constitution adoptée le 14 mai 2014, la République populaire de Donetsk est une république sociale démocratique régie par l’Etat de droit. La forme de gouvernement peut être décrite comme une république présidentielle. Il n’y a pas, en RPD, de partis politiques actifs. Les fonctions des partis politiques sont assurées par des organisations sociales. Les plus grands d’entre eux sont la «République de Donetsk» et le «Donbass libre». 

Denis Pushilin est le leader du mouvement «République de Donetsk» et le chef d’Etat de la République populaire de Donetsk. Le rôle des mouvements sociaux dans la vie politique de la République est décrit dans l’interview avec Alexei Muratov, le chef du Comité exécutif central du mouvement public «République de Donetsk».

Miroslava Dimitrova: M. Muratov, pourriez-vous nous expliquer brièvement le modèle de gouvernement de la RPD? Dans l’Europe moderne, nous ne connaissons pas de gouvernement sans la participation des partis politiques. Quels sont les avantages de ce modèle par rapport au modèle politique de la démocratie libérale?

Alexei Muratov: A quoi servent les partis politiques? Les partis politiques se battent principalement pour le pouvoir. Nous n’avons pas besoin de pouvoir. Le mouvement public diffère des partis politiques en ce sens qu’il s’agit d’une association de personnes qui se sont réunies pour trouver une solution commune aux objectifs et aux tâches de la société. Les mouvements sociaux ont vu le jour en 2014, lorsque nous nous sommes unis pour décider de notre future voie. C’est à cette époque que le coup d’Etat militaire et le Maïdan ont eu lieu. Les gens sont sortis en public et ont décidé que notre avenir, notre voie, devait être l’intégration à la Fédération de Russie. Aujourd’hui, le mouvement social «République de Donetsk» compte plus de 210 000 militants, ce sont principalement des personnes ayant une vie active qui, de leurs propres mains, créent l’ordre, construisent l’Etat et des ponts vers la Fédération de Russie, conformément aux décisions que nous avons prises en 2014.

Avez-vous un modèle, un exemple du passé que vous aimeriez imiter, ou le modèle de gouvernement de la république est-il un pionnier historique?

Il existe suffisamment d’exemples de gouvernements populaires. Aujourd’hui, nous avons une République populaire. Selon la Constitution, le peuple est la source du pouvoir. Au sein du mouvement, nous avons une variété d’activités, mais surtout nous donnons aux gens les outils nécessaires pour l’autorégulation, c’est-à-dire l’instrument de la démocratie. Nous avons également des projets intéressants comme le contrôle public où les gens eux-mêmes ont la possibilité de participer au sein de l’Etat et de contrôler les autorités. Nous travaillons avec toutes les catégories de citoyens – avec les personnes âgées ainsi qu’avec les jeunes, avec les étudiants, avec les soldats, avec toutes les autres catégories. Nous avons une constitution ce qui signifie que le pouvoir, le gouvernement, vient du peuple. En Occident, le pouvoir est entre les mains des partis politiques, de sorte que le peuple n’est pas au centre des décisions. Les partis politiques représentent les intérêts de certaines catégories de la société. Là-bas, les décisions sont prises dans les cercles de la direction. Nous, en revanche, avons un mouvement social. Dans notre pays, tous les citoyens participent à l’organisation publique et peuvent prendre activement des décisions sur toutes les questions.

Le développement économique 
de la République

La République populaire de Donetsk est un pays industriellement très développé. Les événements de ces dernières années ont entraîné une forte baisse de la production industrielle. Les problèmes liés à la destruction des infrastructures et au manque de fonds de roulement entravent le développement technologique de l’économie. Cependant, il nous reste l’industrie métallurgique, la production de coke ou de produits à base de coke, la fabrication de certains types de produits techniques, l’industrie alimentaire, l’industrie chimique et certains types de matériaux de construction. Nous demeurons compétitifs dans ces domaines. En 2019, la République a enregistré une croissance économique selon un certain nombre d’indicateurs économiques. 

