Déploiement d’armes à l’uranium en Afghanistan

par Frieder Wagner

En mai 2002, l’Uranium Medical Research Center (UMRC), une ONG canadienne dirigée par le professeur Asaf Durakovic, a envoyé une équipe de recherche en Afghanistan. L’équipe de l’UMRC a commencé son travail en identifiant d’abord plusieurs centaines de personnes souffrant de maladies ou de troubles médicaux reflétant les symptômes cliniques considérés comme caractéristiques d’une contamination radioactive. Afin de déterminer si ces symptômes étaient le résultat d’une maladie due aux rayonnements, des échantillons d’urine et des échantillons de sol ont été prélevés et envoyés à un laboratoire de recherche indépendant en Angleterre. 
    L’équipe de recherche de l’UMRC a donc rapidement constaté un nombre choquant de civils afghans présentant des symptômes aigus d’empoisonnement radioactif, accompagnés de symptômes chroniques de contamination interne à l’uranium, y compris des malformations chez les nouveau-nés. Les résidents locaux ont fait état de grands nuages denses de poussière et de fumée bleu-noir s’élevant à plusieurs reprises des sites d’impact lors des bombardements depuis 2001, associés à une odeur âcre suivie d’une sensation de brûlure dans les cavités nasales, la gorge et les voies respiratoires supérieures. Les victimes ont d’abord décrit des douleurs dans la partie supérieure de la colonne cervicale, la partie supérieure des épaules, la base du crâne, des douleurs dans le bas du dos, des reins, une faiblesse articulaire et musculaire, des troubles du sommeil, des maux de tête, des problèmes de mémoire et une désorientation. 
    Au total, deux groupes de recherche ont été envoyés en Afghanistan. Le premier s’est concentrée sur la région de Jalalabad. Le second a suivi quatre mois plus tard et a élargi l’étude pour inclure la capitale Kaboul et sa population s’élevant à près de 3,5 millions d’habitants. Dans la ville même, les chercheurs ont trouvé le plus grand nombre de cibles immobiles tirées pendant l’opération Enduring Freedomen 2001. L’équipe s’attendait à trouver des traces d’uranium appauvri dans les échantillons d’urine et de sol qu’elle avait prélevés. Mais l’équipe n’était pas préparée au choc engendré par les résultats: les tests effectués sur un certain nombre de personnes de Jalalabad et de Kaboul ont révélé des concentrations supérieures de 400 % à 2000 % à celles trouvées dans les populations normales – des niveaux jamais mesurés auparavant dans des études sur des civils, y compris à Tchernobyl. A Jalalabad et à Kaboul, l’uranium était à l’origine des taux élevés de maladies. 
    Contrairement à ce qui s’est passé en Irak, les tests de laboratoire effectués par l’UMRC en Afghanistan ont révélé de fortes concentrations d’uranium non appauvri – la contamination était donc beaucoup plus élevée que chez les victimes de l’uranium appauvri en Irak. En Afghanistan – selon l’UMRC – un mélange d’uranium dit «vierge» et de déchets issus des processus d’enrichissement dans les réacteurs nucléaires a été utilisé, car l’uranium 236 a également été trouvé dans tous les échantillons, et l’uranium 236, comme nous le savons maintenant, n’existe pas dans la nature et n’est produit que lors du retraitement des barres de combustible des centrales nucléaires. 
    Les habitants de Kaboul qui ont été directement exposés aux bombardements de précision américano-britanniques ont donc montré des signes extrêmes de contamination par les alliages d’uranium. Les personnes touchées par les bombardements ont également signalé des symptômes semblables à ceux de la grippe: écoulements et saignements naseaux et saignement de la muqueuse buccale. L’équipe de recherche elle-même s’est plainte de symptômes similaires pendant son séjour. La plupart de ces symptômes ont duré de quelques jours à quelques mois. En août 2002, l’équipe de l’UMRC a terminé son analyse préliminaire des résultats en provenance d’Afghanistan: sans exception, toutes les personnes ayant donné un échantillon d’urine ont été testées positives à la contamination à l’uranium. Les résultats spécifiques ont montré un niveau de contamination effrayant. Les concentrations étaient 100 à 400 fois supérieures à celles des vétérans de la guerre du Golfe testés par l’UMRC en 1999 et plus tard en 2003 avec nous en Irak. 
    Au cours de l’été 2003, l’équipe de l’UMRC est retournée en Afghanistan pour mener une enquête plus large. Cela a révélé une exposition encore plus importante que ce que l’on pensait initialement. Environ 30 % des personnes interrogées dans les zones touchées ont présenté des symptômes de maladie des rayons. Les nouveau-nés faisaient également partie des porteurs de symptômes, et les anciens du village ont signalé que plus de 25 % de tous les enfants étaient inexplicablement malades. 
