Le refus d’extrader Julian Assange doit être accueilli avec prudence

Mardi, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, s’est félicité du refus d’un tribunal britannique d’extrader le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, vers les Etats-Unis, au motif qu’il serait exposé à des conditions d’emprisonnement «oppressives» qui entraîneraient presque certainement son suicide.
    «Cette décision confirme ma propre évaluation selon laquelle, aux Etats-Unis, M. Assange serait exposé à des conditions de détention qui sont largement reconnues comme équivalant à de la torture ou à d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants», a déclaré M. Melzer dans un communiqué.
    M. Assange est actuellement détenu en isolement cellulaire prolongé à la prison de Belmarsh, à Londres, en vertu d’une demande d’extradition américaine pour espionnage et fraude informatique. «S’il est extradé vers les Etats-Unis, il risque une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans d’emprisonnement dans des conditions inhumaines d’isolement quasi total», a déclaré le Rapporteur spécial.
    Dans le même temps, l’expert indépendant de l’ONU estime que le jugement prononcé lundi par le tribunal britannique établit un précédent alarmant, en refusant de fait aux journalistes d’investigation la protection de la liberté de la presse et en ouvrant la voie à leurs poursuites pour espionnage. En 2010, M. Assange a publié des documents militaires sensibles relatifs aux guerres en Irak et en Afghanistan.
    «Je suis gravement préoccupé par le fait que le jugement confirme toute la justification très dangereuse que sous-tend l’acte d’accusation américain, ce qui revient en fait à criminaliser le journalisme portant sur la sécurité nationale», a déclaré M. Melzer.
    Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils feraient appel au jugement, mais ont salué le rejet par le juge de tous les arguments de la défense d’Assange fondés sur la liberté de la presse, l’intérêt public dans la dénonciation des fautes gouvernementales, l’interdiction des extraditions pour délit politique et le non-respect par les Etats-Unis de fournir des procès équitables aux personnes accusées d’atteinte à la sécurité nationale.
    «C’est très préoccupant», a déclaré le Rapporteur spécial. «Désormais, aucune de ces questions ne sera examinée par la Cour d’appel, car la seule question en jeu sera l’aptitude médicale de M. Assange à résister aux conditions de détention américaines.»
    «Si les Etats-Unis donnent l’assurance que M. Assange sera traité avec humanité, son extradition pourrait potentiellement être confirmée en appel sans examen significatif des très graves problèmes juridiques soulevés par cette affaire», a averti l’expert indépendant.
    Dans des communications individuelles et des déclarations, M. Melzer a exprimé à plusieurs reprises le fait que M. Assange avait été soumis à plus de 10 ans de détention arbitraire et de persécution politique. Lors d’une visite à la prison de Belmarsh en 2019, le Rapporteur spécial et une équipe médicale spécialisée ont constaté que M. Assange présentait tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique.
    «La décision de justice ne reconnaît pas que l’état de santé déplorable de M. Assange est la conséquence directe d’une décennie de violation délibérée et systématique de ses droits humains les plus fondamentaux par les gouvernements des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la Suède et de l’Equateur », a déclaré M. Melzer.
    Selon l’expert, le fait que le jugement n’a pas dénoncé et réparé la persécution et la torture de M. Assange «laisse totalement intact l’effet d’intimidation prévu sur les journalistes et les lanceurs d’alerte du monde entier qui pourraient être tentés de publier des preuves secrètes de crimes de guerre, de corruption et d’autres fautes du gouvernement».
    «Maintenant, M. Assange doit immédiatement être libéré, réhabilité et indemnisé pour les abus et l’arbitraire auxquels il a été exposé», a déclaré M. Melzer. «Même avec un appel en instance, son isolement continu dans une prison de haute sécurité est totalement inutile et disproportionné. Il n’y a aucune justification pour l’empêcher d’attendre le jugement définitif dans un cadre où il peut retrouver sa santé et mener une vie familiale et professionnelle normale».
    Le Rapporteur spécial espère que le jugement du tribunal britannique mettra fin à la persécution et à l’emprisonnement de Julian Assange en tant qu’individu. «Mais dans l’ensemble, cela crée un précédent dévastateur qui porte gravement atteinte à la liberté de la presse, à la responsabilité et à l’Etat de droit», a-t-il prévenu.

Source: https://news.un.org/fr/story/2021/01/1085972 du 05/01/21

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.