La République populaire de Donetsk est un Etat providence. La santé et l’éducation sont gratuites, les ressources minérales et les terres agricoles appartiennent à l’Etat et aux municipalités. Le blocus économique international est un obstacle au développement de l’économie nationale. Toutefois, des efforts sont faits pour accroître la croissance économique, pour attirer les investisseurs étrangers afin de garantir des emplois, pour maintenir et construire des infrastructures et pour développer le pays.»

Nous avons discuté avec le ministre du développement économique de la RPD, Alexei -Polovyan, des plans de développement de l’économie de la République.

Quels sont les principaux objectifs de la stratégie de développement économique de la RPD?

Alexei Polovyan: Dans les conditions actuelles, l’objectif principal de la République est d’améliorer le bien-être de la population. Il faut envisager d’augmenter la productivité de l’économie, d’utiliser efficacement le capital humain, les ressources innovantes, technologiques et naturelles pour la production de biens et de services. Aussi devons-nous résoudre les problèmes de modernisation de la production et assurer un développement durable de l’économie de la République en tant que source principale d’une meilleure compétitivité de l’économie.

Quel est le rôle de l’Etat-providence dans l’économie de la RPD?

L’idée de l’Etat social est au cœur même de la formation de notre République, ce qui est confirmé par

  • des loyers stables et des services municipaux de qualité en faveur de la population au cours des cinq dernières années;
  • une augmentation du salaire moyen qui est actuellement plus de deux fois supérieure à celle de 2016, y compris les salaires des travailleurs des secteurs de l’éducation et de la santé.

En outre, les dirigeants de la République prévoient d’améliorer toujours le bien-être de la population. A partir de cette année, les salaires des employés du secteur public, des retraités et d’autres groupes socialement défavorisés seront progressivement augmentés.

La République accorde également beaucoup d’attention aux jeunes et leur garantit le droit à l’enseignement supérieur.

La République démontre également les fonctions d’un Etat social dans son programme d’aide humanitaire et de protection de l’environnement pour les régions du Donbass contrôlées par l’Ukraine. Des services médicaux et éducatifs gratuits sont fournis, des prestations sont versées aux anciens combattants et aux familles séparées, les invalides, les enfants handicapés dont les familles sont pris en charge.

Le capital humain est une ressource importante de la richesse nationale et une source de transformation positive de l’Etat. La République populaire de Donetsk est dans une phase active de reconstruction des secteurs clés de l’économie nationale et d’augmentation des taux de production.

Les changements positifs sont rendus possibles précisément grâce au fort potentiel de travail ainsi qu’intellectuel de nos habitants, à leur amour pour leur patrie et au désir de préserver et d’accroître la richesse de la terre du Donbass.

Vivre en temps de crise

Le 12 février 2020, cinq ans se sont écoulés depuis la signature de l’accord de Minsk II. L’année dernière, de nombreuses propositions de solution au conflit du Donbass, telles que la formule Steinmeier et la résolution de Munich, ont été discutées. Au début de cette année, la situation dans la région et les progrès des accords de Minsk ont été débattus au Conseil de sécurité des Nations unies, et des pourparlers ont eu lieu au sein du Format Normandie – Russie, Allemagne, France, Ukraine. Un autre accord de cessez-le-feu a été conclu entre les deux parties le 21 juillet.

Cependant, on entendait des bombardements quotidiens depuis la ligne de front, à environ 5km de la ville, pendant mon séjour à Donetsk. La ville elle-même est calme et sûre, mais les nouvelles quotidiennes du front et les rapports de l’OSCE montrent qu’il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait des bombardements et des dommages aux maisons, aux infrastructures, des blessures aux civils et aux soldats.

Interrogés sur l’efficacité de l’accord de Minsk, nos interlocuteurs ont répondu ainsi.

