Une diplomatie populaire au lieu de la confrontation

Le jumelage de villes se révèle être l’ambassadeur de la compréhension. Impressions de la 16e conférence germano-russe sur le jumelage des villes à Kaluga (Fédération russe)

par Eva-Maria Föllmer-Müller

La 16e conférence germano-russe sur le jumelage de villes s’est tenue à Kaluga, en Russie, du 28 au 30 juin 2021. La ville de Kaluga est située sur la rivière Oka, à quelques 190 km au sud-ouest de Moscou. La ville de Kaluga, recevant cette année les participants de la conférence, célèbre son 650e anniversaire. Le titre de la conférence qui s’est tenue en format hybride en raison de la pandémie était «Renforcer les liens municipaux et régionaux – élargir les horizons». 

La conférence, qui s’inscrit dans le cadre de l’Année de l’Allemagne en Russie, s’est tenue en commémoration des 80 ans passés depuis l’attaque de la Wehrmacht allemande contre l’Union soviétique, le 22 juin 1941. A plusieurs reprises, l’appel «Faisons la paix» paru à la mi-juin dans les colonnes de ce journal (voir Horizons et débatsno 15 du 06/07/21) a été salué par des participants à la conférence.

Malgré les restrictions de voyage ...

Le 29 juin, le gouvernement fédéral allemand avait classé la Russie dans la catégorie des destinations qui avaient un risques Coronavirus des plus élevés, ce qui impliquait une quarantaine de 14 jours pour tous ceux qui rentraient en Allemagne, et c’est pourquoi de nombreux participants allemands ont dû annuler leur voyage. Malgré les restrictions de voyage, l’événement a toutefois été un grand succès et une lueur d’espoir pour les relations germano-russes toujours tendues au niveau politique. Il est dommage qu’en raison des restrictions de voyage, d’éminents contributeurs, tels l’ancien chancelier allemand M. Gerhard Schröder, l’ancienne vice-présidente du Bundestag allemand Mme Antje Vollmer et le président du conseil d’administration du Forum germano-russe M. Matthias Platzeck n’aient pu être physiquement présents (Le Forum germano-russe étant co-organisateur). 

Une cérémonie d’ouverture ne se 
limitant pas aux échanges de politesses

Lors du discours d’introduction de la cérémonie d’ouverture dans la salle de concert de la Philharmonie de la région de Kaluga, le président russe Vladimir Poutine, le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas ont souligné unanimement la grande importance du jumelage des municipalités germano-russes. «Je ne doute pas que vous allez assister à des discours et des entretiens fructueux et substantiels qui contribueront à développer davantage nos relations de partenariat constructives et également à renforcer la confiance et la compréhension entre les citoyens russes et allemands», a déclaré le président russe. Et M. Mass à rendre la politesse en disant que «la réponse aux turbulences dans nos relations n’est pas moins, mais plus de dialogue». D’autres paroles de bienvenue de la part des officiels et des dignitaires allemands et russes ont suivi. De nombreux participants allemands, suivant l’événement en ligne, ont exprimé leur solidarité et leurs bons vœux dans les différents «chats». 
    Une fois de plus, c’est la déclaration de Matthias Platzeck qui a donné une sorte de fil conducteur de la conférence de cette année, en disant que «dans les moments où les choses deviennent difficiles au niveau politique, les relations entre les villes et les municipalités ont la capacité d’aider à surmonter certains obstacles. Les partenariats municipaux et régionaux sont en effet les ambassadeurs de la compréhension». 
    La deuxième journée a débuté par une table ronde consacrée à la question: «Que peut apporter le dialogue entre les municipalités et la politique aux relations germano-russes?» L’ambassadeur allemand, M. Géza Andreas von Geyr, a souligné l’histoire mouvementée des relations germano-russes «avec leurs moments glorieux et des périodes très amères». Aucun pays au monde et aucun peuple au monde ne peut échapper à son histoire et à sa biographie; les deux déterminent nos actions d’aujourd’hui ainsi que notre avenir. Quant aux allemands, a dit l’ambassadeur allemand, il est important qu’ils se rendent compte de tout ce qui s’est passé en matière des relations germano-russes et du fait qu’ils portent également leur responsabilité à eux. Ce fait a le droit d’être nommé, a dit l’ambassadeur, de même que la gratitude pour la réconciliation que les allemands ont vécue après ces remous de l’histoire. «Cette réconciliation est le résultat d’un immense effort, notamment réussi par les russes envers les allemands; c’est sur cette base que la société civile a pu se mettre en place. […] Les russes [nous ont offert] leur générosité [...], fruit de la grandeur humaine et […] la réconciliation, afin d’arriver à une bonne coexistence entre nos deux peuples.»
    M. Pavel Savalny, président de la commission sur l’énergie de la Duma de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie et président du groupe parlementaire russo-allemand a mis l’accent sur l’importance de mettre à jour l’histoire de manière scientifique et approfondie et de propager ces nouveaux résultats «afin de mieux comprendre certains phénomènes actuels. «[…] Pour moi, a-t-il ajouté, il s´agit toujours de l´histoire de la réconciliation des deux grands peuples. L’histoire de la Russie et de l’Allemagne est une histoire de guerre, mais aussi l’histoire d’une amitié. Aujourd’hui, il nous faut tout faire pour ne pas oublier cette histoire et ses victimes […] et il faut tout faire pour qu’il n’y ait plus jamais de guerre entre nos deux peuples – et ce ‘Plus jamais de guerre’ doit également être également respecté sur le plan de la politique actuelle. Pour moi, l´Allemagne est un pays très particulier. Ce sont surtout les Allemands qui comprennent un peu mieux la Russie et les Russes, disposant d’une compréhension plus profonde que d’autres, cela constitue une base importante dans notre dialogue.»

