La lecture en commun ouvre nos cœurs vers le monde

par Eliane Perret, enseignante curative et psychologue

«La lecture est nécessaire … pour que la stupidité ne vous tue pas.» Ainsi commence un poème – que l’on trouve sur de nombreux portails Internet – destiné à démontrer aux enfants l’importance de la lecture des livres. Même si la suite du poème est une question de goût, il souligne l’importance de la lecture pour l’individu, pour toute la société. – Il y a maintenant cinq cents ans que l’invention de l’imprimerie a rendu la lecture et donc l’éducation accessibles à des cercles plus larges de la population. Jusqu’alors, les livres et les documents étaient copiés à la main. En Europe, cela se faisait surtout dans les scriptoria des monastères, où les moines et les nonnes assumaient cette tâche exigeante et créaient des chefs-d’œuvre artisanaux. Et qu’en est-il des livres et de leur importance pour la lecture aujourd’hui? 

«Quand allez-vous 
nous lire aujourd’hui?»

Cela se déroule juste avant le déjeuner, les élèves de la 4e à la 6e année sont assis, tranquilles et attentifs sur leurs bancs pendant que l’enseignante leur lit un livre à haute voix. «Sprichst du Schokolade?» est le titre prometteur.1 Alors qu’autrement, ces mêmes enfants ont souvent des difficultés à se concentrer, ils sont maintenant très attentifs. L’histoire d’une amitié semée d’embûches, mais qui oriente aussi le regard sur l’actualité du monde, les captive. Les comportements auxquels ils s’identifient, qu’ils veulent adopter ou qui leur servent de modèles sont décrits et illustrés. La lecture à voix haute introduit la classe dans un monde commun. Ce ne sont pas seulement des expériences intellectuelles, mais aussi sociales ou émotionnelles qui les relient désormais. Il est donc compréhensible qu’ils ne veuillent permettre l’annulation du temps de lecture quotidien que dans des cas exceptionnels.

Faut-il lire à voix haute, aux enfants 
plus âgés ou même aux adolescents? 

Commençons par les plus jeunes. Heureusement, pour de nombreux parents et grands-parents, regarder des livres d’images avec leurs enfants et petits-enfants et leur lire des histoires est encore aujourd’hui une évidence. Ils commencent à découvrir le monde ensemble et leur donnent un espace pour toutes leurs questions. Le fait d’accorder toute l’attention, la bonne volonté et la sécurité en bonne compagnie et de se plonger ensemble dans une histoire, éveille la curiosité et renforce le sentiment de relation émotionnelle. 
    Mais pas seulement! Des études montrent que les enfants de deux ans pour lesquels regarder des livres d’images et lire à haute voix sont des activités régulières parlent avec deux fois plus de mots que les enfants du même âge qui doivent s’en passer. Ils apprennent de nombreux et nouveaux termes; la formation des phrases et les différentes formes de langage sont intériorisées. Ils élargissent leur domaine d’expression et de communication avec leurs prochains. En lisant à voix haute et en regardant des livres, les enfants fortifient leur persévérance, deviennent plus créatifs et améliorent leur mémoire et leur concentration. 
    Surtout à cet âge, les enfants sont aussi très réceptifs aux petits poèmes et aux rimes qui les aident à découvrir le rythme du langage. Les livres de Susanne Meier-Stöcklin sont un véritable trésor à cet égard.2 En regardant un livre ensemble, un enfant reçoit de nombreuses stimulations (d’apprentissage) qui ne peuvent être dépassées par aucun programme de télévision, aucun jeu sur tablette et aucune application pour smartphone. Ainsi, les enfants développent très tôt une relation émotionnelle positive avec les livres, qui dure généralement toute la vie. C’est la meilleure base pour une bonne éducation. 
    Malheureusement, de nombreux parents cessent de lire à voix haute dès qu’un enfant peut lire tout seul. Bien que cela soit également important et à encourager, cela ne remplace en aucun cas la lecture à voix haute. Même les enfants plus âgés apprécient le fait que vous lisiez un livre ensemble et que vous le lisiez à haute voix à tour de rôle.

Comment encourager 
mon enfant à la lecture?