Alexei Muratov: pour nous, l’accord de Minsk est avant tout un divorce civilisé de l’Ukraine. Nous avons déjà fait notre choix en 2014. Afin d’être reconnu par tous les autres pays, nous avons maintenant Minsk. Avec cet algorithme, nous confirmons notre droit à l’autodétermination et notre décision prise en 2014. Notre choix, c’est la Russie.

Alexander Koffman: Avez-vous entendu l’explosion ce matin? C’est le son du gouvernement ukrainien actuel. Sous la direction de Selenski, il y a davantage de victimes parmi la population qu’à la même période l’année dernière sous la direction de Porochenko. C’est pourquoi je ne crois pas à la rhétorique pacifique de l’Ukraine, et je ne crois pas que nous puissions être d’accord avec eux sur quoi que ce soit. Selenski est une marionnette, il ne prend pas de décisions indépendantes. Il avait tout: la plus haute côte de popularité (72%), la majorité à la Verkhovna Rada (Parlement), un gouvernement qu’il a pu former lui-même; il avait vraiment tout. Il aurait pu mettre fin à la guerre. Mais il ne l’a pas fait jusqu’à présent. Par conséquent, nous ne pouvons pas considérer Selenski comme un sujet de procédures judiciaires internationales.

Les accords de Minsk étaient nécessaires en 2014 car ils ont stoppé l’avancée des troupes ukrainiennes et mis fin aux pertes massives de la population civile. Toutefois, il n’est pas possible de mettre en œuvre les accords de Minsk pour l’Ukraine, car cela entraînerait le démantèlement complet de l’Ukraine. 

Le choix du Donbass

Le nombre de pays non reconnus dans le monde augmente; toutefois, la communauté internationale ne discute pas activement du problème pour le résoudre. La République populaire de Donetsk est-elle en train de devenir un point d’attraction central pour les forces antimondialistes et un précédent pour la première république autoproclamée reconnue? Selon Alexander Koffman, président de la Chambre du peuple de la RPD, l’Europe est appelée à reconnaître le choix de la RPD: «L’utilisation d’armes non conventionnelles telles que le gaz, les armes nucléaires et les bombes au phosphore est interdite dans le monde entier. Au vu des pertes européennes à cause du nazisme il y a 75 ans, je suis convaincu que l’Europe ne reviendrait jamais à ce type d’armement, mais nous devons clairement comprendre que l’Ukraine utilise ce type d’armement – un génocide contre son propre peuple. Et tant que l’Europe ou les Etats-Unis ne s’en rendront pas compte et ne considéreront pas ceci comme criminel, ils seront eux-mêmes des criminels contre l’humanité.»

Une grande partie de la population de la RPD possède déjà un passeport russe, le russe étant la langue officielle de la république et l’unité de paiement est le rouble. Le choix de Donetsk est la Russie, et le pays a délibérément choisi cette voie. Le Donbass a déterminé sa propre appartenance à la sphère d’influence russe. Alors que le système de valeurs russe est basé sur des principes tels que la continuité historique des générations, la préservation, la diffusion et le développement de la culture nationale, l’éducation au patriotisme, l’Etat démocratique et social, pour une grande partie de l’Europe, ces valeurs ont déjà été oubliées. 

Les négociations pour un cessez-le-feu sont en cours, mais l’essentiel reste la reconnaissance du choix civilisationnel d’un peuple. Un choix qui rend impossible l’intégration inverse dans un système politique et économique mondialiste et pro-libéral comme celui qui prévaut actuellement en Ukraine. La question de savoir si l’Europe acceptera le choix des habitants de Donetsk est plutôt improbable du point de vue actuel. Mais le succès de cette république non reconnue peut être un pas en avant dans la victoire sur le mondialisme dans le monde. 

