Les victimes de l’empire américain

par Patrick Lawrence*

Des méthodes diaboliques de propagande et de gestion de la perception sont à l’œuvre aujourd’hui, sans précédent. Il s’agit d’une guerre menée d’une manière nouvelle – contre les populations nationales et celles déclarées ennemies.

 

Les informations arrivent quotidiennement de Moscou, de Kiev et des capitales occidentales: combien de morts depuis l’intervention de la Russie en Ukraine le 24 février, combien de blessés, combien de personnes affamées ou gelées par le froid, combien de personnes déplacées. Nous ne connaissons pas le nombre exact de victimes ni l’étendue de la souffrance et nous ne devons pas prétendre le contraire: c’est la réalité de la guerre, chaque partie ayant sa propre version des événements en présence.
    Mon inclination est d’ajouter les morts en Ukraine ces deux dernières semaines aux 14 000 morts et aux 1,5 million de déplacés depuis 2014, lorsque le régime de Kiev a commencé à bombarder ses propres citoyens dans les provinces de l’Est – ceci parce que les habitants de Donetsk et de Lougansk ont rejeté le coup d’Etat fomenté par les Etats-Unis qui ont déposé leur président élu. Ce simple calcul nous donne une meilleure idée du nombre d’Ukrainiens qui sont dignes de notre deuil.
    Alors que nous sommes en deuil, il est temps de considérer les conséquences plus larges de ce conflit, car les Ukrainiens ne sont pas les seuls à en être victimes. Qui d’autre a souffert? Qui d’autre a subi des dommages? Cette guerre est d’un genre sans précédent pour l’humanité n’a. Quel en est le coût?
    Pour les personnes attentives, il est de plus en plus évident que l’intention de Washington, en provoquant l’intervention de Moscou, est, et a probablement été depuis le début, de déclencher un conflit de longue durée embourbant les forces russes et laissant les Ukrainiens mener une insurrection dont la réussite est impossible.
    Y a-t-il une autre façon d’expliquer les milliards de dollars d’armes et de matériel déversés actuellement en Ukraine que les Etats-Unis et leurs alliés européens déversent actuellement en Ukraine? Si les Ukrainiens ne peuvent pas gagner – une réalité universellement reconnue – quel est le but de cette opération?
    Reste à savoir si cette stratégie se déroule comme le souhaite Washington, ou si les forces russes font leur travail et se retirent pour éviter un bourbier classique. Mais comme Dave DeCamp l’a noté dans Antiwar.com vendredi dernier [16 juin 2022], il n’y a aucun signe de la part de l’administration Biden envisageant de nouveaux contacts diplomatiques avec le Kremlin.
    L’implication ici devrait être évidente. La stratégie américaine exige effectivement la destruction de l’Ukraine au service des ambitions impériales de l’Amérique. Si cette pensée semble extrême, une brève référence aux destins de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye et de la Syrie fournira tout le contexte nécessaire.

Le plan de Brzezinski en 1979

Dans une mesure que je trouve surprenante compte tenu de ses conséquences calamiteuses, le plan de Zbigniew Brzezinski de 1979 visant à armer les moudjahidines afghans contre les Soviétiques reste le modèle plus ou moins inchangé.
    Le conseiller à la sécurité nationale du Président Jimmy Carter ne voyait rien de mal à s’allier avec ce qui est devenu Al-Qaida. Maintenant, ce sont les milices nazies qui infestent la Garde nationale ukrainienne que les Etats-Unis arment et forment.
    Si l’on se fie au passé, ce conflit pourrait bien détruire ce qui reste de l’Ukraine considérée comme nation. Dans le pire des cas, il ne restera pas grand-chose de son tissu social, de ses espaces publics, de ses routes, de ses ponts, de ses écoles, de ses institutions municipales. Cette destruction a déjà commencé.
    Voici ce que je ne veux pas que les Américains manquent: nous sommes en train de nous détruire et de détruire l’espoir que nous pourrions avoir de retrouver la décence en regardant le régime qui nous gouverne détruire une autre nation en notre nom. Cette destruction, elle aussi, a déjà commencé.
    Ces derniers jours, de nombreuses personnes d’âges très divers ont fait remarquer qu’elles ne se souvenaient pas d’avoir vu de leur vivant un barrage de propagande plus omniprésent et plus étouffant que celui qui nous submerge depuis les mois qui ont précédé l’intervention de la Russie. Dans mon cas, cette propagande a supplanté le pire de ce dont je me souviens des décennies de la guerre froide.

