«Tu sais, si tu agis ainsi, tout va bien se passer ...»

Pourquoi nous devons transmettre notre expérience à la prochaine génération

par Dr Eliane Perret, psychologue et pédagogue curative

«Regarde ces jeunes cygnes mignons!» L’image de la famille de cygnes est certainement associée par beaucoup au sentiment de sécurité, à la protection et à la chaleur. La mère cygne nage devant ses petits et les introduit dans la vie avec la prudence nécessaire. Pour ce faire, elle peut faire appel à son instinct naturel inné. Ainsi, les jeunes peuvent acquérir les outils nécessaires pour apprendre à gérer leur vie tout étant protégés le plus possible des dangers. La même tâche nous attend dans l’éducation de nos enfants. Ce que les cygnes, et bien sûr d’autres animaux, possèdent grâce à leurs instincts naturels, l’homme doit l’acquérir par un processus d’apprentissage. Mais comment cela se passe-t-il?

«On fait ainsi ou comme cela?»

Si l’on est attentif aux problèmes des parents, on constate une grande insécurité. «On fait ainsi ou comme cela?» Ils ont du mal à prendre des décisions, à montrer la voie à leurs enfants et à leur transmettre leurs expériences de vie. En conséquence, de nombreux enfants manquent aujourd’hui des compétences de base dont ils auraient besoin pour un développement sain de leur personnalité.
    C’est ce que montre également une nouvelle étude de grande envergure menée en Allemagne, dans laquelle 1 231 pédagogues et enseignants du primaire ont été interrogés sur leur perception des enfants dont ils s’occupent. Elle portait sur 22 511 enfants. Les résultats de l’étude ont montré qu’une réflexion approfondie s’imposait et qu’il fallait agir. On observe des anomalies dans le domaine du langage chez 40 % des enfants, dans leur développement moteur chez 19 % et dans leur développement social chez 30 %. Il est intéressant de noter qu’en ce qui concerne le langage, les personnes interrogées ont surtout remarqué une prononciation déficiente, une capacité que l’enfant acquiert en dialoguant avec les personnes qui l’entourent. Ce dialogue semble donc faire défaut ou être dangereusement réduit. Une évolution qui est d’ailleurs observée depuis longtemps (cf. Nestor, 1995). L’étude décrit également le fait que de nombreux enfants ne peuvent plus s’engager de manière approfondie dans un jeu approprié à leur âge. Cela concerne 47 % des enfants de deux à trois ans, 56 % des enfants de quatre à cinq ans, 37 % des enfants de six à sept ans et 24 % des enfants de huit à neuf ans. Ce constat donne justement matière à réflexion, car on sait à quel point le jeu est important pour le développement sain de la personnalité d’un enfant dès que les conditions d’un apprentissage réussi y sont posées (cf. Perret, 2020). En d’autres termes, le processus d’apprentissage de l’enfant semble fragile au début de sa vie, et l’incertitude des parents peut favoriser des développements erronés.

«Maintenant, il a droit à ses pâtes …»

Depuis quelques semaines, Carlos est élève d’une deuxième classe primaire dans une école à journée continue. Le déjeuner en commun en fait également partie. Il est maintenant assis devant son assiette de riz, de viande et d’un peu de salade. Il tient sa tête dans ses mains et de grosses larmes coulent sur ses joues. Le repas reste dans son assiette. C’est toujours ainsi sauf quand il y a des pâtes. Carlos a alors un appétit féroce. Bien entendu, le sujet sera abordé lors du contact prochain avec les parents. La mère explique très librement le comportement de son fils: «Vous savez, Carlos avait déjà des problèmes pour manger quand il était petit. C’est pourquoi nous avions un drame total à chaque repas. Non pas parce qu’il avait des allergies dont il aurait fallu tenir compte. Non, Carlos ne voulait tout simplement rien manger qu’il ne connaisse déjà. Ce qu’il préférait, c’était les pâtes ou les sushis. A un moment donné, j’en ai eu assez. Maintenant, il reçoit ses pâtes et parfois aussi des sushis. Heureusement, il aime manger des fruits et boire du lait, donc il ne manque de rien. Pour mon mari et moi, je prépare bien sûr quelque chose de différent …»
    De toute évidence, Carlos avait appris quelque chose de faux et n’avait pas été guidé pour procéder à un changement. De nombreux pères et mères sont dans la même situation que la mère de Carlos. Ils ne veulent pas, à juste titre, que leurs enfants adoptent un comportement sensé en les forçant et en les endurcissant. Mais comment cela serait-il possible autrement? Dans le cas de Carlos, ce n’était pas seulement au moment des repas que l’on pouvait constater à quel point il était peu sûr de lui et impuissant face aux situations quotidiennes qu’implique la vie d’un enfant. Mais l’autonomie s’apprend tout comme la soumission à des tendances négatives se transmet. Carlos était donc en fait victime d’un manque de soutien. Mais les enfants n’ont-ils pas le droit d’apprendre ce qu’il faut pour réussir et se faire plaisir dans la vie en commun avec leurs semblables? Ainsi, l’article 11 de la Constitution fédérale suisse stipule que «les enfants et les jeunes ont droit à une protection particulière de leur intégrité et à l’encouragement de leur développement». Mais que faut-il pour cela?

