Novichok et n’importe quoi: d’un monde post-factuel à un monde post-logique

par Gilbert Doctorov*

«Chacun a droit à sa propre opinion, mais pas à ses propres faits.» Ces mots d’un sage commentaire du sénateur Daniel Patrick Moynihan (†) de l’Etat de New York ont été jetés par-dessus bord il y a une demi-décennie lorsque nous sommes entrés dans le monde des «fausses nouvelles» et que les faits sont devenus sans pertinence pour le discours public. Depuis lors, les élites politiques américaines et leurs médias respectifs, des deux côtés du débat, ont inventé sans vergogne des «faits» en accord avec leurs positions polémiques respectives. La modification occasionnelle de ce qui ne peut être prouvé de manière factuelle est «très probable».

 


«Malheureusement, les dernières nouvelles qui sont parvenues d’Allemagne le 2 septembre au sujet de l’affaire de l’empoisonnement de Alexeï Navalny suggèrent que les possibilités de discours civil sont encore plus limitées et qu’au lieu de cela, un règlement du litige est imposé par la force brute, c’est-à-dire par la guerre.»


Malheureusement, les dernières nouvelles qui sont parvenues d’Allemagne le 2 septembre au sujet de l’affaire de l’empoisonnement de Alexeï Navalny suggèrent que les possibilités de discours civil sont encore plus limitées et qu’au lieu de cela, un règlement du litige est imposé par la force brute, c’est-à-dire par la guerre. Nos chefs d’Etat et de gouvernement semblent avoir perdu la tête et nous présentent des récits dépourvus de logique.

La chancelière Angela Merkel a annoncé que les experts militaires allemands attribuent l’empoisonnement de M. Navalny au poison neurotoxique russe Novichok, le même poison qui aurait été utilisé par les services de renseignements militaires russes contre la famille Skripal à Salisbury. Nous avons beaucoup entendu parler de Novichok dans ce contexte, mais l’information la plus importante pour cette affaire est qu’il s’agit d’une substance strictement contrôlée à laquelle seules les autorités étatiques ont accès et que son utilisation doit être autorisée au plus haut niveau. Dans ce contexte, et compte tenu du fait que les Russes ont été informés des résultats du rapport d’experts sur la marine par une diplomatie de mégaphone, c’est-à-dire sans avertissement par les canaux diplomatiques. Compte tenu aussi de la demande insistante de Mme Merkel, soutenue quelques instants plus tard par le chef de l’OTAN, le chef de la Commission européenne et un porte-parole de la Maison Blanche, que les Russes expliquent ce qui s’est passé, il s’agit là d’une accusation à peine voilée selon laquelleVladimir Poutine a ordonné l’empoisonnement. Tout le monde à l’Ouest est maintenant dans le rang, avec Mme Merkel en tête.

Les demandes reconventionnelles des Russes pour leur faire part des preuves de l’empoisonnement allemand sont restées sans réponse, tout comme dans l’affaire Skripal. Par conséquent, une «explication» russe de ce qui est arrivé à M. Navalny à Tomsk avant son vol ne satisfera presque certainement pas leurs accusateurs à l’Ouest.

Nous pouvons nous attendre à une nouvelle série de sanctions occidentales contre la Russie, qui pourraient conduire à la suspension du très controversé projet de gazoduc Nord Stream 2. Si c’est le cas, l’empoisonnement de M. Navalny aura inversé la position de l’Etat allemand sur les relations avec la Russie – et avec les Etats-Unis, qui ont essayé en vain de couper le Nord Stream 2 en harcelant l’Allemagne – tout comme l’abattage de MH 17 à l’été 2014 a entraîné l’Europe dans la campagne de sanctions menée par les Etats-Unis contre la Russie au sujet de l’annexe de Crimée et de l’ingérence dans la guerre civile ukrainienne dans le Donbass.

Le seul problème avec ce scénario est qu’il n’a absolument aucun sens du début à la fin. Même les grands journaux sérieux comme le «Financial Times» ont écrit dès le début dans leur couverture de l’affaire Navalny qu’il y avait de nombreux oligarques en Russie, dont un ou deux expressément nommés, qui auraient voulu organiser le meurtre de Navalny pour leurs propres raisons, alors que le Kremlin avait toutes les raisons de ne pas vouloir que ces combattants anti-corruption et anti-Poutine sont touchés, car la réaction en Occident était tout à fait prévisible. La rédaction du «Financial Times» était occupée à concocter un tout autre dossier de sanctions contre la Russie, qu’elle a publié le 2 septembre – au cas où M. Poutine ordonnerait à ses forces d’intervenir en Biélorussie pour écraser l’opposition au président Alexandre Loukachenko.