Le rôle important de la jeunesse

Parmi d’autres sujets importants, on a également soulevé lerôle des jeunes par rapport à la reprise du relais. Représentant de la société civile,Dr.AndreïZaryov,président directeur de l’Organisation internationale pour les handicapés mentaux et des personnes atteints de troubles psychosomatiques, organisation s’appelant «Une chance pour tous», s’est montré optimiste concernant les échanges entre les jeunes. «Mes expériences avec des jeunes gens provenant d’Allemagne lui ont bien montré, dit-il, que la jeunesse se montre bien coopérative, contribuant avec élan au bien commun. Les jeunes qui nous arrivent sont très engagés et intéressés. Ils aiment participer, présentent leurs idées et apportent beaucoup aux projets russo-allemands.»Le but de ces projets est d´aider. Cela veut dire que l’on aide concrètement, sur place, aide pour soutenir les gens âgés, les handicapés ou bien ceux s’occupant des enfants sans famille.
    L´après-midi, un forum économique international ainsi que le travail pratique et les échanges de vue se trouvaient au centre d´intérêt. Cinq groupes de travail se vouaient aux sujets suivants:

  1. Formes de coopération sur les niveaux communal et régional.
  2. L´orientation professionelle pour les jeunes: comment faire afin que les échanges dans le domaine du travailréussissentet comment faire réussir l’inclusion et la participation? («Une vie digne pour tous»)
  3. Les villes jumelées russo-allemandes et l’avenir de la commémoration du 22 juin 1941, date inoubliable à lamémoire européenne collective.
  4. La santé.

Les quelques remarques ci-dessus ne sont qu’un mince aperçu de la richesse des discussions et entretiens  ayant marqué l’événement ainsi que du grand nombre des projets russo-allemands qui existent. Il s’agissait en effet d’une forme de «diplomatie du peuple» qui constitue un pôle se distinguant, de manière bénéfique, de toutes les tensions produites sur le plan de la politiquei et celui des médias. On y mettait, de manière récurrente, l’accent sur l’importance des relations humaines personnelles conçues comme la base de l’engagement des individus sur le plan de la société civile. L’atmosphère amicale et respectueuse accompagnait la conférence se faisant remarquer égalementlors des activités en ligne. On insistait souvent sur l’importance des relations économiques toujours stables et dont de nombreux projets se trouvent sur la bonne voie de se réaliser, malgré les propos virulents de la plupart des médias occidentaux à l’encontre de la Fédération russe.
    De nouveaux jumelages (entre Brème et Tula ainsi qu’entre Weimar et Borowsk) se feront, s’ajoutant aux 102 jumelages russo-allemands existants. A la fin de la conférence, ce fut la ville d´Essen prononçant son invitation concernant la prochaine conférence de 2023, à Essen . 
    Conclusion personnelle de la rapporteuse : il était absolument nécessaire  de participer à cette conférence. •

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.