«C’est tout simplement magnifique la façon dont les gens d’ici s’impliquent et s’engagent»

Déclaration du conseiller fédéral suisse Ueli Maurer lors de la conférence de presse du 25 mars 2020

mw. Le vendredi 20 mars 2020, le Conseil fédéral a adopté les points essentiels d’un programme étatique de soutien aux liquidités des entreprises sous forme de garanties. Cinq jours plus tard, le conseiller fédéral Ueli Maurer, chef du département suisse des finances, a présenté les mesures financières de soutien à l’économie. Ses remarques lors de la conférence de presse du 25 mars expliquent bien de quoi il s’agit et combien il est important que tout le monde travaille ensemble pendant cette période.

D’après le conseiller fédéral Ueli Maurer: «la Confédération met à disposition 20 milliards de crédits en forme de garanties. Il est important de trouver un équilibre entre l’économie et la place financière suisse pour quecela puisse être réalisé. Il s’agit bien plus que de distribuer de l’argent; il s’agit d’assurer le financement et c’est pourquoi vous voyez la Banque nationale ici présente [pointe sur le président de la BNSThomas Jordan sur le podium], il s’agit d’assurer la surveillance [indique Marc Branson, directeur de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers Finma], et il s’agit de montrer comment cet argent devrait être distribué [indique Martin Scholl, président de la BCZ en tant que représentant des banques]. Suite au vendredi dernier, j’ai reçu des courriels de citoyens affirmant ‹Vous bluffez! J’étais à la banque et ils m’ont dit: Ils ont perdu la tête à Berne, il faudra au moins quatre semaines avant que nous puissions répondre à de telles demandes.› Eh bien, nous avons travaillé tout le week-end, à un rythme de 18 heures par jour, d’une part l’administration avec nos avocats et d’autre part avec les banques. Ainsi, nous avons adopté la nouvelle réglementation aujourd’hui comprenant tous les détails nécessaires pour que les demandes de prêts puissent être faites à partir de demain et pour faire fonctionner ce système.»

Avancer rapidement ensemble

Le conseiller fédéral Maurer poursuit: «Comme tous les chefs d’entreprise et tous les présidents des conseils d’administration de 300 banques en Suisse ont participé à une conférence téléphonique le dimanche matin, on a pu voir à quel point cette question est prise au sérieux et comment on travaille ensemble en Suisse. Je pense que c’est une grande différence. Ailleurs, les gens sont prêts à jeter une grande quantité d’argent dans la balance. Quant à nous, dans peu de jours, nous vous fournirons les détails sur la manière de le distribuer et de le contrôler. 
Je voudrais profiter de cette occasion pour exprimer mes sincères remerciements pour le travail qui a été accompli ici dans l’administration, à la Banque nationale, à la Finma et surtout dans les banques. Cela montre simplement le bon fonctionnement de notre système suisse dirigé par l'idée qu’en fin de compte, nous nous asseyons ensemble autour de la table pour résoudre les problèmes qui se posent.
A quoi ressemble le paquet? Il est constitué selon les décisions du Conseil fédéral, la semaine dernière. Il existe des crédits de garantie allant jusqu’à 500 000 francs, qui sont en principe accordés et versés immédiatement sans révision majeure. Le taux d’intérêt sur ces prêts jusqu’à 500 000 francs est de 0 (zéro) et il n’y a pas de frais. Il s’agit également d’un service fourni par les banques impliquées: les personnes obtenant un prêt garanti ne paient aucun intérêt. Le deuxième lot que nous avons annoncé passe de 500 000 à 20 millions, où un taux d’intérêt de 0,5 % est appliqué, car il nécessite plus de clarifications et plus de soutien. La référence est le chiffre d’affaires, afin que nous traitions tout le monde avec égalité. Les start-ups n’ayant pas de chiffre d’affaires et n’étant pas en activité depuis longtemps n’entrent pas dans cette catégorie. Cependant, mais nous avons également prévu une solution dans le règlement pour les très jeunes entreprises connaissant des difficultés afin qu’elles puissent bénéficier d’une garantie d’après une estimation.

