«Chance-21» dit oui à l’initiative populaire «Pour une immigration modérée»

Notre pays a besoin de mouvements civils indépendants

Entretien avec Viktor Rüegg*, «Chance-21»

mw. Dans le cadre d’efforts communs de divers groupes de citoyens pour une Suisse à démocratie directe et neutre, j’ai fait la connaissance, il y a quelques années, avec des amis, de concitoyens actifs, de «Chance-21». « Chance 21 » a occupé pendant un certain temps des sièges de parlementaires municipaux dans le canton de Lucerne. Avant le référendum fédéral sur l’initiative de limitation, je suis tombé par hasard sur «Chance-21»: En tant que l’un des rares groupes en dehors de l’UDC et de l’ASIN (Action pour une Suisse indépendante et neutre), il recommande de soutenir l’initiative.

Les arguments de «Chance-21» en faveur de l’initiative sont présentés ci-après, ainsi qu’un entretien avec Viktor Rüegg sur le paysage des partis en Suisse et les raisons pour lesquelles «Chance-21» a choisi la voie d’un groupe de citoyens politiques indépendants.

Horizons et débats: Monsieur Rüegg, je suis très heureux de pouvoir vous parler. Pourriez-vous d’abord expliquer les objectifs de «Chance-21»?

Victor Rüegg: Nous ne nous considérons pas comme un parti, mais comme un mouvement de personnes positionnées entre les Verts et l’UDC. D’une part, nous avons des préoccupations écologiques et aussi sociales, mais d’autre part, nous voulons également veiller à ce que l’indépendance de la Suisse et le caractère à petite échelle de nos décisions soient respectés. Il n’est tout simplement pas possible de concilier les deux, ni avec l’UDC, ni avec les Verts, ni avec d’autre partis de gauche. C’est pourquoi nous existons depuis 1995, lorsque nous avons participé aux élections du Conseil nationale en tant que «Mouvement pour une Suisse neutre», puis deux fois en tant que «Chance-21». Depuis 2003, nous avions des sièges au Parlement de la ville de Lucerne et dans la municipalité de Kriens. Depuis 2020, le mouvement politique n’existe plus à l’extérieur, mais seulement à l’intérieur. Quatre fois par an, nous organisons des discussions sur les slogans de vote, et un groupe de personnes intéressées se réunit pour échanger des points de vue.

Aujourd’hui, les conditions pour «Chance-21» seraient peut-être meilleures si nous recommencions, nous aurions probablement plus d’encouragement. A l’époque, nous avons pu obtenir trois à quatre pour cent des voix, ici, dans la ville de Lucerne, c’était suffisant pour un siège. Aujourd’hui, avec le problème du climat et avec Corona, nous serions peut-être plus disposés à décider davantage à petite échelle et à réduire les grands problèmes internationaux. Mais s’il doit y avoir quelque chose de nouveau, cela doit venir d’en bas, des jeunes de vingt ou trente ans.

Orientation internationale ou décisions 
à petite échelle et en démocratie directe?

Ce que vous avec dit sur les partis nous concerne également, moi et Horizons et débats. Vous avez déclaré que certains arguments de l’UDC et des Verts ne pouvaient pas aller ensemble. 

Pour nous, chez «Chance-21», cela va, mais pas pour les partis politiques.

Mais si vous regardez les arguments de «Chance-21» en faveur de l’initiative de limitation (voir encadré), il y en a un bon nombre parmi eux que n’importe quel Vert pourrait signer. Pourquoi n’est-il pas possible de créer un comité politique plus large ou de faire campagne pour une «initiative de limitation»?

C’est probablement difficile parce que la démarcation envers l’UDC est si compulsivement fixée. Au cours des vingt ou trente dernières années, il y a eu un lien entre le PLR, le centre et la gauche, qui sont d’accord pour que l’on agisse et décide au niveau international. C’est pour nous le grand point de friction politique. Avec «Chance-21», nous pensons qu’il y a déjà des questions qui doivent être réglementées au niveau international, par exemple en ce qui concerne l’espace aérien. Mais nous pensons que la plupart des décisions sont mieux ancrées au niveau local ou national et peuvent également être prises à la manière de démocratie directe, plutôt que d’être réglementées d’une manière ou d’une autre au niveau international, où la démocratie directe est exclue.

