Démocratie plus directe en Allemagne (part 5)

L’importance de la personnalité lors de l’engagement publique

par Christian Fischer, Cologne

Dans les quatre parties précédentes de cette série, des questions structurelles et institutionnelles ont été présentées, mettant en évidence la manière dont notre Etat est organisé et ce qui peut être organisé plus directement et démocratiquement en différents endroits. Parallèlement, mais non indépendamment, c’est le niveau de la vie quotidienne en dehors du monde institutionnel. Cela n’a-t-il rien à voir avec la démocratie et avec une vie solidaire au sein de la communauté humaine? C’est ce dont traite la cinquième partie de cette série.

Même dans les Etats autoritaires, les gens peuvent vivre sur un pied d’égalité en dehors de l’action de l’Etat. De l’autre côté, même dans une démocratie, les gens peuvent «oublier» leur égalité et ainsi vider les institutions démocratiques de leur sens ou les ouvrir aux fraudeurs. La vigilance et l’activité des citoyens sont toujours l’épreuve décisive de la maturité démocratique. Cela ne veut pas dire que les institutions démocratiques ne sont pas importantes, mais au contraire que nous devons reconnaître leur valeur et les utiliser, en les améliorant si nécessaire. Les institutions seules ne peuvent ni garantir ni empêcher la vie démocratique. Les institutions peuvent entraver ou promouvoir la démocratie, pas plus, mais aussi pas moins.

Vue d’une démocratie vivante à l’exemple d’un être humain

Cette vision «officieuse» de la démocratie vivante sera illustrée par l’exemple d’une personne dont j’ai pu accompagner les activités pendant un certain temps, il y a près de 40 ans. Werner Böwing (1928-2016) a été syndicaliste à plein temps de 30 à 60 ans. J’ai appris à le connaître quand j’étais moi-même un jeune professionnel et un membre d’un syndicat. Récemment, par hasard, j’ai de nouveau rencontré un collègue commun de cette époque. Au cours de la conversation, il m’a demandé, entre autres choses: «Connaissez-vous vraiment le livre que Werner a écrit plus tard (1997)?» Non, je ne le savais pas. Le collègue me l’a prêté. C’est une autobiographie sans prétention, avec le titre approprié «Souvenirs de la tentative de changer la direction du vent avec une pompe à air». Le livre est une leçon pour tous ceux qui sont sérieux – sans perdre l’humour nécessaire.

Werner Böwing a grandi dans une famille qui était pauvre au début, mais dont la situation s’est ensuite un peu améliorée. Souvent, la famille a dû changer de ville pour des raisons de travail, et donc pour Werner aussi d’école. Après l’école obligatoire, Werner a commencé un apprentissage de menuisier, mais à l’âge de 16 ans (1944), il s’est senti obligé de devenir soldat volontaire. Par chance, il a survécu, mais il a aussi connu les horreurs de la guerre. À l’âge de 17 ans, il est emmené en captivité en Grande-Bretagne et reste dans des camps de travail en Écosse et en Angleterre pendant trois ans. Il décrit cette période comme presque heureuse: il a survécu, il a eu de la nourriture, il a été autorisé à travailler (dans l’agriculture), il a rencontré des gens sympathiques, surtout en Ecosse. Il a appris un peu d’anglais, a essayé de comprendre, d’apprendre, de vivre. Toute sa vie, il a toujours cherché le contact avec les gens.

En 1948, il a été libéré et est revenu en Allemagne, d’abord pour sa famille qui avait survécu dans la zone d’occupation soviétique. Il a pu terminer son apprentissage et travailler comme menuisier. Politiquement, il était désormais clairement contre la guerre et critique envers les autorités. Il ne voulait plus jamais être maltraité. Il entre donc rapidement en conflit avec les autorités et s’enfuit à l’Ouest peu après la fondation de la RDA, n’ayant rien d’autre dans les mains que son certificat de corps de métier et des outils de menuisier. Il n’avait pas peur de la vie, il avait déjà trop vécu à l’âge de 21 ans.

