Un conducteur à contresens au sein de la direction de l’instruction publique

Le Plan d’études 21 – à pleins gaz sur la voie opposée

rl. Le «Lehrplan 21», le projet d’un plan d’études commun pour les 21 cantons suisses alémaniques, basé sur les «compétences», c’est avéré être si mauvais, qu’il n’a pas passé l’épreuve. Même les réponses préconçues à la «procédure de consultation» sont clairement critiques. Cependant, tout comme les conducteurs roulant à contresens, les promoteurs de ce plan d’études – et tout particulièrement le président de la CDIP pour les cantons alémaniques – sont absolument convaincus que toutes les voitures qu’ils croisent roulent à contresens. Toutes les mises en garde aimables, tous les appels de phares et toutes les explications objectives – qu’un plan d’études contenant 4000 compétences devant être atteintes par les élèves puis testées ne peuvent que créer une bureaucratie gonflée mais certainement pas une école vivante – tous ces avertissements passent inaperçus. Le conducteur regarde droit devant lui et ne pense pas à lever le pied du gaz!
Quel but poursuit-il avec ses co-pilotes de la CDIP sur l’autoroute de l’instruction publique? Certains de ses passagers reportent l’introduction dans leur canton de un à quatre ans. Peut-être qu’alors tout le monde aura oublié ce qu’on veut nous faire gober …?
Entre-temps, on dépense déjà de grosses sommes d’argent dans les cantons pour l’introduction du plan d’études. Les bureaucrates de la formation sont déjà hyperactifs: des millions pour les multiplicateurs, pour la gestions des projets, pour les programmes, pour les événements, pour les formations continues etc. Les «experts» et les «évaluations» ont aussi leurs coûts. Tout cela selon le principe que si je passe à la vitesse supérieure, les nombreux «conducteurs roulant à contresens» vont tout faire pour m’éviter.
Et finalement, il y a tous ces nouveaux manuels à créer et à se procurer. Les maisons d’édition – toujours plus souvent originaires des pays limitrophes – font déjà la queue devant les éditions scolaires cantonales: Schroedel, Cornelsen, Hachette ou Klett, toutes sortes de producteurs de logiciels et d’équipements informatiques – des millions de dépenses, au frais du contribuable!
C’est intéressant que des plans d’études similaires apparaissent, comme par magie, avec d’autres prénoms dans diverses bureaucraties de la formation européennes. Ce ne sont donc pas des espèces indigènes. Là aussi, il y a des conducteurs roulant à contresens – ils ont la tâche plus facile, car il y a encore moins de participation aux décisions.
D’où vient cette idée d’introduire des plans d’études inadéquats aux élèves? Est-ce l’OCDE? Où une des «Round Tables» de l’UE? Qui a élu ces personnes pour qu’elles puissent créer les lois et les plans d’études pour nos enfants? Les conducteurs à contresens obtiennent-ils une «prime de risque»?
Il est grand temps pour un barrage de police. On fait très clairement signe au conducteur à contresens et à ses copilotes de se garer sur le côté avant d’être emmenés pour un contrôle de leur aptitude à conduire. Enfin, les autres usagers de la route pourront alors à nouveau reprendre leur travail sans danger.     •

Source: 2014/Les dernières nouvelles