L’agriculture – «nécessité systémique»

par Josef Kunz, ancien conseiller national, Grosswangen

L’agriculture est constamment présentée sous un jour défavorable par les titres des médias. Par exemple: la Suisse se noie dans le fumier, la quantité de bétail est beaucoup trop élevée et produit trop d’ammoniac, l’agriculture pollue l’eau, la production de viande pollue l’environnement. Les agriculteurs coûtent trop cher avec les paiements directs; ce ne sont là que quelques exemples.

En guise de réponses, les éléments suivants:

Trop de fumier: l’utilisation d’engrais artificiels a massivement diminué, l’épandage de lisier doit être documentée et traitée avec précision. L’équilibre nutritionnel, le prélèvement et l’épandage doivent correspondre aux rendements.

Le nombre de bétail est trop élevé: la quantité de bétail de bovins et de porcs a diminué ces dernières années. Avec un taux d’autosuffisance d’un peu moins de 50 %, il est futile de continuer à réduire le nombre de bétail. Avec l’élevage (bovins, ovins), nous entretenons les prairies suisses. Ceux qui diabolisent la viande veulent-ils à l’avenir consommer de la soupe à l’herbe? Les agriculteurs transforment l’herbe en lait, en fromage et en viande, ce qui représente des milliers d’emplois.

Eaux: les agriculteurs n’ont jamais utilisé de pulvérisations illégales puisque celles-ci ont été approuvées par des agences fédérales. L’agriculteur les utilise en partant de l’idée que les résidus ne sont pas un problème, les hormones et les médicaments provenant de l’homme étant tout aussi problématiques. Il est clair que les résidus doivent être réduits dans tous les secteurs – industrie, santé et agriculture – mais il n’est pas acceptable de faire porter le chapeau à l’agriculture seule.

Paiements directs: Avec l’introduction des paiements directs, les agriculteurs ont vu les prix de leur lait et de leurs céréales diminuer de moitié. En conséquence, l’agriculture a perdu des revenus d’environ deux milliards de francs dans ces seuls secteurs. Savez-vous, chers lecteurs, que sans les paiements directs, 50 % des familles d’agriculteurs n’auraient plus de revenus? Avenir Suisse devrait se demander si ces réductions de prix ont servi les consommateurs ou si elles ont été employées par des intermédiaires pour améliorer les marges. Le prix du fromage n’a pas beaucoup diminué; malgré la réduction de moitié du prix du lait, les importations de fromage ont augmenté pour atteindre plus de cinquante mille tonnes en quinze ans. Que fait-on de la protection du climat et de l’environnement? Les paiements sont également liés au bien-être des animaux et aux performances écologiques.

Conclusion: les agriculteurs ne produisent pas pour eux-mêmes, mais pour garantir une excellente alimentation à notre population. L’agriculture productive équivaut à l’entretien du paysage le moins cher, avec des milliers d’emplois. Si l’Etat devait prendre en charge l’entretien des paysages, cela coûterait douze milliards sans production, selon les calculs de la Plateforme agricole. Si l’Europe devait être frappée par une sécheresse (dont les signes sont là), la famine éclaterait également dans notre pays. C’est pourquoi nos familles d’agriculteurs méritent une autre appréciation, elles font tout ce qu’elles peuvent pour préserver l’environnement et pour transmettre des terres et une agriculture intactes à la génération suivante. Ce qui va aussi dans l’intérêt du reste de la population. Du fait de leur grande responsabilité d’information, les médias devraient couvrir l’agriculture avec des titres positifs, et pas constamment avec des titres négatifs! Voici quelques suggestions:

  • L’agriculteur se noie dans la bureaucratie.
  • Sans les agriculteurs, pas de paysage intact.
  • Sans nourriture, pas d’économie.
  • Le degré d’autosuffisance ne doit pas diminuer davantage, sinon la dépendance aux pays étrangers augmentera dangereusement.
  • Les réductions de prix signifient que les agriculteurs sont désespérément dépendants des paiements directs.

Je tiens à remercier tous les consommateurs qui soutiennent l’agriculture et les produits locaux. Je conseille aux médias de prendre mes réflexions au sérieux: les familles d’agriculteurs le méritent et elles en seront reconnaissantes!

(Traduction Horizons et débats)

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.