Engagement dans les syndicats et avec les faucons

Il y avait suffisamment de travail à l’Ouest. Il est venu en Rhénanie, a travaillé sur différents chantiers, s’est engagé dans le syndicat, a fondé l’organisation de jeunesse socialiste Falken à Bonn, où il a rencontré sa femme, avec laquelle il a rapidement fondé une famille et est resté ensemble jusqu’à la fin de sa vie. Il s’engage également auprès des Jeunes Socialistes et se présente à leur présidence à Wuppertal en 1957 – mais ne peut l’emporter contre un certain Johannes Rau. Quarante ans plus tard, ce dernier, l’actuel Premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a écrit une préface très personnelle et digne pour le livre dont il est question ici. En 1958, Werner Böwinga été élu directeur général de l’IG Bau Steine Erden à Solingen et a été confirmé dans cette fonction encore et encore jusqu’à sa retraite en 1988, prise également pour des raisons de santé. Mais il n’est pas resté inactif.

Comment une personne alerte peut agir en démocratie

Il ne s’agit pas seulement de Werner Böwing, mais plutôt de l’exemple qu’il a donné d’une personne alerte, un compagnon artisan sans diplôme d’études secondaires et ayant suivi une année de formation dans une académie syndicale, dans sa façon de bouger et contribuer à façonner la démocratie, selon ses possibilités et son savoir. Il s’agit aussi de sa manière démocratique de ne pas se prendre au sérieux dans ce qu’il n’a pas pu réaliser. Un petit mémorial doit être érigé ici en l’honneur de cette personne, représentant d’innombrables citoyens engagés. 

Même dans le cadre de son travail syndical à plein temps, Böwing a été assez souvent contrarié et a dû réfléchir aux compromis qu’il devait faire pour ne pas altérer ses chances en tant que représentant des intérêts des travailleurs de la construction. Une autre carrière dans le syndicat lui aurait certainement été possible s’il avait fait des compromis plus ambitieux, mais là, ses convictions de combattant pour la justice sociale et la paix (pas toujours «mainstream») étaient plus importantes pour lui et son poste à Solingen lui suffisait. 

«Sa principale préoccupation était la politique de paix»

Sa principale préoccupation était le mouvement pour la Paix. Dans les années cinquante, cela signifiait: contre le réarmement – et il y attachait de l’importance dans les deux Etats allemands. Cela a également posé un problème à certains membres de ce mouvement. Au grand dam de ses supérieurs syndicaux, il participe à l’organisation des marches de Pâques. Après la création de la Bundeswehr, il s’est engagé dans la «Société allemande pour la paix» (co-fondée par Berta von Suttner), l’«Internationale des objecteurs de conscience» et le «Groupe des objecteurs de conscience».Il a contribué à réunir ces deux derniers groupes pour former l’Association des objecteurs de conscience (VK), où il a assumé des fonctions de direction honorifiques. Il ne s’agissait pas d’accumuler des fonctions, mais d’apporter une aide pratique à des personnes qui – contrairement à l’esprit du temps – ne voulaient pas prendre les armes. Et il a organisé une aide concrète pour les déserteurs français de la guerre d’Algérie, puis pour les déserteurs américains de la guerre du Vietnam. Cela ne pouvait se faire que très silencieusement et nécessitait donc des compromis dans d’autres domaines.

Il a également été actif au niveau international pour le mouvement pour la paix et contre l’armement nucléaire. Cependant, il a pris sa retraite du comité exécutif de l’Association des objecteurs de conscience (VK) en 1968. Pourquoi? Le mouvement étudiant a commencé à infiltrer cette association pour ses propres fins, pour la politiser idéologiquement, sans s’engager davantage dans le travail d’aide concrète réalisée souvent en coulisses. Pour Werner Böwing, il s’agissait de «théoriciens» avec lesquels il ne voulait pas être associé. Après tout, il y avait suffisamment de travail à faire.

Voyages en Yougoslavie

Prenons l’exemple de la Yougoslavie. Werner Böwing se rendait en Bosnie avec sa famille pour des vacances en camping depuis la fin des années cinquante. Malgré ses vacances, il y a noué des contacts politiques parce qu’il s’intéressait au modèle yougoslave. Il y est bientôt invité pour des conférences et organise des rencontres mutuelles pour apprendre les uns des autres. Dans son livre, il souligne, concernant la dernière guerre, qu’il n’a pas remarqué d’hostilités dans l’État multiethnique. «J’aurais dû le remarquer.» Mais plus tard, en 1992, il a trouvé le moyen, avec d’autres amis, d’organiser un convoi d’aide vers une île de l’Adriatique qui luttait pour un statut démilitarisé au début de la guerre – ce qui ne s’est toutefois pas produit. Il a personnellement participé à ce convoi, qui n’était pas sans danger. Lors de l’attaque allemande sur la Yougoslavie en 1999, il a quitté le SPD après un demi-siècle d’appartenance et s’est ensuite engagé dans le parti Die Linke,bien qu’il ait toujours eu une relation critique avec la RDA et l’Union soviétique.

