Prendre un chemin difficile dans le nouvel ordre mondial

La prophétie de Marshall McLuhan selon laquelle «le successeur de la politique sera la propagande» s’est réalisée. Une brutale propagande est désormais la règle dans les démocraties occidentales, notamment aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
    Sur les questions de guerre et de paix, les tromperies ministérielles sont rapportées comme des nouvelles. Les faits gênants sont censurés, les démons sont entretenus. Le modèle est la propagande d’entreprise, la devise de l’époque. En 1964, McLuhan a déclaré que «le médium est le message». Maintenant, le mensonge est le message.
    Mais est-ce nouveau? Il y a plus d’un siècle qu’Edward Bernays, le père de la manipulation, a inventé les «relations publiques» pour couvrir la propagande de guerre. Ce qui est nouveau, c’est la quasi-élimination de la dissidence dans le courant dominant.
    Le grand rédacteur en chef, David Bowman, auteur de «The Captive Press», a appelé cela «une défenestration de tous ceux qui refusent de suivre une ligne et d’avaler ce qui n’est pas appétissant et qui sont courageux». Il faisait référence aux journalistes indépendants et aux lanceurs d’alerte, les francs-tireurs honnêtes auxquels les organisations médiatiques donnaient autrefois de l’espace, souvent avec fierté. Cet espace a été supprimé.
    L’hystérie de guerre qui a déferlé comme un raz-de-marée ces dernières semaines et ces derniers mois en est l’exemple le plus frappant. Connue dans son jargon sous le nom de «shaping the narrative» (former le récit), elle est en grande partie, sinon en totalité, de la pure propagande.
    Les Russes arrivent. La Russie est plutôt pire que mauvaise. Poutine est mauvais, «un nazi comme Hitler», a salivé le député travailliste Chris Bryant. L’Ukraine est sur le point d’être envahie par la Russie – ce soir, cette semaine, la semaine prochaine. Les sources comprennent un ancien propagandiste de la CIA qui parle maintenant pour le département d’Etat américain et n’offre aucune preuve de ses affirmations sur les actions de la Russie parce que «cela vient du gouvernement américain».
    La règle de l’absence de preuves s’applique également à Londres. La Ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, qui a dépensé 500 000 £ d’argent public pour se rendre en Australie dans un avion privé afin de prévenir le gouvernement de Canberra que la Russie et la Chine étaient sur le point de bondir, n’a fourni aucune preuve. Les têtes de ceux qui sont aux  antipodes ont hoché la tête; le «récit» y est incontesté. Une rare exception, l’ancien Premier ministre Paul Keating, a qualifié de «démentiel» le bellicisme de Truss.

John Pilger, Mint Press du 17 février 2022
(https://www.mintpressnews.com/john-pilger-war-in-europe-and-the-rise-of-raw-propaganda/279713/ )

«Les analystes chinois ont déclaré dimanche que le maintien de l’intensité de la crise profitera aux Etats-Unis dans plusieurs domaines: légitimer leur présence militaire en Europe en diabolisant la Russie et en empoisonnant les liens entre la Russie et l’UE, accroître les incertitudes et les inquiétudes pour nuire à l’économie de la zone euro afin qu’il y ait davantage de fuites de capitaux du continent vers les Etats-Unis et ainsi atténuer la pression inflationniste américaine, et utiliser la tension pour semer le trouble dans les liens Chine-Russie.
    Par conséquent, les Etats-Unis utilisent tous les moyens pour maintenir la tension accrue, y compris la diffusion de désinformation et le renforcement des déploiements militaires pour provoquer la Russie – en d’autres termes, les Etats-Unis sacrifient la sécurité de l’Ukraine pour servir leur propre stratégie de concurrence avec la Russie, ont déclaré les experts.»

Global Times du 13 février 2022

En ce qui concerne les tensions à la frontière orientale de l’Ukraine, la Chine estime que dans le contexte actuel, toutes les parties concernées devraient faire prévaloir la raison, adhérer à la direction générale de la solution politique et s’abstenir de tout acte susceptible de provoquer des tensions ou d’attiser la crise. Les parties devraient prendre pleinement en considération les préoccupations légitimes de chacun en matière de sécurité, faire preuve de respect mutuel et, sur cette base, résoudre correctement leurs différends par des consultations sur un pied d’égalité. La Chine soutient tous les efforts visant à apaiser les tensions et prend note du récent engagement diplomatique de la Fédération de Russie avec la France, l’Allemagne et d’autres pays européens au niveau des dirigeants. Un mécanisme de sécurité européen négocié, équilibré, efficace et durable constituera une base solide pour une paix et une stabilité durables dans toute l’Europe. Nous sommes convaincus que les pays européens prendront des décisions en toute autonomie stratégique, conformément à leurs propres intérêts. [...]
    Tout arrive pour une raison. L’élargissement de l’OTAN est une question que l’on ne peut négliger face aux tensions actuelles liées à l’Ukraine. L’expansion continue de l’OTAN dans le sillage de la guerre froide va à l’encontre de la tendance de notre époque, qui est de maintenir une sécurité commune. La sécurité d’un pays ne peut se faire au détriment de la sécurité des autres.

L’ambassadeur de Chine, Zhang Jun, au briefing du Conseil de sécurité de l’ONU
sur l’Ukraine du 17 février 2022

Il [l’Occident] traverse une période difficile; nous parlons réellement du crépuscule de la domination occidentale et de la fin éventuelle de son leadership mondial. C’est difficile pour eux. Je pense que nous nous dirigeons vers une crise grave dans les relations internationales. Nous pourrons probablement obtenir un certain degré de clarté après de sérieuses épreuves de force dans différentes régions et différents domaines. Toutes les questions ne seront pas résolues à la table des négociations, mais les résultats peuvent être formalisés. C’est ainsi que le nouvel ordre mondial va émerger.

Dmitri Trenin, directeur du Carnegie Moscow Center, dans une interview,
 Infosperber du 19 février 2022

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.