Maintenant, l’identification de Novichok comme étant le poison porte tout le scénario à un niveau de totale absurdité. Si le Kremlin avait voulu faire taire M. Navalny, ce qui est la principale accusation portée hier par Mme Merkel, il aurait eu à sa disposition toute une série de moyens pour y parvenir. Compte tenu de ce que nous avons entendu sur les contrôles stricts de ce poison militaire et sur son identification en tant que poison spécifiquement russe, le président russe aurait tout aussi bien pu trancher la gorge de M. Navalny et apposer sa signature sur la page des blogueurs.

Mais même cet illogisme est accepté dans nos médias. On nous dit que M. Poutine voulait montrer qu’il pouvait faire ce qu’il voulait, en renvoyant la balle à l’Occident pour sa pusillanimité. Pour faire court une longue histoire: on nous dit que Vladimir Poutine est un fou. Et le message vient de nulle autre qu’Angela Merkel, qui dirige toujours l’économie la plus forte d’Europe, l’Etat le plus peuplé, étant la force motrice de la politique à Bruxelles. Dans ce cas, la suspension du Nord Stream 2 ne serait qu’un avertissement. La logique, s’il en est, de cette histoire est que Poutine devrait être physiquement éliminé, comme Saddam Hussein, comme Mouammar Kadhafi … pour la «violation de toutes nos valeurs fondamentales», comme elle l’a affirmé le 2 septembre.

J’ai trouvé très intéressant que BBC World, dans son reportage sur l’affaire Navalny le 2 septembre, ait déclaré aux auditeurs que l’Etat russe violait la convention sur les armes chimiques en possédant le poison Novichok, ce qui explique pourquoi un crime interne à la Russie est présenté comme une question d’importance internationale. En même temps, ils ont noté que l’Allemagne et le Royaume-Uni disposaient tous deux de «petites quantités» de Novichok dans leurs laboratoires militaires à des fins de contrôle. Pour autant que cela soit pertinent dans notre monde post-logique, je soupçonne que les services secrets allemands et britanniques auraient probablement eu autant de moyens d’empoisonner M. Navalny que les forces du Kremlin, et contrairement à ce dernier, ils avaient beaucoup plus de raisons de le faire. Il est difficile de croire que le Kremlin l’a fait. Il est difficile de croire que les oligarques russes l’ont fait, car ils pointeraient alors directement du doigt Poutine et ne survivraient pas.

Un dernier point est que l’empoisonnement de M. Navalny se produit à un moment des relations internationales très différent de celui de l’empoisonnement de la famille Skripal il y a deux ans. A cette époque, il n’y avait qu’un seul grand méchant dans le monde, la Russie. Aujourd’hui, les Etats-Unis, sous la direction de Donald Trump, ont collé l’étiquette de méchant du monde à la République populaire de Chine. A l’approche des élections de novembre, il n’a cessé d’accroître les pressions diplomatiques, militaires et commerciales sur la République populaire de Chine, dans des domaines aussi divers que le découplage des économies ou le renforcement des relations avec Taïwan. M. Trump a fait pression sur l’Europe pour qu’elle suive l’exemple américain en ce qui concerne la Chine, bien que la résistance sur cette question ait certainement été beaucoup plus importante que la résistance aux sanctions contre la Russie. Comme nous l’avons appris lors de la visite du ministre chinois des affaires étrangères en Allemagne, le 1erseptembre, la République populaire de Chine est un des plus grands marchés d’exportation de l’Allemagne, avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 96 milliards d’euros. 

Au vu de ces faits, Mme Merkel a toutes les raisons de détourner le désir de sanctions de la part de l’Europe et de l’Amérique vers son voisin direct à l’Est, la Fédération de Russie. En d’autres termes, elle a «toutes les raisons», si la logique joue un rôle quelconque dans le comportement de l’Etat aujourd’hui.•

Source : https://gilbertdoctorow.com/2020/09/03/Nowichok-and-nonsense-from-a-post-factual-to-a-post-logic-world/ à partir du 3 septembre 2020

(Traduction Horizons et débats)

 

 


Gilbert Doctorov est titulaire d’un doctorat en histoire (Columbia University) et vit en Belgique. Il a passé la plus grande partie de sa vie professionnelle dans le monde des affaires, d’abord avec des responsabilités de marketing dans plusieurs pays d’Europe centrale et enfin, dans les années 1990, comme directeur général basé à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Au cours des 15 dernières années, il a écrit quatre livres traitant des relations américano-européennes et russes. Il a récemment publié: «A Belgian Perspective on International Affairs», Bloomington, Publisher Authorhouse, 2019. Il a présenté de nombreuses conférences dans des forums d’experts sur les affaires internationales. Il a participé à des talk-shows sur la politique intérieure russe sur toutes les chaînes nationales. M. Doctorov est co-fondateur du Comité américain pour l’Accord Est-Ouest, une organisation dans la tradition de Henry Wallace. M. Wallace a été vice-président sous Franklin Roosevelt et a préconisé une coopération étroite entre les Etats-Unis et l’Union soviétique pour la période suivant la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.