Les attaques contre les civils sont interdites par le droit international humanitaire

ef. Selon l’OMS, il y a eu 1300 personnes tuées et 5210 blessés jusqu’à fin avril dans le conflit sanglant au Yémen. Selon l’ONU, plus de 300?000 personnes y sont en fuite. Des millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire. La «Frankfurter Allgemeine Zeitung» a rapporté le 7 mai que récemment 22 organisations humanitaires actives au Yémen ont demandé la fin immédiate du blocus aérien et maritime imposé par l’Arabie saoudite, afin de pouvoir approvisionner la population civile souffrante en nourriture, carburant et médicaments (cf. Horizons et débats no 12 du 11/5/15).
Depuis fin avril, l’aéroport international dans la capitale Sana’a est paralysé à la suite de bombardements par la coalition militaire arabe. Cela signifie que l’aide humanitaire, vitale pour le pays, ne peut plus être acheminée. Le CICR et MSF ont, après plusieurs semaines de mises en garde contre un désastre humanitaire, publié le 4 mai, un nouvel avis alarmant. Et le 8 mai, l’équipe du CICR a écrit sur Twitter: «Avec ou sans avertissement préalable: toutes attaques directes contre des civils ou des lieux et bâtiments civils sont interdites par le droit international humanitaire.» Le coordinateur humanitaire de l’ONU pour le Yémen, Johannes van der Klaauw, a également rappelé urgemment, dans sa prise de position, l’importance «de protéger cette artère vitale – et tous les aéroports et ports maritimes – afin que les travailleurs humanitaires puissent atteindre ceux qui sont touchés par le conflit armé au Yémen».
Ce n’est que vendredi 8 mai que l’Arabie saoudite a annoncé un cessez-le-feu de cinq jours à partir de mardi pour approvisionner la population affligée. Les autorités aéronautiques yéménites ont annoncé le même jour que la piste d’atterrissage détruite par plusieurs attaques aériennes serait réparée pour permettre des vols de secours.
Samedi 9 mai, nous atteint la nouvelle que des avions de combats de la coalition militaire arabe sous direction de l’Arabie saoudite ont à nouveau bombardé l’aéroport de Sana’a qui devait être rouvert pour les livraisons d’aides humanitaires.    •