Les négociations relatives au désarmement: un espoir pour la paix mondiale

mw. Quelques semaines seulement après la rencontre au sommet des deux présidents Joe Bidenet Vladimir Poutine à Genève le 16 juin 2021, des représentants de haut rang de la Russie et des Etats-Unis ont entamé le dialogue sur le désarmement nucléaire également convenu à Genève. Lors de la réunion du 28 juillet, la délégation russe était dirigée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, et la délégation américaine par la secrétaire d’Etat adjointe, Wendy Sherman.Les discussions doivent se poursuivre dès la fin du mois de septembre.

«Il s’agit d’une tentative de redémarrer»

Les déclarations des deux pays ainsi que de nombreux médias sont d’accord: le fait que Russes et Américains s’assoient à nouveau autour d’une table et se parlent après des années est un premier pas important vers la détente dont les grandes puissances ont besoin de toute urgence. 
    «Les gouvernements des deux pays ont vu un signe prometteur pour la sécurité mondiale en cette rencontre. Ned Price,porte-parole du département d’Etat américain, l’a qualifiée de point de départ du dialogue convenu. […] ‹Les discussions à Genève ont été professionnelles et commerciales›, a-t-il déclaré. […] Selon le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov,la rencontre des experts des deux pays est un signal positif. ‹Nous espérons qu’au cours des contacts, nous parviendrons au moins à présenter plus largement les positions respectives›, a-t-il déclaré.»1
    Selon d’autres voix médiatiques: La réunion «est considérée comme un signal important pour la sécurité mondiale. Les thèmes des futures négociations doivent être définis».2 «Il s’agit d’un petit succès, mais son importance pour la sécurité internationale ne doit pas être sous-estimée.»3 «Il s’agit d’une tentative de redémarrer.»4

Amener les parties en conflit à la table des négociations: 
les bons offices de la Suisse

Comme le notent à juste titre les médias, le premier objectif de la réunion de travail du 28 juillet était de s’asseoir ensemble à la table et de discuter d’égal à égal. C’est la tâche de la Suisse neutre de mettre cette «table» à disposition et de créer une atmosphère dans laquelle un rapprochement progressif devient possible. Dans un rapport sur les bons offices, le Conseil fédéral déclare: «La Suisse, dans son rôle d’hôte, garantit la sécurité, le calme et la discrétion pour les négociations sensibles. Elle dispose d’infrastructures nécessaires pour organiser et accueillir de tels événements. L’environnement positif aide les parties ennégociations de paix à se rapprocher de solutions.»5 Cet environnement positif n’est pas seulement important dans les négociations de paix, comme l’a montré le sommet russo-américain de juin: Son résultat positif est le démarrage rapide des négociations actuelles sur le désarmement. 
    Le Conseil fédéral suisse et ses diplomates feront tout leur possible pour que ce dialogue se poursuive. Toutefois, pour obtenir des résultats concrets, il faut non seulement de nouveaux cycles de négociations, mais surtout la volonté politique des deux parties. Les décideurs des grandes puissances mondiales (et leurs bailleurs de fonds) ont la responsabilité de démanteler leurs arsenaux pléthoriques et de mettre fin aux horreurs de la guerre. La déclaration commune des deux présidents Joe Biden et Vladimir Poutine à l’occasion du sommet du 16 juin fait preuve de la bonne foi: ils ont convenu qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée. Le président russe a ajouté: «Les Etats-Unis d’Amérique et la Fédération de Russie ont une responsabilité particulière pour la stabilité stratégique dans le monde, au moins sur la base du fait que nous sommes les deux plus grandes puissances nucléaires.» Etant donné que des milliers d’ogives nucléaires sont stockées sur notre planète, dont une fraction suffirait à anéantir toute l’humanité – ainsi que le reste de la nature – on ne peut qu’espérer que les puissances nucléaires (uniquement les Etats-Unis et la Russie) se montreront à la hauteur de cette responsabilité le plus rapidement possible.
    Avec ses bons offices, la Suisse est prête à accompagner activement tout effort de paix.•



«Russland und USA nehmen Gespäche über Abrüstung auf» Dans: Zeit online (dpa, Reuters, iso) du 28/07/21
«Abrüstungsgespräche: USA und Russland verhandeln in Genf».News@ORF.atdu 27 juillet 2021
Kireev, Maxim. «Nach einer Serie von Entspannungsgesten führen die USA und Russland Gespräche in Genf.» Dans: Neue Zürcher Zeitung
du 28/07/21

«Abrüstungsgespräche zwischen USA und Russland: ‹Ein neues Zeichen›». Entretien avec Matthias Dembinski de laHessischen Stiftung für Friedensforschung. ARD Inforadio du 28/07/21
«Le Conseil fédéral adopte un rapport sur les bons offices de la Suisse». Communiqué de presse du 14/12/18 (voir aussi «Bons offices et aide humanitaire du CICR: les tâches de paix de la Suisse neutre dans un monde de guerre et de violence». Dans: Horizons et débats n° 24 du 11/11/19)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.