«Cognitive Warfare»

En janvier 2021, l’OTAN a publié la version finale d’une longue étude intitulée «Cognitive Warfare» [Guerre cognitive]. Son but est d’explorer le potentiel de manipulation des esprits – ceux des autres, les nôtres – au-delà de tout ce qui a été tenté jusqu’à présent. «Le cerveau sera le champ de bataille du 21e siècle», affirme le document. «L’être humain est le domaine contesté. L’objectif de la guerre cognitive est de faire de chacun une arme.»
    Dans un sous-chapitre intitulé «Les vulnérabilités du cerveau humain», le rapport dit ceci:
    «En particulier, le cerveau:

  • est incapable de distinguer [sic] si une information est bonne ou mauvaise;
  • est amené à croire que des déclarations ou des messages qu’il a déjà entendus sont vrais, même s’ils peuvent être faux;
  • accepte les déclarations comme vraies, si elles sont étayées par des preuves, sans se soucier de l’authenticité de ces preuves.»

Et ceci, que je trouve particulièrement diabolique:
    «Au niveau politique et stratégique, on aurait tort de sous-estimer l’impact des émotions […]. Les émotions – espoir, peur, humiliation – façonnent le monde et les relations internationales avec l’effet de chambre d’écho des médias sociaux.»
    Non, nous ne sommes plus au Kansas. «Cognitive Warfare» ouvre un espace sur des méthodes diaboliques de propagande et de gestion de la perception qui n’ont pas de précédent. Il s’agit d’une guerre menée d’une nouvelle manière – contre les populations nationales et celles déclarées ennemies.
    Et nous venons tout juste d’avoir un avant-goût de ce que sera l’élaboration de ces techniques, bien ancrées dans la science de pointe. Mais ce qui me dérange davantage que la prose froide du rapport, c’est l’ampleur étonnante de ses résultats. La guerre cognitive, que le rapport de l’OTAN soit ou non devenu le manuel des propagandistes, fonctionne, et elle fonctionne maintenant sur la plupart des Américains.
    C’est ce que je veux dire quand j’affirme que nous sommes, nous aussi, les victimes de cette guerre.
    La semaine dernière, le chef de l’orchestre philharmonique de Munich, Valery Gergiev, a été licencié pour avoir refusé de condamner Vladimir Poutine. La même chose est ensuite arrivée à Anna Netrebko. Le Metropolitan Opera de New York a renvoyé sa soprano vedette pour la même raison: Elle a préféré ne rien dire sur le président russe.
    Il n’y a pas de fond à cela. Vendredi dernier, Lindsey Graham, le sénateur de Caroline du Sud, a ouvertement appelé à l’assassinat de Poutine. Michael McFaul, brièvement ambassadeur de Barack Obama en Russie, et affirme, en comble des stupidités, que tous les Russes qui ne protestent pas ouvertement contre l’intervention de la Russie en Ukraine doivent être punis pour cela. Dans les annales des idioties il faut aussi réserver une place à la Fédération internationale des félins qui a interdit les importations de chats russes.
    Voici l’entrée de cette liste d’affirmations grotesques qui m’a fait bondir de ma chaise en furie jeudi dernier: Le Comité international paralympique a exclu les athlètes russes et bélarussiens – pourquoi les Bélarussiens, pour l’amour du ciel – des Jeux paralympiques d’hiver qui ont débuté le lendemain à Pékin. Nous en sommes maintenant à persécuter les personnes dont le cœur et l’âme sont plus habiles que les membres?
    La commission a clairement indiqué qu’elle avait agi en réponse à la pression internationale. Je me demande de qui il s’agit.

Que sommes-nous devenus?

