Qui oserait défier le progrès?

par Nicole Duprat, Professeur des écoles à la retraite, France

Telle une hydre* aux mille têtes et aux multiples tentacules, l’outil ultra-connecté du smartphone envahit l’espace et le temps de leurs utilisateurs en captant leur attention en permanence et en modifiant les comportements au quotidien.
    Déconcentration permanente et sollicitations incessantes, addictions, vie de famille détruite, maitrise de la langue, isolement physique, dépendances, dépression, anxiété, fatigue oculaire, migraines, insomnies, perte d’audition, narcissisme, pornographie, harcèlement, sécurité des personnes (en voiture, à moto, à pied), tels sont les troubles néfastes (dont certains seraient irréversibles) et les distorsions diverses constatés à l’heure actuelle.
    Qui oserait défier le Progrès? Mais oui bien sûr il en existe qui s’y opposent et non des moindres! Un article de la revue Le Point (20 septembre 2014) nous en apprend une bien bonne! Intitulé, ô surprise! «Les enfants de Steeve Jobs privés d’IPAD!», cet article nous révèle que le fondateur d’Apple les a toujours tenus à l’écart des nouvelles technologies. Dans la Silicon Valley, les dirigeants à l’origine des tablettes, des IPhone, ou des jeux vidéo n’autorisent pas leurs enfants à utiliser un smartphone et ils les encouragent vivement à lire des livres en papier. Et comble de la manipulation et de la désinformation nous apprenons aussi avec stupéfaction que de nombreux dirigeants et salariés de Google, Yahoo, Apple, et eBay envoient leurs enfants dans des écoles Waldorf, Steiner, Montessori dont la pédagogie est particulièrement anti-technologie! Et pour cause, la direction de ces écoles n’autorise aucune tablette ou smartphone car ils représentent un danger certain et un sérieux obstacle au développement de la créativité, de la concentration des élèves et du comportement social.
    En effet, qui mieux que Steeve Jobs pouvait savoir si l’utilisation des smartphones et des tablettes est nocive pour les enfants? Voici une information importante que l’on devrait transmettre à de nombreux jeunes ou adultes adeptes ou esclaves de la «modernité» à outrance.
    Entre l’écran et la feuille il faut savoir choisir. De nombreuses études (Université de Pittsburg, Université de Virginie sur le site adozen.fr, OCDE repris dans un article du journal «Le Monde» du 25/09/15) convergent toutes, sans exception, dans le même sens: à savoir, le constat d’une baisse des capacités intellectuelles de 30 % chez les étudiants travaillant avec smartphones par rapport à ceux qui s’en dispensent. N’oublions pas que la fonction de l’écrit est de fixer la mémoire. Ecrire manuellement sur une feuille blanche est un acte créant et fortifiant la mémoire dans notre cerveau alors que taper sur un clavier ne fait pas fonctionner les neurones de la même manière. Quand on écrit on est guidé par notre pensée et l’écriture suit le rythme de notre pensée.
    Alors que des milliards sont dépensés pour équiper les écoles, le numérique semblerait être un facteur d’échec scolaire plutôt que de réussite… Faire écrire un cours sur clavier plutôt que sur une feuille de papier semble être une aberration pour certains!
    De plus le quotidien britannique «The Gardian» du 25 Février 2018 a affirmé que les écoliers ne savaient plus tenir correctement un stylo à cause des smartphones et des tablettes. Selon les pédiatres interrogés par le quotidien, à force de passer du temps sur les écrans, les enfants ont un développement musculaire insuffisant pour écrire. Il est plus facile de donner un «IPad à un enfant que de l’encourager à jouer à des jeux de construction, à faire du découpage et du collage, de la couture ou du dessin. A cause de cela, les élèves ne développent pas les capacités fondamentales nécessaires pour saisir et tenir un stylo», déclare notamment la pédiatre Sally Payne, ergothérapeute en chef de la Heart of England NHS Foundation Trust. 
    L’article de Madame Eliane Perret paru dans Horizons et débats n° 24 du 03/11/20 invite la jeunesse et les adultes, dans une approche éducative intéressante, à résister à cette emprise des temps modernes! 
    L’Homme est le maître de la machine, ce n’est pas la machine qui doit dominer l’Homme. Il ne faut jamais perdre de vue le primat de l’humain sur la dimension technologique. Dans la frénésie de consommation d’une société polarisée sur les High Tech, la sobriété numérique est un usage à acquérir!
    La régulation et le droit à la déconnexion doivent nous servir à contrecarrer les effets pervers du numérique. Vivre avec les moyens de son temps ne signifie pas se perdre dans la ruée et les affres du Progrès.•

*Hydre: l’Hydre de Lerne était un monstre marin possédant plusieurs têtes qui se régénéraient doublement lorsqu’elles étaient tranchées et exhalait un dangereux poison même pendant son sommeil. Le héros de la mythologie grecque, Hercule le tua en tranchant la tête principale à l’aide d’une serpe en or (il s’agit du 2° des 12 travaux d’Hercule). 

 

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.