(Traduction Horizons et débats)

 

 

 

«Le RPL* et le RPD** méritent une chance»

hd. Nous avons demandé à un expert suisse de commenter le texte de Miroslava Dimitrova à propos de la situation en Ukraine et dans le Donbass. Il nous a communiqué les points suivants:

  • «Des promesses de respecter le cessez-le-feu négocié à Minsk ont été faites à plusieurs reprises dans le passé, et elles n’ont pratiquement jamais été respectées pendant plus de deux semaines. Le nouvel engagement du 27 juillet dure maintenant depuis plus de trois semaines. Il ne fait aucun doute que l’armée ukrainienne est également responsable des violations du cessez-le-feu. Toutefois, en raison de la situation incertaine en matière de sécurité, Kiev a toujours retardé la mise en œuvre des dispositions politiques des accords de Minsk. Aujourd’hui, Selenskiest sous pression pour agir. 
  • L’absence de partis politiques dans la République populaire de Donetsk (RPD) est le résultat d’une profonde méfiance à l’égard du système des partis établis, qui a été mis en place en Ukraine bien avant 2013. La corruption omniprésente et le cirque politique des oligarques en étaient la cause, et cela prévaut encore aujourd’hui. Il existe également des forces qui prônent la démocratie directe. Alexander Sachartschenko, ancien président de la RPD est tué lors d’un attentat à la fin du mois d’août 2018, avait manifesté sa sympathie à cet égard.
  • Le Donbass est très riche en ressources naturelles, notamment en charbon et en acier. Il existe également un grand savoir-faire dans le domaine de la métallurgie, notamment dans la production d’alliages très élaborés. L’ingénierie mécanique est également une industrie forte. Même avant 2013, les habitants du Donbass ont critiqué le fait suivant: leur région génère une partie considérable des recettes fiscales de l’Ukraine dont la majeure partie des ressources financières est dirigée vers l’Ukraine occidentale en négligeant l’infrastructure du Donbass. Entre-temps, une grande partie de l’économie a grand besoin d’être réhabilitée et n’est pas rentable. La destruction de l’industrie et des commerces est devenue partie intégrante de la guerre ukrainienne contre le Donbass. Le blocus économique total de l’Ukraine contre les Républiques populaires de Donetsk (RPD) et de Lougansk (RPL) entrave gravement le développement économique.
  • En particulier, les districts de Petrovski et Trudovski, au sud-ouest de Donetsk, construits autour d’un certain nombre de mines, ont été sous le feu de l’artillerie presque quotidiennement jusqu’au 27 juillet 2020. L’affirmation du gouvernement ukrainien, circulant régulièrement, selon laquelle les rebelles ouvriraient le feu sur leurs propres zones résidentielles ou qu’une tierce partie en était responsable, n’a jamais été étayée de manière crédible.
  • Le bombardement des zones résidentielles, l’interruption de l’approvisionnement en eau et en électricité, la chasse aux sorcières contre les «éléments antipatriotiques» et d’autres mesures prises par le gouvernement ukrainien rendent le retour des républiques populaires sous contrôle ukrainien très irréaliste. Le système judiciaire ukrainien, corrompu et politiquement motivé, fait également craindre que toute personne issue des républiques rebelles puisse être arrêtée à tout moment pour des motifs politiques et traînée devant un tribunal. Le bilan désastreux des autorités policières ukrainiennes en matière de droits de l’homme parle de lui-même. 
  • L’armée ukrainienne, avec ses combats dans le Donbass, frôle quotidiennement la frontière des crimes de guerre. Dans des cas individuels, les crimes de guerre peuvent également être prouvés. Les coups portés aux entreprises fournissant des biens vitaux à la population font également soupçonner une guerre systématique contre la population des républiques populaires. Vu sous cet angle, il est difficile de comprendre comment l’Occident courtise aujourd’hui Selenski et, dans le passé, Porochenko.
  • Il est difficile de savoir si les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk dépassent l’Ukraine dans leurs efforts de promouvoir la démocratie, l’Etat de droit, les droits de l’homme, mais aussi dans la lutte contre la corruption, la criminalité et d’autres maux, en raison du manque d’informations en provenance de ces pays. Cependant, la barre n’est pas vraiment placée très haut. La RPL et la RPD méritent une chance.»
     

    *         République populaire de Lougans
    **         République populaire de Donetsk

 

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.