Regardez ce que nous sommes devenus. La plupart des Américains semblent approuver ces choses, ou du moins ne sont pas enclins à s’y opposer. Nous avons perdu tout sens de la décence, de la moralité ordinaire, de la proportion. Peut-on écouter le vacarme de ces deux dernières semaines sans se demander si nous n’avons pas fait de nous une nation de grotesques?
    Il est courant d’observer qu’en temps de guerre, l’ennemi est toujours déshumanisé. Nous sommes maintenant confrontés à une autre réalité: Ceux qui déshumanisent les autres se déshumanisent eux-mêmes plus profondément.
    «L’argumentation rationnelle ne peut être menée avec une certaine perspective de succès tant que l’émotivité d’une situation donnée ne dépasse pas un certain degré critique. Si la température affective dépasse ce niveau, la possibilité que la raison ait un quelconque effet cesse. Elle est alors remplacée par des slogans et des souhaits chimériques. C’est-à-dire qu’il en résulte une sorte de possession collective se transformant rapidement en épidémie psychique.»
    C’est un extrait d’un livre de Carl Gustav Jung, «The Undiscovered Self», qu’un ami vient de m’envoyer. Lorsque nos sentiments prennent le dessus, nous ne pouvons plus penser ou parler utilement les uns avec les autres: C’est ce que dit le psychanalyste suisse en termes simples.
    L’autre jour, PBS Newshour a diffusé une interview d’Artem Semenikhin dans laquelle le maire de la petite ville était adulé pour avoir tenu tête aux soldats russes. A l’arrière-plan, comme le fait remarquer le toujours alerte Alan MacLeod, se trouvait un portrait de Stepan Bandera, le russophobe sauvage, l’antisémite et le chef des nazis ukrainiens.
    Qu’a fait PBS de cette négligence? Elle a brouillé le portrait de Bandera et a diffusé l’interview de son héros ukrainien. C’est le journalisme américain à son zénith.
    Il me semble que c’est la métaphore parfaite de ce qui est arrivé à nos facultés de raisonnement – ou, pour mieux dire, de ce que nous avons permis qu’il leur soit fait. Les réalités factuelles incontestables, même si elles sont gênantes, sont effacées du film que nous croyons regarder.
    Il en va de même pour toute compréhension authentique de l’intervention russe. J’ai quatre mots pour décrire la lecture que nous devons faire de cette crise: histoire, chronologie, contexte et responsabilité. Comme aucun de ces mots ne sert l’objectif de nos guerriers cognitifs, nous sommes invités à les effacer. Et encore une fois, nous l’avons fait avec une redoutable fidélité à ceux qui manipulent activement nos perceptions, Nous agissons ainsi.Le contexte, affirment les pires d’entre nous, est une idée que ces affreux Russes ont inventée. Nous ne nous intéressons pas du tout à la façon dont le monde peut apparaître du point de vue de quelqu’un d’autre. Qui diable, s’il vous plaît dites-moi, pense que c’est une bonne façon de vivre?
    J’ai fait un croquis au crayon d’une nation qui s’effondre alors qu’elle en démonte une autre. Une nation qui est allée si loin dans l’une des «obsession collectives» de Jung ne peut pas bien se porter. Comme c’est toujours le cas (une pensée qui m’est venue en étudiant les nationalistes japonais des années 1930), les coupables sont aussi des victimes.
    Si nous voulons nous sortir de ce guêpier, nous devons faire une chose avant toute autre: nous devrons apprendre à parler dans une nouvelle langue claire, afin de pouvoir nommer les choses telles qu’elles sont au lieu de les brouiller comme PBS l’a fait pour le portrait de Bandera.
    Et nous devons commencer par un mot. Si nous n’apprenons pas à appeler l’Amérique un empire, nous trébucherons dans l’obscurité du funhouse jusqu’à ce qu’il devienne si peu amusant que nous ne puissions plus supporter nos propres auto-illusions.
    J’y vois une vertu dans ce grand moment compliqué. Entre l’intervention de la Russie en Ukraine, que je considère regrettable mais nécessaire, et la déclaration commune faite par M. Poutine avec le président chinois Xi Jinping le 4 février, nous sommes tous appelés soit à reconnaître les Etats-Unis pour ce qu’ils sont devenus, un empire qui se défend violemment contre l’histoire elle-même, soit à accepter notre sort parmi les victimes de cet empire.
    La clartéest toujours une bonne chose, quelles que soient les difficultés qu’elle entraîne.

