Corona en Egypte: le petit miracle d’Itmiah

par Karim El-Gawhary, Egypte

En Egypte, les écoles sont fermées. Une jeune fille de douze ans enseigne les mathématiques, l’anglais et la religion dans son village natal.

Deux buffles d’eau mâchent paisiblement leur foin. Un peu ennuyés, ils regardent l’école du village opposé à Itmiah, un petit village du delta du Nil en Egypte, à deux heures de voiture du Caire. Il ne se passe pas grand-chose: l’école, située à la périphérie du village à côté d’un champ, est fermée depuis le début de l’année en raison de la pandémie du Corona, comme toutes les écoles du pays. Au lieu des cris habituels des enfants pendant les pauses: le silence règne dans le bâtiment de trois étages. On entend seulement le battement du drapeau égyptien dans le vent.
    Si, en Allemagne, les parents se plaignent des tracas de l’enseignement à domicile en ligne à l’époque de Corona et des conséquences pour les familles et les enfants, dans d’autres parties du monde, la pandémie signifie une rupture totale de l’enseignement. Le ministère égyptien des communications estime que 52 % de la population n’a pas de connexion Internet. Dans le village d’Itmiah, pratiquement aucun enfant ne connaît le luxe d’avoir son propre ordinateur. Pour eux, comme pour la plupart des 19 millions autres élèves du système scolaire public du pays du Nil, la fermeture de leur école signifie l’annulation des cours sans remplacement.
    S’il n’y avait pas Reem El-Khoury: Elle est une sorte d’héroïne dans l’éducation égyptienne – une très jeune héroïne. Reem elle-même n’a que douze ans. Chaque matin, elle pose son tableau noir contre le mur en briques non plâtrées extérieur de sa modeste maison. Puis elle étend une grande natte dans la rue du village, qui servira de salle de classe pendant les prochaines heures. Tout est prêt pour la première leçon de la journée des enfants du quartier. Aujourd’hui, une douzaine d’enfants se rassemblent, s’assoient sur la natte et étalent des manuels scolaires et des cahiers sur le sol. Presque tous avec un masque facial, comme Reem.
    Reem ressemble déjà à une vraie institutrice égyptienne avec ses jeans, son ample blouse à manches longuescrème et son foulard bordeaux. Elle enseigne l’arabe, les mathématiques, l’anglais et la religion aux enfants jusqu’à l’âge de neuf ans. Un jeu original a évolué pour remplacer les leçons perdues à l’époque du Corona. «Quand le Coronavirus a commencé, les enfants du village jouaient dans la rue toute la journée. J’ai pensé que ce serait mieux si je leur enseignais. Nous avons commencé avec nos manuels scolaires et nos cahiers. Puis quelqu’un du village m’a offert le tableau noir», dit-elle.
    Maintenant, Reem donne des leçons à l’extérieur de sa maison chaque matin, puis elle étudie son propre matériel scolaire à la maison, pour rester en forme jusqu’à ce que l’école rouvre. Le soir, elle prépare la leçon suivante pour les autres enfants. Elle a une autorité naturelle, tous les enfants écoutent attentivement et veulent l’impressionner avec leurs réponses. «Reem a dit: Allez, jouons à quelque chose de nouveau. Nous avons apporté des cahiers et des stylos et nous avons commencé à écrire», raconte Muhammad,huit ans, qui est assis sur la natte au premier rang et prend des notes avec enthousiasme.
    Reem enseigne comme les professeurs le faisaient à l’école de son village. Elle écrit lentement un mot en arabe et en anglais sur le tableau noir et vérifie à nouveau dans son manuel que tout est correct. Puis elle désigne le tableau noir et dit à haute voix «kitab», le mot arabe pour livre, «yaani» (signifie) et «book». Une douzaine de petites bouches répètent bruyammentet avec passion «Kitab yaani book», suivi d’un «Assad yaani lion». «Assad signifie lion.» Mais la vraie passion de Reem, ce sont les mathématiques. Elle veut absolument devenir professeur de mathématiques quand elle sera grande, dit-elle.
    Fières de la réussite du village, certaines mères suivent également les leçons. L’institutrice de l’école du village de Reem est également présente. «Reem a toujours été très intelligente à l’école et elle participe attentivement. Puis Corona est arrivé. Au début, je pensais qu’ils ne faisaient que jouer, mais j’ai ensuite remarqué que ma fille était plus attentive dans la classe de Reem que lorsque je lui enseignais à la maison», exprime Shaima Adallah.Personne ne peut dire quand la véritable école rouvrira: «Nous attendons une décision des autorités scolaires», explique-t-elle.
    Reem annonce le début de la pause et dans la même seconde, elle se retransforme en enfant et erre dans les ruelles du village en jouant au chat et à la souris avec ses élèves. Après une demi-heure, la pause est terminée. Enthousiastes, ses élèves courent vers la ruelle du village où se trouve la salle de classe, sautent et culbutent par-dessus leurs livres et leurs cahiers pour reprendre place sur la natte. Il y a probablement peu d’endroits dans ce monde où les élèves retournent en classe avec autant d’enthousiasme après la récréation.
   Puis le calme revient, et on n’entend que le braiement d’un âne qui refuse manifestement de tirer sa charrette à travers le village à quelques ruelles de là. Les enfants attendent que leur jeune institutrice Reem poursuive ses cours. Avec ses modestes moyens, elle célèbre chaque jour une toute petite victoire éducative sur le front du Corona égyptien dans son village du delta du Nil.•

