L’Europe après le Brexit

par Karl-Jürgen Müller

Le 31 janvier 2020, la Grande-Bretagne a quitté l’Union européenne. C’est la première fois dans son histoire et dans celle des organisations qui l’ont précédée que l’UE perd un État membre. Les verdicts à ce sujet sont très différents. En effet, tout dépend du point de vue, si l’on considère cet événement de cette manière ou d’une autre.

Souvenirs d’enfance … 
et enseignements ultérieurs

Les lecteurs qui ont grandi à la fin des années 1950 et au début des années 1960 dans l’un des six pays de la CEE de l’époque (France, Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) se souviennent peut-être des programmes Eurovision diffusés plusieurs fois par an le samedi après-midi permettant aux jeunes de ces six pays de vivre en direct la façon dont les jeunes de ces pays s’affrontaient dans une compétition sportive et ludique – sans trop de sérieux et pour le plaisir des téléspectateurs sur place et devant les écrans. L’auteur de ces lignes était un enfant à l’époque et aimait regarder ces programmes. Pour lui, la CEE, les tentatives d’unification européenne étaient un projet d’entente internationale et, enfant, il se réjouissait beaucoup du fait qu’après deux terribles guerres mondiales – dont il avait également vu certaines à la télévision en 1964, 25 ans après le déclenchement de la Seconde et 50 ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale – il y avait une coexistence pacifique en Europe. La guerre était une chose terrible, il le savait dès son enfance. Et la CEE était naturellement un projet de paix pour lui. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’il a appris que les motifs de la fondation de la CEE, comme c’était déjà le cas pour la Communauté européenne du charbon et de l’acier au début des années 1950, étaient aussi et surtout le fait des politiciens responsables, surtout la politique de pouvoir dans la guerre froide faisant rage – très largement initiée de l’extérieur de l’Europe, à savoir de la politique américaine. C’était une leçon pour les très différents niveaux de décision politique et de manière assez pointue une différence entre l’apparence et la réalité.

Apparence et réalité

Il est très probable que cela ne soit pas différent dans le cas du Brexit, maintenant achevé. De nombreux citoyens de Grande-Bretagne et du continent espèrent que le Brexit apportera plus de liberté et de démocratie aux Britanniques, mais aussi un changement de mentalité au sein même de l’UE: peut-être qu’à l’avenir, les autres Etats membres de l’UE jouiront également de plus de liberté et de démocratie. 

Aucun des deux n’est très réaliste à court terme.

La «City of London» et le Brexit

Même la campagne britannique du Brexit avant le référendum de juin 2016 a soulevé des doutes quant à savoir si les dirigeants politiques et médiatiques de la campagne et les citoyens britanniques tiraient dans la même direction. C’était un mélange très coloré qui s’était formé. Une référence à une citation d’un article de la «Neue Zürcher Zeitung» du 3 février 2020 peut suffire ici. Rudolf G. Adam, ancien diplomate allemand et chef de l’ambassade d’Allemagne à Londres, souligne le rôle de la City de Londresconcernant le Brexit: «C’est un préjugé persistant que le Brexit est l’œuvre des cintriers. Les porte-parole du ‹Leave› viennent de la City de Londres. Nigel Faragea été courtier en matières premières pendant vingt ans avant de découvrir sa vocation pour la politique. Jacob Rees-Mogggagne son argent en tant que conseiller en investissement et gestionnaire d’actifs. Les actifs d’Arron Banks, co-initiateur du mouvement Leave et financier de Farage, sont estimés à plus de 100 millions de livres sterling. Boris Johnson lui-même a été maire de Londres pendant huit ans et il est très lié à la City. De grands noms de la ville le soutiennent par des dons. Sajid Javid, l’actuel Chancelier de l’Echiquier, a été banquier pendant 18 ans. Les prestataires de services financiers profitent du Brexit. Leur activité principale se situe de toute façon en dehors de l’Europe. Avec le Brexit, ils échappent à l’accès croissant d’une autorité européenne de surveillance financière. Ils ne traitent plus avec les autorités étrangères de l’UE, mais avec un gouvernement national qui est lié à eux par d’innombrables sympathies personnelles et qui prendra soin de ne pas faire pression sur une industrie générant plus de 20% des recettes fiscales totales.» Cela ne semble pas improbable. Et il est très probable que le continent européen devra compter avec des forces influentes de la Grande-Bretagne, notamment dans la «City of London» susmentionnée, qui se livrent encore à des rêves de puissance mondiale – avec tous les dangers que cela comporte pour la paix. Dans son discours à Greenwich le 3 février 2020 sur les relations futures entre la Grande-Bretagne et l’UE et le rôle de son pays dans le monde,le Premier ministre britannique Boris Johnson a réitéré ces rêves.