La lecture est toujours un sujet de conversation avec les parents. Ils souhaitent que leurs enfants lisent davantage. Pour certains d’entre eux, les médias numériques prennent beaucoup (trop) de leur temps. Mais il existe encore de nombreuses façons de les inciter à lire. Dans notre école, nous l’avons essayé avec des enfants de tous âges. Inspirés par une autre école, nous avons lancé le projet 15x15.3 Lire quinze minutes par jour pendant quinze jours. Cependant, nous ne voulions pas que chaque élève lise un livre de son choix, mais nous avons créé notre propre variante en leur lisant un livre spécifique à chaque classe. Une fois par jour, à un moment inattendu, un élève se promenait dans l’école avec le triangle et annonçait que tout devait maintenant être mis de côté. Le temps de la lecture a commencé; il est devenu très calme dans l’école. 
    La réaction des élèves a été positive et dans plusieurs classes, la lecture à voix haute a été intégrée à l’emploi du temps dès lors. 

Pourquoi pas aussi dans la famille? 

Faut-il planifier la lecture à haute voix dans la routine quotidienne de la famille, même aux enfants plus âgés? Une mère m’a déclaré que depuis des années, c’était un rituel chez eux de se prélasser sur le canapé avec ses deux fils maintenant préadolescents. L’un à sa gauche, l’autre à sa droite, pour lire un livre ensemble (et parfois s’endormir confortablement). J’étais surprise, car je savais par son fils qu’il ne maîtrisait pas très bien la lecture. D’autre part, j’avais déjà remarqué qu’il avait un bon vocabulaire et qu’il pouvait très bien saisir le sens de ce qu’il lisait, tant intellectuellement qu’émotionnellement, et faire preuve d’empathie. Une compétence qu’il avait certainement acquise lors de ses séances de lecture en famille. Cela n’aurait pas été aussi facilement possible par la seule conversation quotidienne.

Petits et grands

Pour un autre projet de lecture, nous avons formé des partenariats de lecture quotidiens entre élèves plus âgés et plus jeunes pendant deux semaines. Il n’était pas difficile d’amener les plus âgés à regarder un livre d’images avec les plus jeunes, à lire à haute voix une histoire ou à lire un livre ensemble. Nous avons choisi les duos de lecture très soigneusement. Par exemple, une élève timide plus âgée s’est chargée d’apprendre les lettres avec une petite fille en difficulté d’apprentissage. Nous nous sommes émerveillés de la patience et de la ténacité avec lesquelles elle s’est attelée à cette tâche. Un élève qui causait habituellement beaucoup d’ennuis dans sa classe n’avait aucun mal à garder en ligne son petit tourbillon, qui le provoquait souvent. Désormais, lorsqu’ils se sont rencontrés dans l’école, une salutation amicale était une évidence. Ne serait-ce pas aussi l’occasion de le mettre en œuvre dans le milieu familial? 

A quoi ressemble ton «héros»?

Bien sûr, les films de grande qualité ont aussi leur justification et contiennent des possibilités de s’adresser au spectateur en termes de contenu et d’émotion (j’ai toujours un paquet de mouchoirs avec moi au cinéma!). La lecture à voix haute et la lecture d’un livre, cependant, nécessitent une autre activité élevée. Les pensées et les sentiments exprimés dans le texte doivent être transformés en images intérieures par le lecteur. Cela entraîne l’imagination et l’empathie à un degré considérable. Le lecteur est invité à faire un film intérieur. Pour les lecteurs non habitués, une conversation de clarification est souvent utile, et le niveau du texte à lire doit être soigneusement adapté. Où se situe l’histoire? Que se passe-t-il? Qui est dans l’histoire? C’était une situation exaltante quand j’ai demandé un jour à mes élèves comment ils imagineraient le «héros» de l’histoire. Toutes les variations de couleurs de cheveux, d’yeux et de peau, d’autres caractéristiques physiques et de vêtements se sont réunies – déterminées par l’imagination de chaque enfant. 
    Un exemple littéraire impressionnant de la puissance de ces images intérieures vient probablement d’Ernest Hemingway. On dit qu’il avait fait un pari avec certains de ses amis écrivains. Ils avaient insinué qu’il était incapable de décrire une histoire en six mots. Il les a surpris en disant: «For sale: baby shoes, never worn.» (A vendre: chaussures de bébé, jamais portées). Avec cela, il a non seulement obtenu – s’il a effectivement vécu l’anecdote – de ses amis de l’époque une histoire qui a été façonnée sur la base d’expériences et d’aventures personnelles. Ou qu’est ce qui  vous passe par la tête, à vous?