Coopération avec des travailleurs danois de la construction

Il a également entretenu des contacts avec des ouvriers du bâtiment danois, qui sont nés de son travail pour la paix internationale. Chaque année, lors du week-end de l’Ascension, il organise des rencontres avec environ 40 à 60 collègues allemands et danois, alternativement en Allemagne et au Danemark, où l’échange professionnel et les rencontres humaines sont au centre des préoccupations. J’ai pu participer à plusieurs reprises à ces réunions et je me souviens avec plaisir de l’atmosphère détendue mais aussi sérieusement solidaire et de l’échange professionnel.

Ce ne sont là que deux exemples de la conviction souvent exprimée par Werner: «Tant que nous nous parlons, nous ne nous tirons pas dessus». Werner a également suivi avec intérêt le Printemps de Prague et le mouvement polonais Solidarno. Il a organisé une aide concrète pour les réfugiés de la dictature chilienne ainsi que pour des projets de reconstruction au Nicaragua. A Solingen, il a travaillé avec un père Willy,bien que lui-même peu chrétien, lorsqu’il s’est agi de trouver de l’aide pour les «sujets» respectifs pour lesquels l’autre partenaire était mieux adapté. Malgré le sérieux de ses demandes, Werner Böwing a toujours apporté avec lui assez d’humour et de ruse et m’a parfois rappelé le soldat Schwejk, parfois Don Camillo.

En position de leader dans une coopérative de construction

Au sein de la Solinger Spar- und Bauverein, une coopérative de construction très active, il a occupé une position de leader et a plaidé pour le renforcement du système coopératif et une coopération plus étroite entre les syndicats et les coopératives. Il a utilisé les revenus personnels supplémentaires provenant de ces activités pour ses nombreux voyages «hors service» lorsqu’il ne les donnait pas directement pour des projets d’aide. Dans le cadre de cette fonction, et dans le contexte d’un jumelage de villes, il a également organisé l’aide à des projets de construction au Nicaragua.

«La démocratie, c’est bien, mais c’est beaucoup de travail»

Quel est le rapport avec la démocratie? En plus, avec la démocratie directe? Werner Böwing n’a pas exercé de fonctions politiques. Il a aidé des personnes à temps plein, à temps partiel et en privé, a construit et entretenu des réseaux, a facilité des réunions et des travaux éducatifs, a activé des élus politiques et professionnels, parfois avec, parfois sans succès. Il a apprécié le fait que dans notre démocratie, il est possible de se battre pour une vie digne, pour des conditions plus justes, même s’il n’y a aucune garantie de succès. Mais les choses sont plus faciles que dans les dictatures qu’il a connues. Il aurait aimé la phrase «la démocratie, c’est bien, mais c’est beaucoup de travail». Il n’aurait pas voulu de «théoriciens» qui puissent prouver que la démocratie n’est possible qu’après l’abolition du capitalisme et qu’avant cela, seule de l’information dans le sens de cette mauvaise nouvelle est nécessaire.

Là où des gens comme Werner Böwing travaillent – ils sont nombreux, regardez autour de vous ! – vit la démocratie. Elle vit d’autant mieux que les structures sont directes, c’est-à-dire que les citoyens ont plus de liberté pour participer à la vie publique. Il est donc tout aussi utile de se battre pour des structures démocratiques que pour des objectifs politiques dont le contenu ne peut pas toujours être évalué simplement «pour le peuple» ou «contre le peuple». Tout le monde ne poursuit pas les mêmes objectifs et n’est pas autorisé à le faire. Mais chacun doit avoir la possibilité de faire valoir ses préoccupations et de les promouvoir en public. Et: Il se doit aussi de le faire.

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.