    En résumé, selon l’UMRC, l’Afghanistan a servi de terrain d’essai pour une toute nouvelle génération de munitions à l’uranium et de bombes contenant de fortes concentrations de toutes sortes d’alliages d’uranium. Le professeur Mohammad Daud Miraki, un Afghan d’origine vivant aux Etats-Unis, m’a expliqué – après son voyage en Afghanistan – il avait vu et photographié des enfants gravement endommagés dans les hôpitaux de Kaboul, par exemple, qui mouraient ensuite dans d’atroces souffrances quelques jours après leur naissance. En outre toutes les personnes concernées, c’est-à-dire les médecins de ces enfants, mais aussi leurs parents, devaient craindre non seulement pour leur carrière, mais aussi pour leur vie, en cas d’une participation à des enquêtes sur des dommages liés à un passé d’armes à l’uranium. Plus précisément, le Dr Miraki a cité: «Les parents ne voulaient pas donner leurs noms et ceux de leurs enfants affligés, et les médecins ne voulaient pas participer à de telles enquêtes.»
    Il apparaît qu’à l’époque de la chasse d’une poignée de terroristes, comme Oussama ben Laden, en Afghanistan on a empoisonné un nombre énorme, encore inconnu, de civils innocents, dont un nombre disproportionné d’enfants. Les experts estiment que le nombre de ces personnes contaminées s’élève à plusieurs dizaines de milliers, et bientôt à plusieurs centaines de milliers. Des chiffres similaires s’appliquent à l’Irak, à la Bosnie et au Kosovo, où les Alliés ont également utilisé des tonnes de munitions et de bombes à l’uranium. Le gouvernement américain admet aujourd’hui avoir trouvé de l’uranium dans l’urine de ses propres soldats, mais affirme que, dans la plupart des cas, c’est trop peu pour les rendre gravement malades. Cependant, les chiffres publiés jusqu’à présent vont dans le sens inverse. 
    Entre-temps, des scientifiques neutres, dont le Prof. Dr. Asaf Durakovic, le médecin allemand Prof. Dr. Siegwart-Horst Günther, la biologiste des radiations Dr. Rosalie Bertell ainsi que le scientifique américain Dr. Leonard Dietz, mais aussi des scientifiques militaires américains ont prouvé que les armes à l’uranium sont des armes de destruction massive devant être interdites dans le monde entier. Par conséquent, l’Allemagne devrait immédiatement exiger la renonciation à cette technologie militaire en vertu du droit international. 
    Il y a quelque temps, on pouvait à nouveau lire dans la presse qu’environ 100 000 soldats allemands avaient été déployés en Afghanistan ces dernières années. Ces soldats étaient stationnés à Kunduz, Feisalabad et Massar-i-Sharif. En d’autres termes, dans des régions où le gouvernement allemand et le ministère de la défense doivent savoir que des obus et des bombes à l’uranium ont été utilisés par des avions de guerre américains à l’automne 2001 dans le cadre de l’opération «Liberté immuable». Les scientifiques et les médecins neutres, ainsi que les ONG comme l’UMRC, craignent donc que 30 % au moins de ces soldats allemands, et cela vaut pour tous les soldats déployés là-bas, aient pu être contaminés avec des nanoparticules d’uranium, avec toutes les terribles conséquences sanitaires que cela implique en termes de déficience immunitaire, de cancers, de leucémies et de modifications génétiques, également pour leurs enfants et les enfants de leurs enfants.
    Et la population afghane? Pour eux, disent les scientifiques neutres, le risque de contamination est environ 1 000 fois plus élevé car ils doivent vivre sur place. C’est pourquoi un père afghan dont l’enfant a été tué par une bombe américaine a confié amèrement au professeur Daud Miraki:

«Nous n’avons pas d’avions, mais nous avons quelque chose que les Américains n’ont pas, à savoir des principes et une éthique. Nous ne ferons jamais rien aux enfants américains qui puisse ressembler de près ou de loin à ce que les américains ont fait à nos enfants et à nos familles. Ils peuvent gagner d’autres batailles, mais nous avons déjà gagné la grande bataille, celle du droit moral.»

Moi aussi, j’avais initialement prévu de tourner en Afghanistan pour le film «Death Dust». Lorsque j’en ai parlé en Irak avec Tedd Weyman,qui y était allé deux fois, il m’a dit qu’il me déconseillait fortement d’aller en Afghanistan parce que certaines régions y étaient beaucoup plus contaminées par les armes à l’uranium que les pires endroits en Irak. Et comme la contamination en Irak était déjà terrible, j’ai ensuite laissé tomber cette idée.

(Traduction Horizons et débats)

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.