Source: http://patricklawrence.us/patrick-lawrence-the-casualties-of-empire/ 
(Traduction Horizons et débats)

 


*Patrick Lawrence, correspondant international de longue date, notamment pour l’«International Herald Tribune», est chroniqueur, essayiste, auteur et enseignant. Son dernier livre est «Time No Longer: Americans after the American century». Sur Twitter, on le retrouve sous le pseudo@thefloutist. Son site web s’intitule Patrick Lawrence.


«De la Toscane – promotion de la paix et non de la guerre»

ef. Le 19 mars, de nombreuses personnes ont protesté à Pise et à Rome contre le soutien militaire à l’Ukraine et le transport d’armes depuis l’aéroport G. Galilei de Pise en Italie. Les travailleurs de l’aéroport de Pise avaient refusé la semaine dernière de charger des avions à destination de la Pologne avec des marchandises déguisées en «aide humanitaire» lorsqu’ils ont découvert que le transport concernait en réalité des armes et des munitions à destination finale de l’Ukraine! Les dockers du port voisin de Livourne se sont joints à la protestation.
    Il s’agissait d’un avion-cargo B-737 appartenant à une compagnie aérienne autorisée par l’OTAN à transporter du matériel de guerre. Le général Paolo Figliuolo du Comando Operativo di Vertice Interforze (COVI), qui s’occupe du problème de la contrebande d’armes, en a parlé dans la presse nationale. Le syndicat italien Unione Sindacale di Base (USB) a dès lors lancé un appel à la protestation sous le slogan «De la Toscane – promotion de la paix et non de la guerre». «Nous condamnons fermement cette fraude manifeste utilisant de manière cynique l’aide ‹humanitaire› comme prétexte pour alimenter la guerre en Ukraine.»
    Le Président de Toscana Airports, Marco Carrai, a déclaré à la presse que le transport d’armes depuis l’aéroport G. Galilei n’aura plus lieu.

Source: https://cooptv.wordpress.com 

 

Expansion vers l’Est de l’OTAN – Le nerf de la guerre

«La première vague d’expansion [de l’OTAN] a eu lieu en 1999 et comprenait la République tchèque, la Hongrie et la Pologne. Le deuxième a eu lieu en 2004; il comprenait la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie. Dès le début, Moscou s’en est plaint amèrement. Lors du bombardement des Serbes de Bosnie par l’OTAN en 1995, le Président russe Boris Eltsine a déclaré: ‹C’est le premier signe de ce qui pourrait arriver si l’OTAN arrivait jusqu’aux frontières de la Fédération de Russie. […] Le nerf de la guerre pourrait s’étendre à toute l’Europe›.»

Source: John J. Mearsheimer «Why the Ukraine Crisis is the West’s Fault». Ds: «Foreign Affairs, September/October» 2014

(Traduction Horizons et débats)


Appel pour une humanité sans Otan

Des intellectuels, des personnalités ainsi que des hommes et femmes politiques de plusieurs pays en Amérique du Sud, en Europe et aux Etats-Unis ont émis un appel pour la campagne mondiale «No more Nato» (humanité sans OTAN).
    La campagne exige le respect des accords de Minsk afin de parvenir à une solution politique et pacifique entre l’OTAN et la Russie tout en exprimant la solidarité avec les familles ayant perdu un proche dans les combats. Elle critique «l’expansionnisme de l’OTAN et l’expansion de bases militaires dans le monde». L’OTAN «menace la vie, la souveraineté des peuples et la paix mondiale».
    On critique aussi le recours aux mercenaires et la livraison d’armes aux parties conflictuelles ce qui ferait monter les tensions et n’apporte rien à un apaisement du conflit actuel.
    En plus, on demande l’arrêt immédiat des sanctions «qui violent le droit international nuisant indistinctement la population et sapant les droits de l’homme».

Source: @NomoreOtan 

(Traduction Horizons et débats)

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.