C’est la différence essentielle. Les gens du PLR, du PDC sont pour des raisons économiques, à cause des grandes entreprises, pour le niveau international. La gauche, quant à elle est pour des raisons dites de «solidarité», en faveur de l’internationale de la gauche. Ils se sont rassemblés contre les «nationalistes de droite» aux positions plus nationales et à petite échelle. C’est le principal combat de ces trente dernières années.

Et la question du lien avec l’UE.

L’UE est bien sûr un bel exemple de niveau international non démocratique. Tout le monde y est favorable, sauf l’UDC. Elle se poursuit au niveau des Nations unies, où certaines zones sont touchées. Et pour nous, «Chance-21» la question clé est la suivante: voulons-nous des décisions démocratiques directes, à petite échelle et autodéterminées, ou devons-nous y renoncer et dire que certains déléguées devraient décider pour l’humanité, que ce soit à Bruxelles, à l’ONU ou ailleurs. C’est la question clé pour nous.

Vous expliquez de manière plausible pourquoi beaucoup sont contre l’UDC, mais n’est-il pas vraie aussi que dans l’autre sens, l’UDC se démarque des autres? 

Oui, bien sûr, l’UDC a aussi ses craintes de contact, dans le domaine social et écologique. Par exemple, elle a longtemps nié l’existence du changement climatique. Aujourd’hui, elle reconnait que cela se produit, mais que c’est normal, cela a toujours été le cas. Mais c’est, par exemple, une question qui est liée à notre mode de vie, alors laissons de côté à quel point elle est dévastatrice. On peut s’attendre à ce qu’un parti tel que l’UDC donne son avis sur la manière dont le problème devrait être abordé. C’est un exemple où l’UDC ne prend pas non plus en compte les préoccupations sérieuses de l’autre partie. C’est pourquoi nous ne faisons pas partie de l’UDC; je ne fais partie d’aucun parti.

«Nous ne sommes pas intéressés, 
quel parti se cache derrière un slogan»

Les arguments de «Chance-21» sont en partie les mêmes que ceux de l’UDC, et certains d’entre eux, comme déjà mentionné, seraient en fait des préoccupations des Verts. 

Oui, nous n’avons pas peur du contact quand nous trouvons quelque chose de sensé. Nous ne nous soucions pas de savoir quel parti se cache derrière un slogan. Nous sommes un mouvement indépendant qui réfléchit, discute et décide par lui-même. J’examine toujours les raisons et les arguments des deux parties, et c’est à partir de l’analyse que nous arrivons au résultat. Nous recommandons un oui à l’initiative pour une immigration modérée, mais il est difficile de se battre activement pour elle.

Je pense que la démarcation mutuelle des parties le restera dans les années à venir. Quelque chose de nouveau doit arriver, peut-être qu’à un moment donné, nous serons surpris.

Lorsque les verts libéraux [ils se sont séparé des verts à Zurich, mw] a vu le jour à Zurich à peu près en même temps que «Chance-21» en 1995, 1996, nous les avons contactés pour voir si nous pouvions éventuellement créer une succursale à Lucerne. Mais nous nous sommes vite rendu compte: dans toute la question des entreprises mondiales, du commerce international, elles sont au même niveau que le PLR. Ils veulent créer les meilleures conditions possibles pour les entreprises internationales, y compris dans notre pays. Cela se fait au détriment des PME, et nous sommes plutôt du côté des petites structures. Dans les PME, l’économie est plus directement déterminée, plus démocratique et plus contrôlable que dans les grandes entreprises.

A l’époque, on pensait que les libéraux verts étaient une occasion de réunir les différents points de vue.

C’est ce que nous espérions, mais nous l’avons su après la première correspondance: c’est sans espoir. Nous nous sommes donc engagés sur la voie d’un mouvement civil indépendant.

Merci beaucoup, Monsieur Rüegg, pour cette conversation instructive et stimulante.

