Courrier aux lecteurs

«Une agitation haineuse qui nous fait rougir de honte!»

Vous n’imaginez peut-être pas à quel point j’apprécie de pouvoir lire votre journal régulièrement. Se faire mentir est une insulte et constitue un acte qui, comme tant d’autres choses, enfreint le premier article de notre Loi fondamentale selon lequel «la dignité de l’être humain est intouchable». Tout particulièrement dans les cas où les causes d’une guerre sont manipulées par le mensonge.
    Depuis un an, j’habite dans une maison de soins. C’est un endroit où des employés, souvent de jeune âge issus de nombreuses nations différentes, se donnent rendez-vous pour collaborer en paix. Malgré de grandes pénuries en personnel, ces personnes responsables de nos soins nous aident à maintenir la normalité au quotidien. Parmi elles, une jeune soignante vient du Népal, trois autres responsables de notre étage sont de nationalité russe, pays contre lequel se déferle une agitation haineuse qui nous fait rougir d’une profonde honte, nous autres allemands. Il semblerait qu’on a oublié Gorbatchev. J’ai des amis à Novosibirsk, je les ai rencontrés lors de mon séjour sur la Voie ferrée transsibérienne. Du temps de Gorbatchev, ils ont été nos invités pendant deux semaines. J’ai également été leur invité à Novosibirsk, au quartier universitaire d’Akademgorosdok. Le trajet en train s’est déroulé à travers le Kazakhstan à destination d’Alma Ata et a ensuite emprunté un circuit montagnard à environ 3 000 mètres, dans les alentours d’Alma Ata. En dépit de la deuxième guerre mondiale et de ses 27 millions de morts, je n’ai rencontré de haine nulle part. Et cela même à Saint-Pétersbourg, à l’époque Léningrad. Quant à la maîtrise de notre passé historique, nous assistons à des scenarios téléguidés, profondément injustes: l’holocauste tient le haut du pavé, la souffrance russe passe sous le silence total. Tout me semble aller dans la direction où, en guise de notre «Wiedergutmachung» (réparation des dommages de guerre, ndt), on veut imposer à nous autres allemands l’obligation de commettre à nouveaux des actes illicites, cette fois-ci sous la direction de l’OTAN. C’est ainsi que l’ancienne injustice accouche de la nouvelle injustice. Heureusement que l’Allemagne et la France ont saisi l’occasion de briser cette chaîne.

Ernst Udo Kaufmann, Müllheim 
(près de Fribourg-en-Brisgau), Allemagne

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.