Les milieux où le travail n’est plus rentable en Allemagne

par le Prof. Dr. Eberhard Hamer, Mittelstandsinstitut Niedersachsen e.V.

Au cours des deux dernières semaines, l’auteur a eu plusieurs conversations dramatiques sur le niveau de vie de ses interlocuteurs. Il en résulte une prise de conscience dramatique: aux limites inférieures de la classe moyenne et de la classe inférieure, le niveau de vie, voire l’existence, ne peut plus être assurée par la contribution personnelle. On constate une augmentation spectaculaire des cas où le revenu net du travail est inférieur aux prestations sociales.
  L’impact est plus important dans les groupes à faible revenu et dans l’Est. Ceux qui gagnent 1200 à 1300 euros nets pour un travail assidu vivent souvent au niveau minimum vital, surtout s’ils sont parents isolés ou s’ils ont plusieurs enfants. Les interlocuteurs ont calculé qu’après avoir déduit les frais de loyer, de chauffage, d’électricité, d’eau, d’assurance et de voiture, il leur reste souvent moins que le tarif Hartz IV (440 euros) disponible pour la consommation chaque mois, alors que ceux vivant de l’allocation de chômage «Hartz IV» reçoivent en plus de l’Etat le logement, les vêtements, le chauffage, etc. et n’ont pas de frais de déplacement.
  Un chauffeur est-allemand s’est plaint: «J’ai 1160 euros nets par mois pour ma famille. Pour cela, il faut que je sois sur l’autoroute huit heures par jour, que je prenne tous les risques, que j’aie peur de chaque contrôle de police pour savoir si toutes les règles ont été respectées, et que les clients ou le patron me fassent encore des reproches si je n’ai pas respecté les rendez-vous à cause des embouteillages.»
  Un jardinier avec un enfant se plaint: «Avec 1300 euros nets plus 450 euros gagnés par ma femme, il ne nous reste pas 500 euros par mois pour vivre après déduction des frais fixes. Et maintenant, les prix des carburants augmentent également pour nous deux de plus de 100 euros par mois, ainsi que les prix des denrées alimentaires, de sorte que notre existence est de plus en plus réduite. Nous nous demandons depuis un moment s’il ne serait pas plus rentable de devenir tous les deux «Hartzers», de recevoir le logement et les frais fixes de l’Etat, de ne plus avoir deux dépenses de voiture et de préférer gagner un surplus à côté.»
  Un compagnon plombier qui cherchait un appartement et voulait se marier bientôt était particulièrement toxique. Il n’a pas pu trouver d’appartement et aurait dû le meubler lui-même; mais il connaissait plusieurs cas où des immigrésont obtenu non seulement un appartement mais aussi le mobilier de l’Etat, même s’ils n’ont jamais travaillé ici et ne le feront probablement jamais. 
  La hausse de l’inflation et une éventuelle crise économique exacerberont ces problèmes de marginalisation. Il y aura alors non seulement des centaines de milliers, mais des millions de personnes dont les moyens de subsistance et donc le niveau de vie disparaîtront et qui seront dépendantes des prestations sociales. Si l’on tient également compte du fait que plus d’un demi-million d’immigrés font appel à notre système social chaque année, il est déjà certain que le niveau actuel des prestations sociales versées aux individus ne peut plus être garanti, même si les cotisations sociales augmentent en raison de l’inflation.
  Mais payer des cotisations sociales encore plus élevées est déjà impossible, surtout pour les deux millions de petites entreprises et d’indépendants solos, et les place, eux aussi, dans le fossé entre les prestations personnelles et sociales.
  A l’avenir, l’Etat devra donc verser des prestations sociales non seulement aux Allemands, mais aussi à un demi-million d’immigrés supplémentaires chaque année, ce qui place les finances sociales publiques dans une double contrainte entre la baisse des cotisations sociales et la hausse des demandes sociales.
  Non seulement la frange inférieure de la classe marginale menace de plus en plus de s’effondrer dans le système d’aide sociale, mais de nombreux indépendants gagnent désormais moins que Hartz IV. A lui seul, le confinement a détruit les moyens de subsistance de plus d’un demi-million d’indépendants qui, auparavant, cotisaient aux impôts et à la sécurité sociale et qui doivent désormais lutter pour joindre les deux bouts ou tomber dans le filet de sécurité sociale. Il ne s’agissait pas seulement de travailleurs indépendants solitaires et de petits entrepreneurs. Nous estimons qu’environ 10 à 20 % des petits et moyens entrepreneurs en Allemagne sont frustrés, préféreraient abandonner et ne sont encore actifs que parce qu’ils ne voient aucune sécurité de subsistance pour franchir le pas.
  Le week-end dernier, un maître électricien (avec deux employés) s’est plaint à l’auteur qu’il «voulait s’arrêter à la fin de l’année». Raison: la bureaucratie des permis et des inspections qui lui passe au-dessus de la tête, l’écart croissant entre les prix réalisables et les coûts des employés (trois fois les salaires nets), et la maladie d’un employé pendant plusieurs semaines, qui a entraîné une charge financière consommant le bénéfice déjà faible de cette année. Les restrictions de Corona sur le trafic des clients ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de sa décision, a-t-ildéclaré.
  Un maître charpentier d’Allemagne de l’Est avec quatre employés a abandonné parce qu’il ne faisait déjà plus de bénéfices la deuxième année en raison de la Corona et des prix du bois, de sorte que lui et ses employés «devaient travailler dur du matin au soir pour moins que Hartz-IV». Contrairement à ses collègues, il n’a même pas manqué de commandes et a pu fermer son entreprise sans pertes. Il n’a probablement pas besoin de l’aide sociale car il a une maison en location.
  Le Mittelstandsinstitut Niedersachsen (Institut pour les petites et moyennes entreprises de Basse-Saxe) s’attend à ce que non seulement 160 000 à 200 000 de nos cinq millions d’entrepreneurs émigrent d’Allemagne en raison des mauvaises conditions publiques, mais aussi à ce que 100 000 autres abandonnent leur activité indépendante, c’est-à-dire que 300 000 à 400 000 entreprises fermeront leurs portes au cours de cette année et de la suivante. La perte d’environ un demi-million d’entrepreneurs entraînerait des pertes de recettes publiques de 8 à 9 milliards d’euros et toucherait surtout les caisses de sécurité sociale.
  La tendance à la diminution du nombre de demandeurs de prestations, c’est-à-dire à la diminution des impôts et des cotisations sociales, et à l’inverse à l’augmentation du nombre de demandeurs de prestations avec un nouvel afflux d’immigrants sociaux ne peut être financée qu’à court terme, obligera le prochain gouvernement à procéder à des corrections drastiques et réduira le niveau de vie d’une grande partie des classes moyennes et inférieures.
  Notre génération de hippies préoccupés du problème gender n’a pas seulement diffamé nos meilleurs éléments en les qualifiant d’«Allemands blancs dégoûtants», mais elle s’est également préparée à une vie de plaisir et d’amusement diversifiée et sans avantages et a voté en conséquence. Cependant, ils seront bientôt rattrapés par la réalité économique, à savoir que les avantages sociaux ne peuvent être financés que par la performance productive. Le rêve écologique et la vie sociale deviendront de moins en moins abordables lorsque les artistes méprisés cesseront de se produire.  

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.