Courrier des lecteurs

Que peut-on apprendre de Fridtjof Nansen pour l’aide contre Covid-19?

«Dans les économies avancées du monde, la compassion devrait être une motivation suffisante pour soutenir une approche multilatérale.» Comme l’a écrit Joseph E. Stiglitz dans le numéro 8 d’Horizons et débats du 28 avril 2020, «Les dirigeants et chefs de l’État doivent agir de concert contre le Covid-19.»Il appelle à un soutien économique aux pays en développement et émergents qui sont et seront plus touchés par la pandémie de Covid-19 que le monde occidental en raison de l’interdépendance économique mondiale. Je trouve gratifiant que Josef E. Stiglitz regarde au-delà de l’horizon et ne voie pas la misère de la pandémie uniquement du point de vue interne de son pays. Chaque individu et chaque état est touché par les distorsions économiques et sociales de la crise. 

A maintes reprises, des personnes courageuses ont élevé la voix au lendemain de catastrophes afin de se tenir aux côtés des personnes dans leur misère – faim, déplacement, perte de leurs voisins. Après la première guerre mondiale, le prix Nobel de la paix, Fridtjof Nansen, était un modèle d’humanité et s’est engagé à aider les gens. Au nom de la Société des Nations, il a renvoyé environ un demi-million de prisonniers de l’Union soviétique dans leur pays d’origine. Bien que les Etats de la Société des Nations lui aient refusé un soutien financier pour l’aide à la famine en Russie soviétique, il a réussi à le faire. Néanmoins, grâce à de nombreux dons privés, lui et d’autres ont réussi à sauver de nombreuses personnes de la famine. Il est impressionnant que Fridtjof Nansen n’ait pas seulement pensé à l’aide rapide, mais qu’il ait toujours voulu assurer la vie des gens à long terme. Ainsi, non seulement les prisonniers sont libérés, mais ils peuvent également mener une vie indépendante par la suite. Non seulement on leur évite la mort par famine, maison s’engage à améliorer leurs conditions de vie de façon durable. 

Fridtjof Nansen a aidé des personnes de différentes religions et nationalités. Un de ses principes directeurs était: «La charité est la seule vraie Realpolitik.»

En lisant l’article d’Horizons et débats de Joseph E. Stiglitz, on se forme une idée de cette compassion, de cette charité pour le monde entier. Les Etats se concentrent souvent sur l’action économique de leur propre pays. Avant la crise du coronavirus, il y avait l’Occident économiquement fort et dominant, et les pays en développement et émergents endettés et exploités. Avant la crise du coronavirus déjà, il y avait des tentatives pour faire passer l’humanité avant l’économie, et non pas à côté de celle-ci. Joseph E. Stiglitz mentionne une tentative malheureusement ratée de rééchelonnement de la dette souveraine à l’Assemblée générale des Nations unies en 2015 parce que «l’approbation nécessaire des pays créanciers les plus importants»faisait défaut. 

La compassion est nécessaire, non seulement pendant la pandémie, mais aussi dans la poursuite de l’évolution vers un monde humain. «Vous, votre famille, votre classe, votre nation ne sont que de minuscules parties d’un tout plus grand. Le monde l’oublie trop souvent», a déclaré Fridtjof Nansen devant les étudiants. 

Les voies de la solidarité que de nombreux êtres humains poursuivent aujourd’hui ont été présentées dans les dernières éditions d’Horizons et débats, des voix tranquilles et encourageantes.  

Margret Kleine-Pauli, Zurich 

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.