Les Européens ne veulent pas être entraînés dans des conflits entre les grandes puissances

Résultats d’une enquête récente du Conseil européen sur les relations extérieures

km. Le 19 janvier 2021, le Conseil européen des relations internationales (ECFR) a publié une étude intitulée «La crise de la puissance américaine: comment les Européens voient l’Amérique de Biden».1 Cette étude de 26 pages reflète et commente les résultats d’une enquête menée auprès de 15 000 citoyens dans onze pays européens.2 L’enquête a été menée fin novembre 2020, après l’élection de Joseph Biden. Son principal objectif est de soutenir la nouvelle administration américaine dans ses projets de resserrement des liens transatlantiques. Le dernier chapitre est donc intitulé: «Conclusion: Towards a new Atlanticism». Néanmoins, les résultats de l’enquête eux-mêmes sont très intéressants. Une réponse est particulièrement frappente. La question suivante a été posée aux citoyens: «En cas de désaccord (‹disagreement›) entre les Etats-Unis et la Chine (ou la Russie), qu’attendez-vous de votre pays?»Les personnes interrogées pouvaient choisir entre quatre réponses: «Je voudrais que mon pays se range du côté de la Chine (ou de la Russie)», «Je ne sais pas», «Je voudrais que mon pays reste neutre» et «Je voudrais que mon pays se range du côté des Etats-Unis». Il en résulte, tant pour le désaccord des Etats-Unis avec la Chine que pour celui avec la Russie, que la majorité souhaite que leur pays reste neutre. Dans l’ensemble de l’Europe, les chiffres sont respectivement de 60% (Etats-Unis-Chine) et 59% (Etats-Unis-Russie). Dans le cas du désaccord entre les Etats-Unis et la Chine, les chiffres varient entre 67% au Portugal et 50% en Pologne et au Danemark; dans le cas du désaccord entre les Etats-Unis et la Russie, entre 68% au Portugal et 45% en Pologne. En Allemagne, peu importe la relation intergouvernementale, 66% des répondants soutiennent une position neutre pour leur pays en cas de désaccord entre les grandes puissances.
    L’étude contientégalement d’autres conclusions intéressantes. Elle montre que la majorité des citoyens pensent différemment que leur gouvernement sur une question politique importante dans de nombreux pays européens. 



1 https://ecfr.eu/wp-content/uploads/The-crisis-of-American-power-How-Europeans-see-Bidens-America.pdf
Allemagne, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni et Suède.

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.