Entrer dans un dialogue intérieur

Une lecture approfondie consiste en partie à s’intéresser aux perspectives et aux sentiments des autres et à entrer dans un dialogue intérieur avec eux. Nous avons de l’empathie et nous ressentons ce que signifie être désespéré ou heureux. Nous entrons dans des mondes inconnus et faisons l’expérience de choses qui nous étaient auparavant fermées dans notre vie, ou nous pouvons nous identifier et vivre de ne pas être seuls avec nos expériences et nos sentiments. La lecture offre la possibilité d’avoir un premier aperçu des cultures et des pays étrangers, qui est souvent plus authentique que ce que le tourisme peut offrir. Ainsi, les élèves, auxquels on lit le livre de Cas Lester, s’informent de la situation des réfugiés de Syrie. Mehrnousch Zaeri-Esfahani leur raconte comment elle est venue d’Iran en Allemagne par des chemins difficiles et a trouvé une nouvelle patrie.4 Judith Hohnhold, grâce à une version simplifiée du célèbre livre pour jeunes de Karl Bruckner, a donné la possibilité même aux lecteurs non habitués de connaître le sort de Sadako Sasaki, qui a survécu au premier bombardement atomique sur sa ville natale d’Hiroshima, apparemment indemne.Cela peut nous aider à construire un pont vers nos semblables dans le monde entier – un pont qui peut aussi nous guider plus tard dans la vie. 
    Malheureusement, cette capacité d’empathie a beaucoup diminué au cours des 40 dernières années et surtout depuis le tournant du millénaire, comme le note Sherry Turkle, chercheuse de renom au MIT (Massachusetts Institute of Technology), dans ses études. On suppose que de nombreuses personnes sont constamment en ligne, ce qui empêche les rencontres en face à face et crée une distance interpersonnelle. Mais cela ne commence-t-il pas déjà par le fait que la lecture de bons livres prend trop peu de place, non seulement chez les enfants, mais aussi chez les adultes?

La lecture est plus 
qu’une simple technique …

Dans le monde du matériel pédagogique actuel, le processus de lecture a une grande priorité. Le plan d’études 21 le dissèque en ses différentes parties et formule les compétences correspondantes. Il s’agit de meilleures techniques de lecture, de lecture sensorielle, etc., afin d’optimiser les circuits de lecture dans le cerveau. Voulons-nous réduire la lecture à cela? Ou est-ce plutôt ce qu’a dit Olga Meyer, dont les livres pour enfants et jeunes ont contribué à former des générations d’enfants: «Le monde avec sa technologie très développée, dans lequel l’enfant est placé aujourd’hui, peut certainement éveiller son intérêt, mais jamais lui réchauffer le cœur, lui donner la sécurité dont il a besoin pour son développement intérieur.»6 Et pour ce faire, nous devons donner à nos enfants la possibilité d’aimer la lecture, un outil précieux pour les accompagner sur leur chemin. Nous formons ainsi les êtres humains dont notre société et toutes les autres ne peuvent se passer. Cela nécessite plus que des programmes de lecture numérique qui testent les compétences appropriées avec la promesse vide d’optimiser les opportunités de carrière. 

… c’est une ouverture culturelle

J’espère avoir été clair sur ce point. La lecture permet à l’être humain de communiquer à un niveau élevé et de s’instruire. Mais ce n’est pas tout: c’est en lisant qu’un être humain forme sa personnalité. Il découvre le monde de ses semblables et apprend «à voir avec les yeux d’un autre, à entendre avec les oreilles d’un autre, à ressentir avec le cœur d’un autre», comme l’a dit Alfred Adler. Cela nous permet de voir d’autres façons d’entrer en relation les uns avec les autres. Mais qu’arrive-t-il aux enfants qui n’ont jamais été en contact avec les pensées et les sentiments des autres? – Au-delà du destin individuel de l’être humain, nous devons également inclure l’ensemble de la famille humaine. La lecture ouvre la possibilité de comprendre des contextes plus larges qui déterminent la vie sociale. Elle pose les bases de la liberté de pensée et de décision. C’est par là que conduit la voie vers un citoyen autonome et donc la base de toute démocratie.



Lester, Cas. Sprichst du Schokolade? Arsedition. 2018. EAN 9783845829241
Voir le site web de l’auteur: www.stoecklin-meier.ch
cf. www.condorcet.ch. Pichard, Alain. Leseförderung: Das Projekt 15×15.
Zaeri-Esfahani, Mehrnousch. 33 Bogen und ein Teehaus. Peter Hammer-Verlag. 2018. ISBN 978-3-7795-0522-8
Hohnhold, Judith. Sadako. Ein Wunsch aus tausend Kranichen. Thienemann-Esslinger Verlag GmbH. ISBN 978-3-8489-2099-0
Meyer, Olga. Olga Meyer erzählt aus ihrem Leben. Rascher-VerlagZürich-Stuttgart

 

 

 

 

 

 

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.