Source: Rheinische Post du 6 février 2021

(Traduction Horizons et débats)

 

 

 

Unicef: «Les fermetures d’écoles ont des conséquences dévastatrices sur l’apprentissage et le bien-être des enfants»

Source: https://data.unicef.org/resources/one-year-of-covid-19-and-school-closures/

hd. Le 3 février 2021, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a publié une étude sur l’ampleur et les conséquences des fermetures d’écoles à la suite de la pandémie du Corona, en particulier dans les pays les plus pauvres. Dans un communiqué de presse publié le même jour par l’Unicef Allemagne, il est dit: «Les écoles sont complètement fermées pour plus de 168 millions d’enfants dans le monde depuis près d’un an, en raison des confinements dus à la pandémie de Covid-19. 214 millions d’enfants – soit un enfant sur sept – ont manqué plus des trois quarts de leurs cours.» Le communiqué de presse poursuit ainsi: «Les deux tiers de ces pays appartiennent à l’Amérique latine et aux Caraïbes, avec près de 98 millions d’écoliers. Parmi les 14 pays d’Amérique latine, les écoles du Panama ont été fermées la plupart des jours, suivies par celles du Salvador, du Bangladesh et de la Bolivie.»
    Selon le communique de presse, «les fermetures d’écoles ont des conséquences dévastatrices sur l’apprentissage et le bien-être des enfants. Les enfants les plus vulnérables et ceux qui n’ont pas accès à l’enseignement à distance courent un risque accru de ne jamais retourner à l’école et d’être contraints de se marier ou de travailler. Selon des données récentes de l’Unesco,plus de 888 millions d’enfants dans le monde voient leur éducation compromise par les fermetures totales ou partielles d’écoles. Pour la majorité des enfants, les écoles sont des lieux où ils peuvent interagir avec leurs pairs, recevoir un soutien, accéder aux services de santé et aux vaccinations et obtenir un repas nourrissant. Plus longtemps les écoles restent fermées, plus longtemps les enfants sont privés des éléments essentiels dont ils ont besoin pour bien grandir.» 
    Les chiffres donnés par l’Unicefn’indiquent pas toute l’ampleur des fermetures d’écoles. Par exemple, les chiffres ne sont pas disponibles pour l’Afrique de l’Est, du Sud, de l’Ouest et centrale. L’Unicefappelle les pays touchés à faire tout leur possible pour rouvrir les écoles dès que possible.

Source: https://www.unicef.de/informieren/aktuelles/presse/2021/unicef-bericht-schulschliessungen/236974

(Traduction Horizons et débats)

 

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.