«Je peux le faire moi-même …»

Le jardin d’enfants est terminé. Violase précipite dans le vestiaire. Elle met rapidement ses chaussures à scratch aux pieds. Puis elle prend sa veste au porte manteau et la tend à la jardinière d’enfants. Son attente silencieuse est la suivante: «Habillez-moi!» Comme la jardinière d’enfants ne réagit pas, Viola jette la veste par terre, furieuse. A côté d’elle, Jonas est assis sur le banc. Lui aussi veut mettre la veste. D’abord à l’envers, la fermeture est derrière. Puis c’est fait, la tête toute rouge, il tire la fermeture éclair et rit: «Je peux le faire moi-même!» Jonas a déjà pu acquérir une certaine autonomie. Il en est fier et cela l’encourage à franchir les étapes suivantes. Il grandit ainsi dans l’estime de soi. Il n’a besoin ni de pression ni d’entraînement, mais d’un nouveau défi – ou de la prochaine «zone de développement» (Lev Vigotsky)– dans laquelle l’adulte le guide avec soin. Entre temps, Jonas peut tranquillement s’attarder et se réjouir de son succès, car l’apprentissage implique aussi une résonance émotionnelle et toujours du répit. Lorsqu’un enfant associe son succès d’apprentissage à lui-même et à ses efforts, son estime de soi s’accroît. En revanche, ce n’est pas le cas lorsqu’on lui élimine les obstacles. Ainsi, nous élevons les enfants pour qu’ils deviennent des princes et des princesses qui n’ont guère besoin de se confronter à la réalité de la vie et qui pourraient en sortir grandis. 

Connaître la satisfaction 
d’éprouver ses propres capacités

Les parents n’ont pas de plus grand souhait que d’élever un enfant sûr de lui, en toute liberté et capable d’affronter avec succès les tâches de la vie. Pour cela, les enfants ont besoin d’une relation forte et stable avec leurs parents, qui leur donnent de la nourriture, une proximité physique et un sentiment de sécurité. Ils établissent ainsi chez l’enfant la confiance dans la relation interpersonnelle et le sentiment de lien social. C’est la base pour devenir un coopérateur de la communauté humaine. Alfred Adler, le fondateur de la psychologie individuelle, avait déjà attiré l’attention sur ce point dans les années 1930 du siècle dernier. Des recherches ultérieures en psychologie du développement, notamment sur la théorie de l’attachement, ont confirmé les conclusions de M. Adler. Il s’agit donc pour les parents et les éducateurs, d’une part, de percevoir correctement les signaux et les besoins de l’enfant et d’y réagir de manière adéquate et, d’autre part, de l’intégrer en tant que coopérateur dans les activités de la vie quotidienne et de lui confier des tâches adaptées à son âge. Si les enfants sont choyés dans leur éducation, ils apprennent à peine à différer leurs propres besoins, à s’attaquer à ce qui est désagréable et à contrôler leurs impulsions. Par exemple, ne pas frapper l’autre enfant parce qu’il ne reçoit pas immédiatement sa pelle dans le tas de sable, mais tout au plus le prier de le faire et accepter sa réponse. Sinon, on empêche les enfants à réussir par leurs propres moyens et à maîtriser eux-mêmes les situations difficiles. Pour cela, ils doivent avoir l’occasion de se confronter aux tâches à accomplir et de montrer ce qu’ils peuvent bien faire – Voilà ce que les enfants aiment prouver!
    «Le fait de gâter l’enfant l’empêche de tester ses propres capacités et de connaître la satisfaction de ce qu’il peut faire. Il est incité à éviter les exigences et à obtenir l’attention par des comportements acquis dans sa petite enfance», constate la psychologue et psychothérapeute Annemarie Buchholz-Kaiser. Malheureusement, le gâtisme et la surprotection sont très répandus dans nos pays. Non pas parce que les parents d’aujourd’hui sont moins bien intentionnés envers leurs enfants qu’autrefois, mais parce qu’ils sont inquiets? En effet ils s’alignent sur les tendances à la mode et hésitent à montrer la voie à leurs enfants en se basant sur leur expérience de vie. Souvent, ils n’accordent pas assez d’importance à leur propre personne et à leur mission ou espèrent que les éventuels problèmes seront réglés dans le groupe de jeu, le jardin d’enfants ou à l’école. Dans ce contexte, il faut parfois parler d’une véritable inversion des rôles, car c’est l’enfant qui donne le ton dans la relation.