La confiance mutuelle entre la population et l’Etat est le meilleur moyen de lutter 

«La question posée le plus souvent», dit Ueli Maurer, «est celle inhérente à l’abus: ‹Que faites-vous quand quelqu’un vient et veut quelque chose sans en avoir le droit? Dès qu’une personne signe une demande, elle reconnaît qu’elle peut se voir condamner à une amende de 100 '000 francs suisses si elle donne de fausses informations. Je suppose que les personnes possédant une entreprise et qui ont investi tous leurs actifs dans cette entreprise sont également assez honnêtes pour ne pas vouloir tromper l’Etat. Nous ne voulons pas cela non plus. Nous vous ouvrons immédiatement toutes les possibilités, et je suis fondamentalement convaincu que les abus sont pratiquement impossibles. 
Telle est l’idée générale sous-jacente à ce règlement. Il s’agit d’un paquet, 20 milliards, d’aide d’urgence. Ce n’est probablement pas la fin de l’histoire. Certaines grandes entreprises peuvent avoir des problèmes de liquidité. Nous nous penchons sur cette question, et la question des cas difficiles qui ne peuvent être résolus avec une garantie est également dans notre radar. Nous continuerons à examiner ces questions et à les aborder étape par étape.
C’est merveilleux, d’ailleurs, de travailler ici avec nous. Chaque jour, nous recevons des suggestions de la population, des cantons, de personnes individuelles, écrites à la main ou des concepts dessinées à la main, sur la manière de procéder. C’est tout simplement merveilleux de voir comment les gens d’ici participent et s’impliquent. 
Nous vous montrons cet équilibre entre l’économie et la place financière: il faut procéder de la sorte pour que ce que nous lançons maintenant soit également durable à long terme et engendre un effet sur l’économie sans pour autant faire peser une charge excessive sur la place financière.»

Surmonter ensemble cette phase difficile

Enfin, une citation de la déclaration de Martin Scholl, président de la direction générale de la Banque cantonale de Zurich (BCZ)

«Il y a beaucoup d’annonces dans le monde, mais annoncer de grosses sommes d’argent le plus rapidement possible est une chose, et les apporter aux bénéficiaires à la fin en est une autre. Ce qui importe en fin de compte, c’est la bonne circulation de l’argent, le paiement des salaires et que cette phase difficile soit maîtrisée par des efforts communs rapidement. Le Conseil fédéral a promis il y a quelques jours qu’il allait tenir sa promesse, et il l’a fait. Avec la décision du Conseil fédéral de ce matin, la solution est désormais en place, non seulement sur le plan conceptuel mais aussi en termes de mise en œuvre. Cela n’a été possible, comme l’a déclaré Monsieur le Conseiller fédéral, que parce que de tous côtés, pratiquement en mode 7x24, sur la base de la confiance et du respect mutuels, on se battait pour des solutions, parfois en se confrontant les uns des autres.» 

 

Fonctionnement du frein à l´endettement

Les finances fédérales doivent être équilibrées par le biais du frein à l’endettement à moyen terme, c’est-à-dire sur l’ensemble d’un cycle conjoncturel. Des excédents doivent être dégagés en période de haute conjoncture afin qu’il soit possible de compenser les déficits dus à la phase de récession suivante. Les dépenses sont plafonnées au montant des recettes structurelles, autrement dit des recettes corrigées des fluctuations conjoncturelles. Cette règle permet une évolution constante des dépenses et garantit la continuité sur le plan politique.

 Source: https://www.efv.admin.ch/dam/efv/fr/dokumente/publikationen/schuldenbremse.pdf.download.pdf/Schuldenbremse_2017_f_web.pdf

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.