Toujours pas de changement dans l’UE

Mais même dans le reste de l’UE, on ne constate toujours aucun signe de changement dans les mentalités. Au contraire, avec la nouvelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, une femme politique a pris une position centrale pour la politique de pouvoir – Mme von der Leyen: «L’Europe doit également apprendre le langage du pouvoir» – est une évidence. Et il ne s’agit pas seulement du douteux «European Green Deal»,mais aussi des ambitions militaires, pour lesquelles elle a déjà été ministre de la défense allemande. Elle n’y a guère prêté attention, mais dans son discours au FEM à Davos le 22 janvier 2020, elle a également appelé à une UE puissante: «[…] pour paraître plus confiants dans le monde, nous devons faire plus dans certains domaines, c’est clair. […] Nous sommes le plus grand donateur dans le domaine de la coopération au développement, et nous investissons plus dans ce domaine que le reste du monde réuni. Mais nous devons également faire plus pour gérer les crises au fur et à mesure qu’elles se présentent. Pour ce faire, l’Europe a également besoin de capacités militaires sérieuses […].»

Il faut ajouter que la démocratie est actuellement de nouveau ouvertement remise en question.Enfin, et ce n’est pas le moins important, on observe une «politisation» de plus en plus de domaines de la vie – non pas dans le sens de la res publica, mais façonnée par la recherche du pouvoir. Ce n’est pas la coexistence pacifique et égale qui est promue et pratiquée, mais la meilleure façon de «s’affirmer». Le spectre va du comportement dans les talk-shows télévisés aux règles de comportement dans les «jeux» informatiques et même dans les associations privées et même les familles. Le principe éthique de base d’Emmanuel Kant consistant à agir de manière à «avoir besoin d’humanité en soi et dans la personne des autres à tout moment comme une fin, jamais seulement comme un moyen» – un principe central des relations juridiques humaines et des relations humaines dignes – est ignoré. Les piles de fragments brisés ne doivent donc pas être une surprise.

Il pourrait aussi être différent 

Pouvons-nous encore faire des suggestions? Certainement! – Même si leur réalisation semble bien lointaine pour le moment.

Dans le nouveau monde multipolaire qui émerge, l’Europe, y compris l’Europe de l’UE, doit trouver une nouvelle place. Même la chancelière allemande Angela Merkel l’a noté à Davos au FEM. Sans la Grande-Bretagne, qui continue à avoir des ambitions de puissance mondiale, les possibilités des autres Etats de l’UE sont devenues plus grandes. Les liens de l’UE pourraient développer une force positive dans ce domaine, en ce sens que le continent ne sera plus joué les uns contre les autres comme il l’était il y a des siècles. Ni contre un pays européen de l’Est, à savoir la Russie.

La neutralité politique du pouvoir …

L’Europe pourrait – avec des armées d’Etats membres capables de défendre leur pays en cas d’attaque, mais pas avec une «armée de l’UE» pour les missions de guerre mondiales – s’engager sur la voie de la neutralité politique, c’est-à-dire ne plus s’immiscer dans les querelles politiques mondiales entre les grandes puissances actuelles – les Etats-Unis, la Russie et la Chine – et le Royaume-Uni, qui agit avec des ambitions renouvelées. Il s’agit plutôt de développer une neutralité bienveillante et favorable à la paix en offrant de bonnes relations avec tous les Etats et toutes les puissances.

L’Europe a été un champ de bataille majeur de deux guerres mondiales dévastatrices. L’Europe ne survivra pas à une troisième guerre mondiale. N’est-il pas absurde que les politiciens européens croient encore qu’ils peuvent assurer la paix en rejoignant un parti en guerre? Une OTAN dirigée par la politique américaine est en effet obsolète pour l’Europe.

… et une autre UE

Cependant, un tel concept de neutralité défensive n’est pas compatible avec la structure existante de l’UE, entravant considérablement la vie libre et démocratique de ses Etats membres. En fait, 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n’est plus nécessaire de prendre aucun pays européen par la main. L’Europe en tant que coexistence d’Etats constitutionnels libres et démocratiques, une réalisation concrète de l’idée d’une «Europe des patries», serait en effet tournée vers l’avenir. L’Europe après le Brexit pouvait alors pousser un soupir de soulagement. 

1 Original anglais: https://beta.spectator.co.uk/article/boris-johnson-britain-must-become-the-superman-of-global-free-trade

2   Voir Horizon et débats n° 26/27 du 9/12/19 et Horizon et débats n° 29 du 6/1/20

3  La «Neue Zürcher Zeitung» a récemment attiré à nouveau l’attention sur ce point dans un long article («Die Demokratie ist das, was wir aus ihr machen») dans le numéro du 28/1/20/.

Unsere Website verwendet Cookies, damit wir die Page fortlaufend verbessern und Ihnen ein optimiertes Besucher-Erlebnis ermöglichen können. Wenn Sie auf dieser Webseite weiterlesen, erklären Sie sich mit der Verwendung von Cookies einverstanden.
Weitere Informationen zu Cookies finden Sie in unserer Datenschutzerklärung.

 

Wenn Sie das Setzen von Cookies z.B. durch Google Analytics unterbinden möchten, können Sie dies mithilfe dieses Browser Add-Ons einrichten.