«Aucune génération de jeunes ne laisse jusqu’à présent
apparaître autant de troubles que la génération actuelle»

Des parents hélicoptères en volant à leurs secours dès qu’un problème se présente privent les enfants de la chance de faire leurs propres expériences en fonction de leur âge, d’accepter les conséquences, de ne pas se résigner en cas d’échec, mais de chercher par leur propre initiative de meilleures solutions. Il leur manque donc l’expérience émotionnelle que le succès et l’échec impliquent. Comme Jonas qui est fier d’avoir réussi à fermer la fermeture éclair grâce à sa propre réflexion et à ses efforts. Des expériences sentimentales qui seraient importantes, comme la déception de ne pas avoir tenu la pelle facilement, le plaisir d’un repas partagé, la tristesse parce que l’ours en peluche a été étudié avec minutie avec des ciseaux et gît maintenant le ventre ouvert (et qui, espérons-le, ne sera pas jeté mais «guéri» grâce à l’aide de maman ou de papa), la mauvaise conscience d’une injustice commise et le sentiment de soulagement d’avoir réglé quelque chose. Toutes ces étapes sont importantes sur le chemin de la maturité émotionnelle! C’est ce qui semble faire défaut à de nombreux enfants aujourd’hui, et cela peut tout à fait laisser des traces pathologiques, comme l’écrit le chercheur en sciences des générations Rüdiger Maas: «Aucune génération de jeunes ne laisse jusqu’à présent apparaître autant de troubles que la génération actuelle. Des troubles tels que le TDAH, le TDA, l’anorexie, la boulimie ou le borderline apparaissent de plus en plus souvent.» Les aspects mentionnés doivent être pris en compte lors de la recherche des causes de tels tableaux de troubles. Ces enfants avaient-ils la possibilité d’apprendre à contrôler leurs impulsions, à se mettre à la place des autres, à ne pas tourner constamment autour d’eux-mêmes, à supporter les frustrations, à se concentrer avec intérêt et attention sur l’autre et à ne pas être constamment poussés par l’agitation intérieure et extérieure, pour ne citer que quelques symptômes de diagnostic?