(Propos recueillis par Marianne Wüthrich)

 


*Viktor Rüegg est avocat à Kriens, dans le canton de Lucerne. De 2004 à 2009, il a été membre du Parlement de la ville de Lucerne pour «Chance 21». Il préside actuellement une commission «Weniger ist mehr» qui lutte contre la construction d’une grande salle de sport de 4000 places à Kriens comme étant complètement exagérée (voir SRF News du 22.7.2020)

 

L’autodétermination est une condition préalable à une démocratie vivante

C’est pourquoi Chance-21 dit oui à l’initiative de limitation

 

Nous recommandons de soutenir l’«Initiative pour une immigration modérée» car

  • nous ne voulons pas renoncer au principe de l’autodétermination, puisque il représente une condition préalable à une démocratie vivante et notre atout le plus important afin de pouvoir participer, à l’avenir aussi, aux processus de décision,
  • une immigration continuelle non contrôlée fera peser une charge disproportionnée sur nos systèmes de sécurité sociale,
  • *la population ne peut pas croître à l’infini. Ce chiffre a «doublé» en 80 ans (de 4,3 millions à 8,6 millions d’habitants) et constitue la principale raison de la demande incontrôlée de ressources,
  • l’augmentation du trafic sur les routes encombrées et dans les trains surchargés pousse la mobilité à ses limites,
  • en Suisse, 29 kmdisparaissent sous le béton chaque année, ce qui correspond à la superficie du lac de Brienz. Nous sommes résponsables envers les générations futures qui veulent également vivre dans ce pays,
  • l’étalement urbain en Suisse atteint, aujourd’hui déjà, des proportions alarmantes, 
  • notre qualité de vie diminue de plus en plus en raison du nombre croissant d’habitants,
  • nous estimons important que notre mode de vie soit équilibré et en harmonie avec la nature

Le succès de cette initiative est beaucoup plus important qu’on ne le pense superficiellement!

Cela se voit, par exemple, à l’engagement financier de diverses grandes entreprises (par exemple Coca-Cola). Le fait que des entreprises internationales et des « think-tanks » s’immiscent dans la votation devrait nous faire réfléchir.

Ou pensez-vous sérieusement que ces multinationales et organisations néo-libérales se soucient du bien-être de la population suisse?

Votre voix compte!

Source: https://www.chance-21.ch/2020/08/17/deshalb-sagt-chance-21-zur-begrenzungs-initiative-ja/ du 17 août 2020

(Traduction Horizons et débats)

 

Où se situent les «avantages» de la libre circulation des personnes avec l’UE? Les avis de deux économistes suisses de renom

mw. L’initiative de limitation vise à atténuer les effets négatifs d’une immigration excessive. La question se pose de savoir quels seront les prétendus effets positifs de la libre circulation des personnes, mis en avant par les adversaires.

Voici donc les remarquables affirmations de deux économistes suisses de renom, en réponse à la question suivante: la libre circulation des personnes a-t-elle stimulé les salaires et la croissance économique – y compris celle calculée par habitant?

La réponse de Reiner Eichenberger, professeur de politique économique et financière à l’Université de Fribourg: «Non, bien sûr que non. L’immigration est synonyme de croissance démographique importante et rapide. Elle ne fait que gonfler l’économie dans son ensemble, mais au fil du temps, elle aboutit à des effets de surpeuplement: les terres, les infrastructures, les biens environnementaux, etc. deviennent plus rares et plus chers, ce qui réduit naturellement le revenu réel par habitant – si l’on calcule correctement. Ce sont les gens ordinaires qui sont les perdants. Quant aux gagnants, ce sont ceux qui bénéficient à court terme du gonflement de l’économie, des budgets de l’Etat et des problèmes qui y sont liés: les gouvernements, les politiciens pro-régulation, les élites de l’économie, les grands propriétaires fonciers et certains managers.»

La réponse du professeur Christoph Schaltegger, professeur d’économie politique à l’Université de Lucerne: «L’effet causal de la libre circulation des personnes sur les salaires, la croissance économique et la productivité peut difficilement être déterminé avec précision. [...] La libre circulation des personnes a [jusqu’à présent] vraisemblablement eu un effet surtout quantitatif: plus de personnes ont produit et consommé plus de biens et de services en Suisse.»

Source: Kälin, Karl et Altermatt, Sven. «Wie viel wert sind die bilateralen Verträge?», in: St. Galler Tagblatt, du 1erseptembre 2020

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.