A chaque génération sa tâche

La génération suivante représente notre avenir. Comme les jeunes cygnes qui comptent sur leur mère, nos enfants doivent pouvoir compter sur leurs parents qui leur transmettront leur savoir et leur expérience. Or, ce processus naturel semble être interrompu. Bien sûr, pas dans toutes les familles, mais des études indiquent qu’un grand nombre d’enfants est concerné. Seule une analyse de processus sociaux globaux peut expliquer ce développement erroné.
    Chaque génération de parents a des défis différents. Dans les années après la Seconde Guerre mondiale, les parents, marqués par la guerre et la misère de leur enfance, organisaient leur vie de manière économe. Ils étaient travailleurs, disciplinés et se plaignaient peu tout en espérant pouvoir épargner à leurs enfants ces expériences d’horreur et de privation. L’essor économique des années 1950 et 1960 permettait à la génération suivante de parents, les «baby-boomers», d’atteindre une modeste prospérité, acquise grâce au travail, à la détermination et à la loyauté envers l’employeur. Ils voulaient transmettre ces valeurs, malheureusement souvent associées à une conception rigide de l’éducation mais dans l’intention de permettre ainsi à leurs enfants une meilleure vie.
    La transmission d’expériences acquises a été mise en question quelques années plus tard par le mouvement de 68. Elle était liée à une rupture de valeurs encore peu réfléchie ou même idéalisée aujourd’hui. Un nouveau style d’éducation, l’éducation dite antiautoritaire, était désormais à l’ordre du jour, les enfants devenant des «partenaires» que l’on voulait aider à vivre libérés des «contraintes». Tous les parents n’adoptaient pas cette forme radicale, mais ils avaient tendance à se démarquer de la pratique éducative qu’ils avaient eux-mêmes vécue et voulaient faire autrement, mieux que leurs propres parents! On argumentait que les enfants devaient avoir une bonne vie et ne pas être accablés trop tôt par les exigences de la vie. Mais comment un enfant peut-il ainsi acquérir le sentiment de pouvoir compter sur ses propres forces? Une évolution qui s’est poursuivie dans la génération suivante de parents. Aujourd’hui, de nombreux parents cherchent à établir une relation aussi amicale que possible avec leurs enfants. Etre la «meilleure amie» de sa propre fille est considéré comme un critère de qualité. Les expériences personnelles ne sont transmises qu’avec hésitation, «c’est une autre époque».
    La numérisation de notre quotidien a donné une impulsion importante à cette évolution. Il n’est plus nécessaire de demander à la génération plus expérimentée. Google le sait aussi... Seulement, malgré une proximité apparente, la distance entre les générations risque d’augmenter, car la valeur des expériences passées est relativisée. On observe également une prise de distance (involontaire) dans la vie quotidienne: Dans sa poussette, le petit enfant ne regarde plus sa mère qui lui parle, lui explique ce qu’il voit tout en promouvant l’acquisition du langage. L’enfant observe ses alentours délaissé par sa mère parlant au portable avec une amie. L’enfant ainsi délaissé se sent seul, en manque de sécurité et essaie de remplir ce vide en consommant. Les appareils numériques lui offrent toute sorte de divertissement car ils séduisent les enfants et les adolescents. Ces derniers éprouvent le manque de relations aux autres, de pouvoir compter sur autrui, un sentiment de chaleur humaine, de protection et de sécurité.
   Souvent, la mère réalise un certain manque. Inconsciemment, elle essaie de le compenser en louant trop l’enfant et en correspondant aux désirs de l’enfant. Toujours est-il que cela ne servira pas à l’enfant de se confronter aux exigences de la vie avec courage et optimisme. Par contre, on aura affaire à une génération de princes et de princesses s’occupant très peu des autres tout en insistant sur leur exclusivité. Ne serait-il pas grand temps d’avoir une discussion approfondie de ces problèmes d’éducation? 

J’ai été inspirée par les livres et les articles suivants:

Kaiser, A. (1981). Das Gemeinschaftsgefühl – Entstehung und Bedeutung für die menschliche Entwicklung. Zurich. Editions Psychologische Menschenkenntnis.

Kissling, B. (2022). Sind Inklusion und Integration in der Schule gescheitert? Eine kritische Auseinandersetzung. Berne .Editions Hogrefe.

Maas, R. (2021). Generation lebensunfähig. Wie unsere Kinder um ihre Zukunft gebracht werden. Munich. Yes Publishing.

Nestor, M. «Besorgniserregende Zunahme schwerer Sprachstörungen». Horizons et débats, 16/09/1995

Perret, E.«‹ Scrabble›, ‹Ligretto›, ‹Chicken out›, ‹Halma› et ‹Die fiesen Sieben› – qu’est-ce que c’est? Horizons et débats, 08/12/20

Wunsch, A. (2013). Die Verwöhnungsfalle. Für eine Erziehung zu mehr Eigenverantwortung. Munich. Edition Kösel/Kösel-Verlag

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.